LE DIRECT
Un garçon entre ses deux parents. Image d'illustration.

Garde alternée : pourquoi le débat a cafouillé ?

16 min
À retrouver dans l'émission

La proposition de loi MoDem sur la résidence alternée a fait l'objet de débats inachevés jeudi dernier à l'Assemblée. Si pour certains, elle garantit une plus grande égalité entre les parents, pour d'autres, elle représente un danger pour les femmes et la stabilité de l'enfant.

Un garçon entre ses deux parents. Image d'illustration.
Un garçon entre ses deux parents. Image d'illustration. Crédits : BURGER / Phanie - AFP

Faire de la résidence alternée le principe en cas de séparation des parents : la proposition de loi MoDem, a fait l'objet de débats inachevés jeudi dernier à l'Assemblée.

Guidée par « l'intérêt supérieur de l'enfant » selon son auteur le député Philippe Latombe, la proposition de loi s’est révélée moins consensuelle qu’elle n’en avait l’air : si pour certains, elle garantit une plus grande égalité entre les parents, pour d'autres, elle représente un danger pour les femmes et pour la stabilité de l'enfant.

Du débat public au débat parlementaire, l’examen la proposition de loi dans la nuit de jeudi à vendredi dernier s’est soldé par un échec : les députés n’ont examinés que 10 amendements sur 42, et le texte pourrait ne pas revenir avant le 17 mai, date de la prochaine "niche" centriste (séance réservée aux propositions de loi des députés MoDem).

Face à la levée de boucliers des associations (onze associations féministes ont signé une tribune contre la « garde alternée automatisée », tandis que « SOS Papa », partisan d'une résidence alternée systématique a vu dans la double résidence « un recul »), et aux différentes critiques de l'hémicycle venant de la gauche, de la droite et même de la majorité censée soutenir la proposition MoDem, l’examen de ce premier texte sociétal à l’Assemblée semble avoir été sciemment ralenti.

Mais cette question pourra-t-elle obtenir un consensus ? 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour en parler des Les Matins de France Culture, Guillaume Erner reçoit Marie-Rose Moro, psychiatre, professeure de pédopsychiatrie à Paris Descartes et chef de service de la maison de Solenn, auteure notamment de Quand l'adolescent s'engage : radicalité et construction de soi, (Press édition, 2017) et de Et si nous aimions nos ados ? (publié chez Bayard, 2017). 

Elle sera rejointe en seconde partie d'émission par Hélène Périvier, économiste à l'OFCE, Coresponsable du Programme de Recherche et d’Enseignement des SAvoirs sur le GEnre (PRESAGE), co-auteure de Refonder le système français de protection sociale : pour une nouvelle génération de droits sociaux (Presses de Sciences Po, Paris, 2014). 

L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......