LE DIRECT
Photo de Frossay, France

Faut-il opposer la France des villes à la France des champs ?

42 min
À retrouver dans l'émission

La fracture sociale et économique entre la France urbaine et la France souvent hâtivement qualifiée de "périphérique" est-elle si structurante dans les tensions politiques actuelles ? Nous recevons pour en parler Eric Charmes, sociologue et urbaniste, et Hélène de Comarmond, maire PS de Cachan.

Photo de Frossay, France
Photo de Frossay, France Crédits : Valery Inglebert / EyeEm - Getty

Révélateur fluorescent des divisions sociales, économiques et politiques du pays, le mouvement des « gilets jaunes » a également remis en lumière les fractures territoriales françaises. Symbolisées par la montée hebdomadaire sur Paris des manifestants venus des régions, cette opposition entre la France des villes et la France des champs pourrait toutefois, à l’examen, se révéler plus complexes que la version caricaturale qui en est faite.

Pour en discuter aujourd’hui dans Les Matins de France Culture, Guillaume Erner reçoit Eric Charmes et Hélène de Comarmond

Eric Charmes : « Les Gilets jaunes ont eu plus d’échos dans les secteurs moins favorisés du périurbain »

Eric Charmes : « Le mouvement a une dimension géographique très marquée, avec peu d‘échos dans les grandes villes et les banlieues populaires »

Eric Charmes : « Le mouvement des Gilets jaunes c’est la revendication de pouvoir vivre dignement là où on a élu domicile, pouvoir faire face aux couts de ce choix de vie, notamment en terme de mobilité ». 

Eric Charmes : « Le cas typique c’est une famille à 2500 euros par moi, qui a un enfant, et souhaite accéder à la propriété. Dans ce cas-là il faut s’éloigner des grandes villes, dans le cas de Paris de 100km. C’est là que le coût du transport va peser dans le budget, et c’est ce qui explique la crise actuelle »

Eric Charmes : « Le périurbain est aussi un espace désirable, les gens veulent y vivre. Le périurbain c’est le mariage de la ville et de la campagne. C’est un espace avec habitat individuel mais sous l’influence des villes. Les gens s’installent dans des villages autour d’une grande ville et, avec leur voiture, auront accès aux bénéfices offerts par la ville tout en pouvant vivre à la campagne. »

Eric Charmes : « Ce sont ceux qui ont le moins de moyens qui se retrouvent les plus éloignés des centres. » 

Eric Charmes : « Il faut distinguer la situation des grandes métropoles Lyon et celles des villes moyennes, ou les centres ne sont pas attractifs : Saint Etienne, Mulhouse, Lens. Dans ces zones les territoires les plus attractifs sont les territoires périurbains. » 

Eric Charmes : « J’ai deux problèmes importants par rapport à la notion de « France périphérique ». La première est l’insistance de Guilluy sur les fractures identitaires et culturelles, son opposition entre pauvreté blanche périurbaine et pauvreté immigrée dans les banlieues. Les revendications des Gilets jaunes ne tournent pas autour de ces questions. La deuxième critique porte sur le fait que me concept de « France périphérique » est négatif. Au contraire les territoires situés hors des métropoles peuvent être des endroits où on a envie de vivre, ou on est content d’habiter. » 

Chroniques

8H00
16 min

Journal de 8 h

Félix Tshisekedi, proclamé vainqueur de la Présidentielle en RDC
8H16
2 min

Le Billet politique

Faut-il un débat sur le débat ?
8H45
4 min

Le Billet culturel

Tintin reporter du 21ème siècle
Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......