LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
L'essayiste Raphaël Glucksmann lors du lancement du mouvement "Place publique" à Montreuil

La gauche profitera-t-elle du mouvement social ?

45 min
À retrouver dans l'émission

Les partis de gauche peuvent-ils prendre un nouvel élan grâce au mouvement des Gilets jaunes ? Nous en discutons avec la sociologue Dominique Méda et l'historien Nicolas Delalande.

L'essayiste Raphaël Glucksmann lors du lancement du mouvement "Place publique" à Montreuil
L'essayiste Raphaël Glucksmann lors du lancement du mouvement "Place publique" à Montreuil Crédits : JOEL SAGET / AFP - AFP

Les grandes manœuvres politiques à gauche ont commencé avant les européennes. Dans ce contexte, il faut compter avec deux inconnues : la gauche parviendra-t-elle à s’unir ? Et saura-t-elle tirer parti du mouvement social des Gilets jaunes ? 

Place Publique, le Parti Socialiste : les injonctions à l’union des partis de gauche en vue d’élections qui s’annoncent cruciales ne manquent pas. Pourtant, une union des partis de gauche non mélenchonistes semble encore utopique… 

Notre invitée ce matin, Dominique Méda, nous aidera à comprendre dans quelle mesure il peut y avoir convergence entre le mouvement social des Gilets jaunes et des formes plus traditionnelles d’action politique à gauche.

Elle est rejointe en deuxième partie par l'historien Nicolas Delalande

La mondialisation :

On a dit aux pays développés ‘vous entrez dans la mondialisation… si vous voulez conserver votre place, il va falloir être beaucoup plus flexibles’. Dominique Meda.

Le marché du travail :

L’Allemagne a mis en place des réformes extrêmement importantes sur le marché du travail et a obligé ses chômeurs à reprendre le travail… Très vite, l’Allemagne va tailler des croupières à ses voisins. Mais c’est une politique non coopérative, elle fait cela toute seule… Dominique Meda.

Le problème aujourd’hui c’est que oui un certain nombre de personnes ne peuvent pas vivre avec leurs salaires. Pour que le travail paie, il faut sortir de ces petits temps partiels, de ces contrats courts. Il faut reconstruire notre marché du travail pour sortir des contrats courts et de ces auto entrepreneurs qui n’arrivent pas à gagner suffisamment d’argent. Il faut reconstruire le marché du travail. Dominique Meda.

La dette, le déficit :

Il faut absolument relancer l’investissement en France. Il faut le faire de façon sélective. Non pas tous azimuts, pour relancer la croissance, mais faire un investissement massif notamment dans la transition écologique, et quand on dit écologique, on dit aussi sociale. Il faut au moins 20 milliards dans la transition écologique. Dominique Meda.

Il faut revoir les règles budgétaires en Europe car ces politiques sont en partie les causes des situations dans lesquelles on se retrouve : avec ces critères du pacte de stabilité, le fameux 3%. Il faut renégocier cet indicateur. On peut s’accorder un déficit de fonctionnement. Dominique Meda.

On peut tout à fait continuer à augmenter la dette et en contrepartie construire une autre société à nos enfants avec les énergies renouvelables, etc. Si c’est pour leur offrir une autre société, alors ça n’a aucune importance de leur laisser une partie de cette dette. On a des actifs aussi en France. Il n’y a pas de risque que l’on soit tapés par les marchés financiers parce que notre dette serait trop importante. Dominique Meda.

La gauche et la construction politique :

Si on veut penser à un programme de gauche, il faut que l’on s’interroge sur ce que la gauche pense du salariat, du marché di travail, car la gauche n’a pas été claire sur ces questions-là. Dominique Meda.

La gauche a accompagné le néo libéralisme et la libéralisation des capitaux… pourquoi ? Parce que la gauche pensait qu’on allait mieux contrôler, or les institutions n’ont rien contrôlé. Dominique Meda.

Ce qui est central (dans le mouvement des gilets jaunes), c’est la lutte contre les inégalités, la justice sociale et fiscale… des valeurs de gauche. Il devrait se passer des choses entre la gauche et les gilets jaunes… La gauche est-elle prête à reprendre telle ou telle revendication ? Il y a un enjeu majeur pour la gauche à aller discuter avec les gilets jaunes…  La question de l’inégalité et de l’injustice est absolument centrale… Dominique Meda.

Est-ce que, pour accéder au pouvoir, les grands partis ouvriéristes de l’époque, doivent ou non rechercher des alliances avec d’autres groupes sociaux ? Cette question se pose. Les réalités des systèmes politiques ont besoin des construire des coalitions plus larges. Nicolas Delalande.

L’impôt :

Depuis 30 à 40 ans, à côté du discours valorisant en permanence le marché du travail, il y a aussi une critique de l’impôt progressif qui va freiner l’investissement. Nicolas Delalande.

Il y a, d’un côté, une très forte dénonciation du système institutionnel, des élites et de l’autre, la demande d’une plus grande protection… Dominique Meda.

L’histoire ouvrière :

On voit émerger aujourd’hui (avec les gilets jaunes) une nouvelle forme d’action collective mais elle n’est pas totalement inédite ; c’était l’expérience propre des mouvements ouvriers des années 1850-1870. Nicolas Delalande.

La principale composante sociale à visée internationale ou internationaliste fin 19è et tout au long du 20è, c’est précisément le mouvement ouvrier… Pour être efficace, la mobilisation ouvrière doit dépasser l’enracinement local... Ces mouvements sont attachés à la mobilité ouvrière, à la mobilité des travailleurs. Aujourd’hui, la question est de savoir comment on allie cette mobilité ouvrière avec la protection sociale. Nicolas Delalande.

Avant 1914, les ouvriers sont assez rétifs à l’intervention de l’Etat… avant d’attendre des institutions qu’elles résolvent les problèmes, il faut trouver une action collective… Quand est créée OIT (l’Organisation Internationale du Travail) en 1919, c’est que cette revendication est intégrée à l’échelle internationale. Nicolas Delalande.

Chroniques
8H00
14 min
Journal de 8 h
Venezuela : Maduro rejette l'idée d'une nouvelle élection présidentielle
8H16
3 min
Le Billet politique
Voterons-nous avec un stylo ?
Intervenants
  • Professeure de sociologie à Paris-Dauphine
  • chercheur au Centre d’histoire de Sciences Po, il s'intéresse aux relations entre économie et politique et a notamment travaillé sur l'action philanthropique des Rothschild au XIXe siècle.
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......