LE DIRECT
Zeynep Tufekci

Entretien avec Zeynep Tufekci : la technosociologue qui prédisait les mouvements sociaux à l'aune du numérique

42 min
À retrouver dans l'émission

Ces derniers temps, les mouvements sociaux se multiplient. Et la diffusion des manifestations qu’ils génèrent se fait désormais en grande partie sur les réseaux sociaux. Comment Internet et les réseaux sociaux ont-ils bouleversé notre manière de nous mobiliser ?

Zeynep Tufekci
Zeynep Tufekci

Souvenez-vous c’était il y a près de 10 ans. Les peuples arabes se soulevaient entraînant la chute de plusieurs leaders politiques à la tête de ces pays. Ainsi naissait le Printemps Arabe. Et si cette période est l’un des faits majeurs du XXIème siècle, la diffusion des événements par les réseaux sociaux n’y est pas étrangère. Devenue aujourd’hui une pratique courante où chaque individu peut devenir son propre média, ils sont les nouveaux modèles de transmission de messages politiques. Mais au-delà d’une diffusion devenue la règle, quel est l’impact de ces messages dans la sphère politique ?  Quelles sont les forces et les fragilités d’une mobilisation qui se fait désormais autant en ligne que dans la rue ? 

Pour en discuter, notre invitée du jour est Zeynep Tufekci, professeure à l'Université de Caroline du Nord et autrice de Twitter & les gaz lacrymogènes, forces et fragilités de la contestation connectée

Hong Kong et les États-Unis, une gestion de la crise distincte

"De tout point de vue, il y aurait dû avoir une énorme crise à Hong Kong. Les flux sont extrêmement importants avec la Chine. La ville est l'une des plus denses du monde et le virus pouvait facilement circuler. Mais dès que l’information sur le virus a été connue, les habitants de la ville ont directement réagi à la pandémie. Dès le mois de janvier, ils ont mis des masques. Et la mobilisation de la ville face au virus s’est faite par le bas. La population a réagi bien plus rapidement que le gouvernement."

Aux États-Unis, nous n’avons toujours pas de direction unifiée. À ce jour, il n’y a pas ou peu de suivi des gens qui sont infectés par le coronavirus, il n’y a pas assez de masques et  il n’y a pas eu de réponse de la base. Le gouvernement n’a pas fait son boulot et le résultat c’est que les États-Unis sont pour l'heure le pays avec le nombre de cas le plus important dans le monde. Et c’est inacceptable pour un pays doté de telles ressources. Zeynep Tufekci

Le Printemps arabe, point de départ d’une contestation devenue connectée

" Khaled Saïd était un jeune Égyptien arrêté et mort sous la torture de la police égyptienne en 2010. Et la photo de son corps torturé a circulé à cette époque sur les réseaux et a fait écho bien au-delà des frontières égyptiennes. Une page Facebook à son honneur a été  créée et a été un  élément déclencheur qui a permis aux gens de s’exprimer sur quelque chose déjà présent mais impossible à dire à cette époque sous une autre forme que sur les réseaux à cause de la trop grande censure."

Parfois on voit des choses qui se produisent chez nous bien avant qu’ils ne se déroulent dans le reste du monde. J’ai grandi à l’époque d’un coup d’État militaire en Turquie. C’était ma première expérience d’un pays faisant face à une censure très stricte. Et lorsque Internet est arrivé, je me suis dit que ça serait extraordinaire et que son pouvoir pour changer le monde serait immense. Et puis il y a eu le Printemps Arabe. Ce que j’ai découvert c’est qu'Internet a aidé ces mouvements et mobilisations à se développer et à faire tomber les régimes. Mais la population a grandement souffert, la répression faite était extrêmement sévère. Zeynep Tufekci

Les plateformes numériques, acteurs du bouleversement des sociétés mondialisés  

" Les plateformes ont un pouvoir énorme. Facebook est dirigé par une seule personne. En raison de la structure de l’entreprise, Mark Zuckerberg possède un pouvoir énorme. Dans beaucoup de pays, le seul endroit où vous avez accès à l’information c’est via Facebook. Et nous sommes en plein dans une révolution numérique. J’aimerais qu’on minimise le pouvoir de certaines entreprises. Il faut savoir contrôler ce pouvoir disproportionné que possèdent certaines sociétés."

Il faut se rendre compte à quel point la désinformation se répand sur Internet et sur les plateformes numériques. Les sociétés et les grandes compagnies qui propagent des fausses informations gagnent plus d’argent à faire cela. Nous sommes tentés et vulnérables face à cette désinformation. (…) Nous avons besoin de nous concentrer sur ce que voient les gens et pourquoi elles voient ces choses. Ce qui m’inquiète c’est la viralité d’internet. Il faut réussir à créer des sociétés et des infrastructures saines. Zeynep Tufekci

Vous pouvez (ré)écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page.

Chroniques

8H00
16 min

Journal de 8 h

L'épidémie de Covid-19 progresse fortement aux Etats-Unis
8H15
4 min

Le Billet politique

Les réseaux sociaux et "l'incommunicabilité politique"
Intervenants
  • professeure à l'Université de Caroline du Nord et autrice de Twitter & les gaz lacrymogènes, forces et fragilités de la contestation connectée
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......