LE DIRECT
Benjamin Netanyahou en meeting

Elections en Israël : jusqu’où ira Netanyahu ?

42 min
À retrouver dans l'émission

Hier, les citoyens israéliens se sont rendus aux urnes pour élire les 120 députés de leur parlement, la Knesset. Le président Reuven Rivlin, doit désormais choisir celui qui aura la charge de former un gouvernement.

Benjamin Netanyahou en meeting
Benjamin Netanyahou en meeting Crédits : Lior Mizrahi - Getty

Benjamin Netanyahu, Premier ministre, brigue un cinquième mandat et s’il est élu pourrait battre le record de longévité à ce poste, établi par David Ben Gourion. L’actuel premier ministre a fait face à une sérieuse concurrence en la personne de l'ancien chef d'état-major Benny Gantz, à la tête de la liste centriste Bleu-blanc. Brutale et centrée sur la personnalité des têtes de listes plutôt que sur les programmes, la campagne a pris la forme d’un référendum pour ou contre Benjamin Netanyahu, éclaboussé par des scandales de corruption. Alors que le premier ministre a penché encore plus à droite en promettant d'étendre la souveraineté israélienne aux implantations juives de Cisjordanie s'il était réélu, jusqu’où ira Benjamin Netanyahu ?

Pour répondre à cette question, nous accueillons Jean-Pierre Filiu, professeur en histoire du Moyen-Orient contemporain à Sciences Po Paris, auteur notamment de Main basse sur Israël : Netanyahou et la fin du rêve sioniste publié aux éditions La Découverte. 

A propos de la campagne électorale : 

Le parti travailliste s’est effondré puisqu’il est passé de 18 à 6 sièges, ce même parti qui a gouverné Israël les 30 premières années de l’existence de l’État. 

Le débat démocratique s’est dégradé avec des attaques personnelles. Benjamin Netanyahu a investi les réseaux sociaux depuis longtemps. Il s’est gardé de légiférer sur les réseaux sociaux. Les Bots ont diffusé les pires horreurs sur Benny Gantz. 

La campagne a été très dure, la meilleure défense pour Benjamin Netanyahu a toujours été l’attaque.

Benjamin Netanyahu a siphonné les électeurs : colons et orthodoxes. Chaque gouvernement est toujours plus à droite et toujours plus à l’extrême droite. Alors que la société Israélienne n’est pas aussi à droite.

On aura 10 ou 12 colons élus à la Knesset, ils auront un poids considérable.

A propos de la mutation profonde d'Israël :

Ce que l’on voit, c’est la prise de contrôle d’Israël par les perdants du sionisme. C’est la théorie du mur de fer, un mur qui sépare les arabes et les juifs. Cette tendance est vaincue militairement et politiquement en 1948. En 1977, il y a un premier retournement avec la victoire du Likoud contre Rabin. 

Il y a un deuxième retournement, il y a une refondation par Benjamin Netanyahu, c’est à prendre au sérieux, car Benjamin Netanyahu a une vision. Les résultats de ces élections montrent que cette vision fonctionne car son offre politique crée une majorité politique au parlement pour un 5e mandat. Il sait parler à ses compatriotes. 

En reconnaissant l’État israélien à travers une loi à valeur constitutionnelle comme 'État nation du peuple juif', Benjamin Netanyahu ouvre la voie à une possibilité de discrimination entre les juifs et les non juifs. Ce qui est à l’opposé des valeurs fondatrices du pays plutôt égalitaristes et socialistes, comme le montre l'exemple des premiers kiboutz.

A propos de Benjamin Netanyahu :

Il a pour lui de très bons indicateurs économiques, une croissance forte, une inflation faible, un chômage fiable, malgré de fortes inégalités. Il est son propre ministre des affaires étrangères. 

On voit Benjamin Netanyahu rassurer sa population, d'un pays isolé, en échangeant des marques d’affection avec Donald Trump et Poutine. Deux supers puissances. 

Benjamin Netanyahu a utilisé des mythes mobilisateurs, comme le mythe de la start-up nation. Ce qui est vrai, c’est une nation à la pointe de la technologie. C'est son premier post d'exportation. 

A propos des opérations extérieures Israéliennes :

Le plateau du Golan, territoire syrien, occupé depuis 1967, était sous accord de cessez-le-feu. La Knesset a voté l’annexion de ce plateau, ce qui a été condamné par toute la communauté internationale incluant, à l’origine, les États-Unis. A un tel point que Benjamin Netanyahu négociait un accord secret de restitution avec Bachar El-Assad

Donald Trump a reconnu l’annexion. C'est très grave car c’est légitimé d’autres annexions, notamment par la force. 

Israël mène des opérations militaires chaque semaine en territoire syrien. 

D’un point de vue du droit international, le Golan est un plateau syrien.

A propos des relations Israélo-palestinienne : 

La solution à deux États est, concrètement sur le terrain, tous les jours plus compliquée.

On aurait pu imaginer un système de compensation entre annexion et restitution territoriale.

A propos de la situation politique en Palestine : 

Il n’y a plus de vie politique en Palestine, les palestiniens ne supportent plus les deux grands partis le Fatah et le Hamas. 

Cela est dû à des systèmes de répression mis en place par les deux grands partis.

La non-violence comme arme politique est étouffée autant par Mahmoud Abbas que le Hamas.

Les palestiniens sont les perdants absolus, et en même temps, quand ils ont pu faire mentir cette tendance, c’est quand ils ont été non-violents.

Chroniques

8H00
16 min

Journal de 8 h

Israël : un cinquième mandat pour Benjamin Netanyahu
8H16
3 min

Le Billet politique

A la République en marche, des racines et des ailes
8H45
2 min

Le Billet culturel

Frédéric Mitterrand "parachuté" aux éditions Christian Bourgois
Intervenants
  • professeur des universités en histoire à Sciences Po (Paris). Il anime sur le site du quotidien "Le Monde" le blog "Un si proche Orient".
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......