LE DIRECT
Matteo Salvini

Italie : le nouveau défi de l'Europe ?

45 min
À retrouver dans l'émission

Le budget italien pour 2019 affiche un déficit budgétaire trois fois supérieur aux prévisions initiales. Mardi 23 octobre, le commissaire européen aux affaires économiques, Pierre Moscovici, a demandé à l’Italie de réviser son budget.

Matteo Salvini
Matteo Salvini Crédits : Alberto PIZZOLI - AFP

Après les refus de la Pologne et la Hongrie de revenir sur une série de lois allant à l’encontre des normes démocratiques européennes, c’est au tour de l’Italie de de s’en prendre frontalement aux règles de vie commune de l’UE en s’attaquant cette-fois ci à ses critères économiques. En soumettant en connaissance de cause un budget si éloigné de ces derniers que Bruxelles n’avait d’autre choix que de le refuser, la coalition populiste italienne s’est assurée de  déclencher ce qui était son principal objectif en arrivant au pouvoir : la mise en scène d’un conflit parfait entre « la technocratie bruxelloise » et « les représentants du peuple », une crise politique majeure à même d’exposer et d’exploiter les failles de la construction européenne. Alors que les négociations du Brexit s’enlisent, la Commission européenne devra manœuvrer subtilement pour maintenir l’Italie dans le giron européen.

Pour en discuter, Guillaume Erner reçoit Pascal Lamy

L’Italie et son gouvernement populiste s’embarquent dans une croisade verbale contre l’UE. C’est jamais mauvais d’antagoniser Bruxelles quand on est populiste.

Il ne s’agit pas de la commission européenne. Ce sont des règles que l’Europe s’est donnée, avec l’accord de l’Italie. Bruxelles ne fait qu’appliquer ces règles édictées en commun. 

L’urgence c’est de voir si les agences de notation financière vont de nouveau dégrader la note de l’Italie, ce qui leur ferait payer plus cher leurs emprunts. Quand on a 130% de dettes c’est embêtant. 

Si il y a une crise dans la finance italienne nous serons aussi affectés en France, c’est pour ça qu’il faut que les règles européennes soient appliquées. Pour protéger le collectif. 

Il s’agit d’une affaire de trajectoire. La France est sur une bonne trajectoire budgétaire, l’Italie était dans la bonne direction avant l’arrivée des 5 étoiles et de Salvini, mais plus maintenant. C’est pour cela que la procédure européenne se déclenche. 

Un tiers de la source d’énergie populiste est d'origine économique, le reste est culturel. En Pologne, en Hongrie, aux Etats Unis le problème n’est pas d’origine économique, c’est culturel. 

Le grand échec dans la relation de l’UE à l’Italie ce n'est pas les finances publiques, c’est l’immigration. Nous avions des règles communes que nous n’avons pas pu, su ou voulu appliquer. 

S’il y a quelque chose de grave en Italie en ce moment ce n’est pas les finances publiques, c’est la nomination à la tête de la Rai, la télévision publique, d’un homme proche des thèses de Steve Bannon. Dans la démocratie il y a des principes fondamentaux : le contrôle des pouvoirs par des contre-pouvoirs, et le travail sérieux de la presse. L’Italie est sur une pente inquiétante. 

Le Brexit et l’élection de Trump ont lieu dans les deux endroits du monde occidental ou les filets de sécurité économiques sont les plus faibles. Il faut en tirer les conséquences. 

Chroniques

8H00
15 min

Journal de 8 h

Des colis piégés visent des figures anti-Trump aux Etats-Unis
8H16
4 min

Le Billet politique

Mais qui va donc représenter le Parti socialiste aux élections européennes ?
8H45
4 min

Le Billet culturel

Restitution des biens, l'Histoire s'accélère?

Bibliographie

Intervenants
  • ancien directeur de l’OMC et président du Forum de Paris pour la Paix
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......