LE DIRECT
Femme inquiète face au virus

La science, de l’incertitude à la défiance

42 min
À retrouver dans l'émission

Polémiques sur l’origine du virus, division sur le traitement, suspicions autour des recherches sur le vaccin… les thèses conspirationnistes vont bon train, face à la parole, parfois discordante et souvent disqualifiée, des scientifiques. Comment informer dans une période de doute ?

Femme inquiète face au virus
Femme inquiète face au virus Crédits : GeorgePeters - Getty

Si l’épidémie a révélé une relation “je t’aime moi non plus” entre science et politique, elle a aussi suscité une envie de compréhension et une saisie des enjeux qu'elle porte chez le citoyen. Mais les discours polyphoniques, voire cacophoniques des scientifiques, les théories du complot ont engendré incompréhension et méfiance face à la science. Dans un contexte d’incertitudes et de sollicitations, quelle est la place des scientifiques ? Leur parole a-t-elle perdu de sa crédibilité ? Comment l’épidémie a bousculé notre rapport à la vérité ? 

Pour en parler, nous recevons le professeur de  sociologie, spécialiste des croyances collectives Gérald Bronner. Il est notamment l'auteur de Cabinets des curiosités sociales (aux éditions PUF) est l'invité des Matins

Tous médecins, tous épidémiologistes : quelles conséquences ?

"L’épidémie a impacté notre image collective de la science. Et durant la pandémie, c’était normal de voir les citoyens s’intéresser à l’épidémie, mais c’est autre chose que de se sentir épidémiologiste." 

On a eu l’impression que pendant l’épidémie, il y a eu une autre épidémie. Celle de s’intéresser aux épidémies. Et nous nous sommes pris pour plus compétent que ce que nous étions. Au fur et à mesure que nous appréhendons un sujet, nous devons nous rendre compte de notre incompétence dans le sujet et non l'inverse : c’est le paradoxe de Kruger selon lequel les moins qualifiés dans un domaine surestiment leur compétence. Et pendant la pandémie, nous avons pleinement assisté à ce phénomène. Gérald Bronner

"Le simple fait de répondre à la question et d’avoir un point de vue sur l’hydroxychloroquine est absolument révélateur durant la crise de notre appétence pour les contenus scientifiques. Et on s’est rendu compte que l'intérêt même pour cette molécule n’est pas neutre idéologiquement. Chaque nouvelle crise fait apparaitre les nouvelles lignes de cette  cartographie politique. Et la crise de l’hydroxychloroquine a montré de nouvelles données et de nouveaux marqueurs politiques."

Quand la parole scientifique intègre la sphère publique

Je suis convaincu que des positions partisanes de part et d'autre peuvent conduire à des stratégies navrantes qui n’honorent pas la science. Et aujourd’hui, des milliers d’articles ont été écrits sur le coronavirus. Il y a eu une hystérie de publication et dans l’urgence  il y a eu forme d’opportunisme et une volonté de publier sur ce sujet sans toujours des garanties sur l'information donnée. Gérald Bronner

" Le terme médecine induit la recherche médicale et la pratique médicale. Et la tentation est d’opposer l’expérience, le bon sens à des données scientifiques. Mais le problème, c’est qu’à donner trop raison à son intuition, on peut faire des erreurs crasses. Et le médecin peut être lésé par des biais cognitifs entrainant des erreurs. Et l’appel au bon sens appelle souvent à des propositions contre intuitives."

La décision politique en situation épidémique doit entendre l’avis scientifique. Le danger pour l’expertise scientifique est qu’elle a été rendue publique. Et ça a exhibé les incertitudes, les hésitations de cette parole. On a vu la science se faire sous nos yeux. Et la plupart du temps, on ne voit pas l’ensemble du processus. On a eu l’impression que la science pouvait se contredire elle-même. Mais c’est un sentiment normal car nous ne sommes pas assez formés à la façon dont la science se constitue. Gérald Bronner

Vous pouvez (ré)écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page.

Chroniques

8H00
15 min

Journal de 8 h

Les funérailles de George Floyd résonneront jusqu'en France
8H15
4 min

Le Billet politique

L'embarras de l'exécutif sur les violences policières
Intervenants
  • professeur de sociologie à l'université de Paris, membre de l'Académie des technologies et membre de l'Académie nationale de médecine
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......