LE DIRECT
Emmanuel Macron lors d'un meeting à Paris le 10 décembre 2016

Emmanuel Macron : "Mes propositions pour la culture"

18 min
À retrouver dans l'émission

Premier grand entretien politique de la campagne présidentielle dans “Les Matins” de France Culture, avec aujourd'hui Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron lors d'un meeting à Paris le 10 décembre 2016
Emmanuel Macron lors d'un meeting à Paris le 10 décembre 2016 Crédits : ERIC FEFERBERG - AFP

Léopold Sédar Senghor disait que « Georges Pompidou était avant tout un homme de culture, et c’est parce qu’il était un grand homme de culture qu’il a été un grand homme d’Etat ».

Fondateur du Mouvement En Marche et candidat à la présidentielle, Emmanuel Macron aime à se distinguer du reste de la classe politique en mettant en avant son travail aux côtés du philosophe Paul Ricœur et en parsemant ses discours de références littéraires. Cette stratégie d’homme de culture suffira-t-elle à faire de lui un homme d’Etat ?

Trois objectifs

Quels sont les trois objectifs que je veux poursuivre ? Le premier c’est une politique d’accès à la culture, le second c’est une politique de maintien d’un environnement de création culturelle français, et le troisième c’est cette politique européenne que je viens d’évoquer. L’environnement culturel français... Nous sommes un pays qui a réussi : du prix unique du livre au système qu’on a en matière de financement du cinéma ou du théâtre, nous avons créé les conditions pour qu’on puisse créer en France. Ce qui fait d’ailleurs aujourd’hui notre force. Je veux non seulement le maintenir mais améliorer ces dispositifs.

Faire de l'accès à la culture un sujet prioritaire

Là où on a aujourd’hui plutôt failli c’est sur le sujet de l’accès à la culture. [...] Néanmoins quand on regarde le budget il est assez faible. Et pour moi, ce projet pour la culture que je porte, il est au cœur du projet politique que je porte plus largement. Mon projet politique c’est un projet d’émancipation. C’est un projet qui dit : dans notre société je ne veux pas, moi, que les gens qui ont bien réussi puissent réussir mieux, je veux que chacune et chacun puisse avoir les moyens, justement, de réussir, d’accéder, de sortir de sa condition, y compris sur le plan culturel. Et donc mon projet culturel est un projet politique en ce que c’est un projet d’émancipation, de sortie de son assignation à résidence.

L'accès à l'éducation artistique pour 100 % des enfants

Concrètement c’est trois choses : d’abord c’est de généraliser la culture à l’école. Aujourd’hui il y a une minorité d’élèves qui ont accès à la culture, c'est-à-dire à la création artistique, que ce soit la musique, le théâtre, etc. à l’école. Je souhaite que 100 % des enfants aient accès à l’éducation artistique par des appels à projets qui seront financés par les villes et l’Etat, et pour ce faire, remettre des associations, des groupes, les conservatoires, des clubs de théâtre, dans l’école. C’est un élément de justice parce que beaucoup d’enfants ne vont pas dans ces conservatoires ou ces clubs. Mais c’est un éveil formidable qui est fait. Ça doit partir du terrain, c’est ce que fait formidablement la philharmonie avec Démos, ce que fait Concert de poche. Il y a des initiatives comme ça que je veux généraliser par des appels à projet pour permettre cet accès.

Un pass jeune : 500 euros à 18 ans pour l'accès à la culture

La deuxième chose qui est pour moi fondamentale, je veux à cet égard m’inspirer de ce qu’a fait Matteo Renzi, c’est que je veux créer un pass culturel : tous les jeunes à 18 ans auront 500 euros. Pas 500 euros chaque année je vous rassure, je ne propose pas le revenu universel, même dégradé. Mais 500 euros pour la culture. Le jour de vos 18 ans vous avez 500 euros pour pouvoir acheter des livres, accéder à des contenus culturels, sur d’ailleurs une plateforme qui sera gérée par le ministère. C’est ce qu’a fait l’Italie et ça marche formidablement ; pourquoi ? Parce que c’est reconnaître le fait que vous devez faire votre chemin dans la culture, et c’est le jeune, c’est l’individu, qui est responsable du choix qui sera le sien. Je ne veux pas le normer, mais c’est celui d’aller à une représentation théâtrale qui parfois n’a jamais été une expérience qu’il a connue, acheter un livre, accéder à une production culturelle. Et ces 500 euros seront financés par l’Etat, pour une partie très minoritaire, par les diffuseurs, et par les GAFA. Ça fait partie des contributions que je veux leur demander parce qu’ils bénéficient aujourd’hui de cet accès à la culture. Donc on doit les mettre à contribution parce qu’Internet n’a de sens que si l’on construit ce commun, et je veux qu’ils financent cela.

