LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Entrée des urgences du CHU de Nantes

Hôpital : encore des mots, toujours des maux ?

42 min
À retrouver dans l'émission

Après six mois de grève des urgences en France, Agnès Buzyn a dévoilé hier les contours d’un plan en douze points pour la « refondation des urgences ». La ministre de la Santé a promis de consacrer « plus de 750 millions d'euros » entre 2019 et 2022 pour désengorger les services.

Entrée des urgences du CHU de Nantes
Entrée des urgences du CHU de Nantes Crédits : LOIC VENANCE - AFP

Une grande partie des fonds ira à la mise en place d’un service d'accès aux soins (SAS), qui permettra notamment d'obtenir à toute heure un conseil médical de la part d'un professionnel de santé et de prendre rendez-vous avec un médecin généraliste dans les 24 heures. Agnès Buzyn ne prévoit en revanche pas d'ouvertures de lits ni de recrutements de personnels, alors qu’il s’agissait des principales revendications des grévistes. Ce plan de refonte des urgences va-t-il convaincre le personnel des urgences et mettre fin au mouvement de grève ? 

L'assemblée générale du collectif inter-urgences se réunit ce mardi pour décider des suites du mouvement, et la CGT appelle à une "journée d'action nationale" ce mercredi.

De quels maux souffrent les urgences ? Pour en discuter, nous recevons Brigitte Dormont, professeure à l'université Paris Dauphine, directrice du laboratoire d'économie et de gestion des organisations de santé (LEGOS), titulaire de la Chaire Santé Dauphine (Institut Louis Bachelier)

Elle sera rejointe par Hélène Rossinot, médecin spécialiste en santé publique et médecine sociale, auteure de « Aidants, ces invisibles » (éditions de l’Observatoire).

Brigitte Dormont, à propos des mesures annoncées par la ministre de la santé : 

“Dans ce plan, l’idée n’est pas d’augmenter les moyens des services d’urgences mais de les désengorger. C’est l’esprit de ce qui est proposé. Je ne sais pas si cela va apaiser la colère sur le terrain, je crois qu’on peut en douter.” Brigitte Dormont

La colère des urgentistes est à mettre en perspective avec les efforts demandés à l'hôpital ces dernières années : 

Il y a une question de calendrier, et le contexte dans lequel surgissent ces problèmes est celui de plusieurs années d’une austérité très sévère envers l’hôpital public, beaucoup plus que dans tous les autres pays. Brigitte Dormont

"Si on sépare la médecine de ville et l’hôpital, la France dépense beaucoup plus que tous les autres pays en matière de médecine de ville, mais moins que la moyenne européenne pour l’hôpital public."

"On n’arrive pas à maîtriser le budget de la médecine de ville, et donc on fait payer l’hôpital." Brigitte Dormont

A propos des aidants, Hélène Roussinot explique que derrière ce terme se trouve une grande diversité de profils : 

“Il n’y a pas de profil-type de l’aidant. Nous avons tous été, nous sommes tous, ou nous serons tous aidants ou aidés à un moment de notre vie.”  Hélène Rossinot

"Il y a énormément à faire pour les aidants et aujourd’hui quasiment rien n’est fait." Hélène Rossinot

Le droit ne prend pas suffisamment en compte toutes les situations des aidants, Hélène Rossinot appelle ainsi à la la création d'un statut plus large d'aidant : "Il y a un statut de personne aidante pour les personnes vieillissantes et pour les personnes handicapées. Mais au milieu, c’est complètement flou, il n’y a rien. J’insiste sur l’importance d’une reconnaissance plus large et d’un statut inclusif."

_Pour aller plus loin : "Competition Between Hospitals",_ publicaition du CEPREMAP sous la direction de Brigitte Dormont et Carine Milcent (2019).   http://www.cepremap.fr/publications/competition-between-hospitals/

Chroniques
8H00
16 min
Journal de 8 h
Brexit : les députés mettent Boris Johnson au pied du mur
8H15
4 min
Le Billet politique
"Ordeeeeeer !"

Bibliographie

Intervenants
  • Professeure d’économie à l’université Paris Dauphine au sein du laboratoire LEDA-LEGOS, et directrice de la Chaire Santé Dauphine (Institut Louis Bachelier)
  • Médecin spécialiste en santé publique et médecine sociale
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......