LE DIRECT
Un Gilet Jaune à Paris, le 28 décembre 2018

"Gilets jaunes" : le rôle des émotions en politique

44 min
À retrouver dans l'émission

Comment évaluer l'impact des émotions dans le champ politique ? Nous en discutons avec l'historien et sociologue Pierre Birnbaum, et le chercheur associé à l'IRIS Jean-Yves Camus.

Un Gilet Jaune à Paris, le 28 décembre 2018
Un Gilet Jaune à Paris, le 28 décembre 2018 Crédits : MEHDI FEDOUACH / AFP - AFP

La sociologie des "gilets jaunes"

Est-ce que les acteurs ne s'investissent que lorsqu'ils peuvent en tirer des bénéfices individuels ? Il faut montrer comment l'engagement collectif répond à des valeurs, des mythes, des croyances, à des émotions. Il n'y a pas d'engagement dans une manifestation, dans une grève, si il n'y a pas en même temps un lien qui se construit entre les individus qui, au delà de l'intérêt individuel, ont un sentiment d'appartenir à un ensemble qui se mobilise et donc d'avoir une forme de solidarité sociale. Pierre Birnbaum

Dans ce qui se passe dans la société française aujourd’hui, il y a une question fondamentale de justice sociale. Mais au-delà de cette question, cette mobilisation se déroule au moment où le lien social est contesté. Pierre Birnbaum.

Il faut se garder de focaliser le regard sur ce qui se passe à Paris et regarder ce qui se passe en province… Au départ, les Gilets jaunes, c’est un mouvement de gens qui travaillent, ouvriers, employés, TPE, toujours sur le fil. Ces gens qui travaillent ont un pouvoir d’achat réduit, pour qui la moindre augmentation fait passer de « j’ai la tête un peu au-dessus de l’eau » à « j’ai la tête sous l’eau ». Au départ, il y a des slogans pour la justice sociale et puis, au fur à mesure, la sociologie a changé, me semble-t-il, car à un moment, quand vous êtes salarié, vous êtes obligé de décrocher. Aujourd’hui, on a une modification avec davantage de précaires, d’exclus, et une modification du fond des revendications, avec une idéologie de la prolifération des droits. Jean-Yves Camus.

La rhétorique complotiste, l’ensemble des slogans qui se réfèrent vaguement à ce thème de l’oligarchie, tout cela ne touche pas que les militants d’ultra droite. Jean-Yves Camus.

La thématique identitaire n’est pas, au départ, dans la contestation des gilets jaunes. Jean-Yves Camus.

Il y a, à un moment donné, des arguments complotistes qui portent au-delà du cercle convaincu des « Dieudonnistes » habituels ou des adeptes d’Alain Soral. Jean-Yves Camus.

Le recours à la violence

La violence est au cœur de l’histoire française. Les guerres franco françaises sont ancrées dans des rapports conflictuels extrêmement durs, de la Saint-Barthelemy à la Commune. Pierre Birnbaum.

On peut manifester sans passer à la violence et maintenir l’ordre sans avoir recours à la répression. La violence policière est le signe d’un désarroi de l’Etat. Pierre Birnbaum.

Le passage par les urnes est la sanction que l’on doit respecter. Pierre Birnbaum.

Le temps politique

Les gilets jaunes réclament des droits économiques, sociaux, politiques et immédiatement. Il y a un raccourcissement du temps politique, qui me semble être un fait marquant. A peine élu, le chef de l’Etat se trouve face à une injonction de délivrer tout de suite et il ne le peut pas. Jean-Yves Camus. 

Chroniques

8H00
15 min

Journal de 8 h

A bord du "Sea Watch 3", de désespoir, des migrants sans port d'attache se jettent à l'eau
8H16
3 min

Le Billet politique

Les questions que pose le nouvel arsenal "anti-casseurs"
8H45
3 min

Le Billet culturel

« Brexit, The Uncivil War », que peut la fiction contre les infox ?
Intervenants
  • professeur émérite à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • politologue, directeur de l'Observatoire des radicalités politiques à la Fondation Jean-Jaurès
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......