LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Gilets Jaunes devant des barricades en flammes, samedi 1er décembre 2018 à Paris

Gilets jaunes : l’échec de la démocratie représentative ?

43 min
À retrouver dans l'émission

Pour évoquer les débordements des Gilets Jaunes à Paris samedi 1er décembre, nous recevons Jean Garrigues, professeur d’histoire contemporaine, et Sylvain Boulouque, historien des mouvements sociaux.

Gilets Jaunes devant des barricades en flammes, samedi 1er décembre 2018 à Paris
Gilets Jaunes devant des barricades en flammes, samedi 1er décembre 2018 à Paris Crédits : ABDULMONAM EASSA / AFP - AFP

En réclamant dans un même souffle, la dissolution de l’Assemblée, la démission du gouvernement, la destitution du Président voire même la nomination du général De Villiers à Matignon, les Gilets jaunes exposent, a minima, une méconnaissance du fonctionnement de nos institutions. Sans forcément apporter la démonstration d’une crise de régime que les dirigeants de La France Insoumise appellent de leurs vœux, ces revendications traduisent peut-être une forme d’échec de la démocratie représentative à la Française. 

Pour en discuter, nous recevons Jean Garrigues et Sylvain Boulouque

Jean Garrigues 

Ce mouvement des Gilets Jaunes ressemble aux jacqueries de l'Ancien Régime. Les mesures d'alourdissement fiscal provoquaient des émotions totalement imprévisibles qui révélaient une société d'oppression féodale. La révolte de la France périphérique contre l'Etat centralisé rappelle cela. 

Des éléments évoquent aussi la révolte poujadiste. Ce mouvement s'était étendu à une révolte contre l'Etat. 

Le mouvement d'aujourd'hui est extrêmement ambigu et divers. Certains appellent le Général De Villiers au pouvoir. Certains appellent la France Insoumise, d'autres Nicolas Dupont-Aignant. 

Une séquence a commencé avec Nuit debout en 2015-2016, s'est poursuivie avec la République En Marche. Et puis il y a aujourd'hui la France miroir de LREM qui se mobilise. Il y a une manière de contourner une représentation politique qui ne satisfait pas les aspirations du peuple. 

On a l'impression qu'il y a une mauvaise estimation de ce que pouvaient être les risques [de la part du gouvernement]. 

Il y a hétérogénéité, diversité et hystérisation sur les réseaux sociaux. Il faut donc marquer un recul. Le moratoire est une concession indispensable. Par rapport au flou des revendications, il faut marquer avec le symbolique. La question du pouvoir d'achat étant au cœur des revendications, il faudra travailler à ce niveau-là. 

Sylvain Boulouque 

Un certain nombre d'animateurs des Gilets Jaunes au niveau local appartiennent à l'extrême-gauche ou à l'extrême-droite. 

La France du Sud-Est et la France du Nord sont plutôt à l'extrême-droite. Et il y a une France de l'Ouest où les Gilets Jaunes seraient plutôt à gauche de l'échiquier politique. 

Il y a un débat entre les différents groupes de la gauche radicale. Il y a une partie des libertaires qui ne veut pas manifester avec l'extrême-droite, ce qui est contraire qui est à leur antifascisme. Ça rend l'expression assez compliquée. 

Il y a des volontés insurrectionnelles. L'extrême-droite et la droite dure attendent les résultats par les urnes. Ils espèrent pouvoir rafler la mise aux européennes. 

Les Gilets Jaunes ne s'expriment que sur les réseaux sociaux. Une majorité d'entre eux peut exprimer sur les réseaux sociaux. Il y a une violence verbale dans cette démocratie 2.0 qui s'exprime, qui ne s'exprimait pas avant. C'est un mouvement plutôt en déclin mais les éléments qui restent sont tellement radicalisés qu'on ne sait pas comment peut évoluer un rendez-vous N°4. 

Chroniques
8H00
15 min
Journal de 8 h
Le secteur du BTP pourrait voir son carburant augmenter d'un tiers au 1er janvier
8H16
3 min
Le Billet politique
Les "Gilets jaunes" doivent-ils devenir un mouvement politique ?
8H45
3 min
La Théorie
Et si la Finlande avait inventé la bibliothèque du futur?
Intervenants
  • historien, professeur à l'université d'Orléans, président du comité d'histoire parlementaire
  • historien et enseignant-chercheur à l'Université de Reims.
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......