LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Comment réussir à franchir le gouffre économique qui se profile à la fin du confinement ?

François Bourguignon : "Nous n'avions jamais vécu une crise simultanée de l'offre et de la demande"

37 min
À retrouver dans l'émission

L’épidémie de coronavirus a plongé les marchés économiques dans une grande incertitude. Comment réveiller l’économie mondiale après le confinement de trois milliards de personnes pour une durée indéterminée ? C’est la grande inconnue de la période que nous traversons.

Comment réussir à franchir le gouffre économique qui se profile à la fin du confinement ?
Comment réussir à franchir le gouffre économique qui se profile à la fin du confinement ? Crédits : John Lund - Getty

Comment réveiller la Belle au Bois Dormant ? C’est le défi majeur qui va se présenter à l’économie mondiale au sortir du grand confinement. Si la situation est inédite, rendant difficile toute anticipation précise, il semble de plus en plus compliqué d’échapper à la perspective d’une crise systémique. Des États-Unis, où le chômage pourrait tripler en 2020, à l’Inde, où des milliers de travailleurs informels privés d’activité se retrouvent sans ressources, ses premiers effets se manifestent déjà. Et si aucun continent n’est épargné, les conséquences de cette crise varient sensiblement d’un pays à l’autre, comme elles varient, au sein d’un même pays, entre les secteurs et les individus. Des inégalités qui ne pourront être compensées que par la solidarité, nationale et internationale. Quels seront les pays et les secteurs les plus touchés par cette crise mondiale ? Est-il encore possible d’en limiter les effets ? A quelle échéance peut-on espérer un retour à la normale ? Un tel retour doit-il être l’objectif des États, ou cette crise nous oriente-t-elle vers un changement de modèle?

Pour évoquer toutes ces questions, nous recevons ce matin l’économiste François Bourguignon, professeur émérite à l’École d’économie de Paris et ancien économiste en chef à la Banque mondiale, notamment auteur de "La Mondialisation de l’inégalité".

Quand l'offre entraîne la demande dans sa chute 

"La crise de 1929 était extraordinairement grave. On a eu une chute du PIB sur 3 ans de 20%. Ici, on a une chute qui à la fin de l’année sera autour de 10%. Mais si il y a une seconde vague épidémique, nous nous rapprocherions d’une contraction similaire du PIB similaire à celle de 1930.Néanmoins, la situation est assez différente aujourd’hui."

La crise à laquelle nous sommes confrontés aujourd’hui est due en même temps à un choc d’offres et également à un choc de demandes. Alors que les crises précédentes se concentraient sur un choc de demandes. C’est quelque chose que l’on avait jamais vu. Les gens ne peuvent plus acheter et les entreprises ne peuvent plus produire. C’est d’ailleurs un choc d’offre qui entraine un choc de la demande. François Bourguignon

Un retour à la normale est-il possible ? 

"Il y a un certain nombre de consommations qui va être modifié. On ne va plus voyager en train, en avion comme auparavant. Il y a toute une série de services qui vont être considérés comme dangereux et qui ne reprendront pas une activité normale comme auparavant."

Le retour à la normale ne va se faire que de façon progressive. Il restera une certaine frilosité de la part des consommateurs par rapport à leurs comportements. François Bourguignon

Une économie mondialisée fragilisant davantage les régions les plus vulnérables ? 

"Le cas de l’Afrique est très préoccupant. L’économie africaine est frappée par les récessions économiques mondiales. Selon des estimations, le produit par tête pourrait diminuer de 4 à 5% en Afrique. On se retrouve dans un système paradoxal où les vies sont épargnées par le virus mais pas par les sévices de l’économie. Il y a un effet de long terme de l’épidémie sur les économies africaines très grave. Il est important de porter secours à ces pays-là."

La question de la mondialisation va revenir au centre du débat une fois que la partie la plus importante de la crise sera passée. François Bourguignon

Vous pouvez (ré)écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page.

Chroniques
8H17
4 min
Le Billet politique
Est-ce le printemps pour la gauche ?
Intervenants
  • économiste, professeur émérite à l’Ecole d’économie de Paris, ancien vice-président de la banque mondiale.
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......