LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le lauréat du Prix Goncourt Mathias Enard est l'invité des Matins

Mathias Enard : "Pendant le confinement, je tente de retrouver le plaisir d'être au monde dans la simplicité"

37 min
À retrouver dans l'émission

A l'occasion de la Journée spéciale, "Imagine... le monde de demain" offerte par France Culture à ses auditeurs, nous avons la chance de recevoir Mathias Énard, lauréat du du prix Prix Goncourt 2015 L’occasion pour le romancier de laisser libre cours à l’imagination pour penser le monde de demain.

Le lauréat du Prix Goncourt Mathias Enard est l'invité des Matins
Le lauréat du Prix Goncourt Mathias Enard est l'invité des Matins Crédits : JOEL SAGET - AFP

Il nous a fait voyager, à travers ses écrits, du Liban à l’Afghanistan en passant par la Syrie, le Venezuela ou Bornéo, mais c’est dans la France rurale de son enfance, entre la plaine niortaise et le Marais poitevin, qu’il a choisi de situer son dernier roman. Ce Banquet annuel de la Confrérie des fossoyeurs, dont la sortie était initialement prévue début mai, restera finalement confiné jusqu’à la rentrée littéraire d’octobre, pour les raisons que l’on sait. Mais Mathias Énard a accepté de nous en donner un avant-goût ce matin, à l’occasion de notre journée spéciale “Imagine… le monde de demain”. Car dans ce monde de demain, que beaucoup rêvent plus doux, plus lent, plus respectueux de la nature et des hommes, la campagne, et l’imaginaire qu’elle convoque, pourrait bien jouer un rôle central. Le lauréat du prix Prix Goncourt 2015 pour son roman Boussole est l'invité des Matins 

Voyage au centre du confinement 

Mathias Énard revient sur la relation qui le lie à son Poitou natal et cadre de son prochain roman "Le Banquet annuel de la Confrérie des fossoyeurs" : 

" Ce qui me fascine dans le Poitou c’est la grande diversité. On a toujours l’impression que dans cet environnement, il ne s’est rien passé et que c’est un endroit sans histoire. Mais l’histoire est passée dans le Poitou, entre Clovis et Charles Martel. C'est un endroit qui me fait rêver. Et puis il y a les marais poitevins."

Ce virus va remettre la nature au cœur de nos préoccupations. Tout le monde prend conscience de ce besoin de verdure. Vu de la campagne, c’est un printemps plein d’espoir. L’arrêt du bruit, de la circulation, ce silence transforment nos environnements. Mathias Énard

"C’est une période très étrange pour les gens qui aiment voyager. Ça augmente la fascination pour les lieux déserts. J’ai du mal à m’imaginer des grandes villes comme New York déserte, dénuée de toute son effervescence. C’est à la fois extrêmement déstabilisant et fascinant."

Dans quelques années peut-être regrettera-t-on le temps du confinement. Le confinement semblera être un paradis perdu. Néanmoins, que l’on puisse retirer quelque chose de positif me paraît important. Mathias Énard

Un monde d'après rempli d'incertitudes 

C’est très encourageant de se dire qu’il faille imaginer des solutions à nos problèmes. C’est aussi un moment où tout est possible pour imaginer des choses nouvelles. Mathias Énard

"Nous sommes projetés dans un espace de science-fiction. En février, personne n'imaginait que deux mois plus tard nous serions tous confinés chez nous. Tout a été très surprenant et très rapide. Tout est troublant et on a du mal à se projeter. Mais en même temps, il y a cette volonté utopique de changement et de transformation. Et ce désir d’utopie est assez magique pour inventer des choses et en abandonner d’autres.

Il ne faut pas confondre ce qu’on désire de notre avenir et ce que l’on va être forcé de subir. Mathias Énard

La vision de l'écrivain sur cette période 

L’avantage de la littérature est que d’autres ont vécu pour nous. Ça nous permet de relativiser nos peines et nos mots. Et cela nous enseigne l’espoir. L’espoir est toujours là même dans les moments les plus dramatiques. Mathias Énard

"Ceux qui écrivent ou décrivent l’enfermement sont pris dans un tourbillon. C’est la guerre en quelque sorte. On a l’impression que le poète en guerre ou le romancier en guerre a toujours un coup de retard par rapport au fait. On est soudain au milieu d’un monde où plus rien ne ressemble à ce qu’on connaissait."

Vous pouvez (ré)écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page.

Chroniques
8H17
5 min
Le Billet politique
La nation constitue-t-elle un horizon politique indépassable ?

Bibliographie

Boussole

BoussoleMathias ÉnardActes Sud, 2015

Intervenants
  • écrivain et producteur de "La Salle des Machines" sur France Culture
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......