L'ouverture des bibliothèques

La troisième proposition que je veux faire sur ce sujet c’est l’ouverture de toutes les bibliothèques, en particulier les bibliothèques municipales et universitaires. Elles sont aujourd’hui très peu ouvertes. Nous avons 7100 bibliothèques en France, et en moyenne les bibliothèques municipales sont ouvertes 40 heures par semaine. A Copenhague, c’est 98 heures. Et donc une bibliothèque qui est fermée tous les week-ends et qui est fermée après 18 h, c’est une bibliothèque où un jeune, un lycéen, un étudiant ne peut pas aller. C’est une vraie inégalité parce que c’est le plus modeste qui en a besoin. Cet accès à la culture on doit aussi le faire en ouvrant beaucoup plus largement, donc en soirée, le week-end, toutes ces bibliothèques de France.

Un budget constant pour la culture

Ces trois mesures d’accès c’est le cœur de ce que je veux pour ma philosophie de l’action culturelle. Ces trois mesures concrètes elles seront financées sur le budget de la culture que je maintiendrai, je veux que ce soit un budget constant tout le long du quinquennat, par des redéploiements. Ces trois mesures pour l’Etat, c’est environ 200 millions par an sur le budget de la culture. On peut tout à fait ré-allouer et faire cet effort.

Mettre à contribution les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon)

Les GAFA ont en effet un rôle profondément structurant. Le numérique c’est un nouveau continent. Mais les contenus sont là et sont les mêmes : ce sont des productions humaines, intellectuelles, artistiques, sensibles. Nous ne pouvons pas, dans ce nouveau continent qui s’ouvre, considérer qu’il n’y a aucune forme de règle, aucun devoir, aucun commun en quelque sorte. Ou que le commun ce ne serait que ces tuyaux. Or, aujourd’hui nous vivons dans la loi de la jungle parce que, de fait, nous n’avons pas un droit mondial sur le numérique et ces GAFA décident de tout. Et donc, ce que je veux porter et, je pense, c’est au niveau Européen qu’il faut le faire, c’est une vraie politique, un vrai marché unique du numérique et de la culture. Je veux que ces grands acteurs du numérique, d’abord s’astreignent aux règles des communs. Quand on a un commun il faut le financer, ils doivent donc payer l’impôt comme les autres, et là j’y veillerai. On a commencé à le faire au niveau national, il faut le faire au niveau européen. Ensuite il faut des règles européennes communes. Si on veut protéger les données individuelles, si on veut protéger la manière de valoriser sur le plan économique ces données, il est indispensable d’avoir une vraie politique européenne pour encadrer, réguler ces acteurs. Et puis ils doivent contribuer aussi à l’accès et la production culturelle.

Les GAFA au niveau européen, il y a deux choses. Moi je suis pour qu’on aille beaucoup plus loin sur le principe des droits voisins. Quand des acteurs du numérique diffusent, vous en tant que journaliste ou auteur, un article ou quelque chose, il faut qu’on puisse rémunérer celui qui a créé le contenu au début. Aujourd’hui c’est un contenu qui ne vaut plus rien, or le numérique ne peut pas écraser tous les contenus, ne peut pas écraser toutes les créations. Ca c’est l’approche que je veux avoir des grands acteurs du numérique. Derrière cela, ils seront l’un des contributeurs et d’abord je veux le faire par une contribution volontaire obligatoire, par un grand débat européen, et derrière une fiscalité européenne. Mais je veux qu’ils puissent cofinancer la politique d’accès à la culture que je veux porter

A LIRE Aux sources des idées d'Emmanuel Macron

Au lendemain de la publication du volet culturel de son programme présidentiel, Emmanuel Macron est l’invité de Guillaume Erner dans Les Matins de France Culture.

Retrouvez ici la deuxième partie de l'émission.

Emmanuel Macron : le grand entretien

Intervenants
  • Huitième président de la République, fondateur du mouvement En marche ! Ancien ministre de l'économie, ancien secrétaire général adjoint de l'Élysée
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......