LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Retour à l'école le 12 mai
Épisode 2 :

Les relations humaines

14 min
À retrouver dans l'émission

Cette semaine, nous nous demandons ce qui a déjà changé avec la pandémie. Aujourd'hui nous parlons des relations humaines qui se sont retrouvées modifiées depuis le confinement. De la distance à l’absence de contact physique, la sociabilité a été mise à l'épreuve. Qu'en sera-il demain ?

Vers une nouvelle version de la relation à distance ?
Vers une nouvelle version de la relation à distance ? Crédits : FilippoBacci - Getty

Au lendemain du déconfinement, l'heure est aux retrouvailles avec ses proches. Une reprise des relations sociales qui devra se faire en respectant les désormais si familiers « gestes barrières ». La crise que nous vivons a-t-elle déjà changé des relations humaines ? La pandémie va-t-elle entraîner à long terme une peur de l'autre et une sociabilité à distance ? Ou devons-nous au contraire espérer qu'elle créé de nouvelles solidarités et renforce notre besoin d'humanité ?

Pour en parler, notre invitée est Cynthia Fleury, philosophe et psychanalyste, professeure titulaire de la chaire Humanités et santé au Conservatoire national des arts et métiers.

Il y a une redécouverte du plaisir d'aller et venir, même s'il est minimal, de se retrouver. On inverse notre perception : il y avait une progressivité vers le renforcement des restrictions, il y a à présent une progressivité vers le déconfinement. 

"Les relations à distance, le télé-présentiel a néanmoins révélé une forme de solidarité distancielle".

"Il y a une ligne de partage entre ceux qui pouvaient encaisser cette distanciation sociale, qui pouvaient dégager une forme de réflexion, de temps dédié à eux ou à la famille, et ceux happés par le fait qu'ils ne pouvaient pas encaisser cette mise en retrait, en raison de l'isolement, l'inquiétude pour leur activité professionnelle... Le confinement pour eux a été gangrené par l'angoisse".

Le retour de la vie sociale : un sentiment partagé

Il y a ceux qui l'attendaient, et ceux qui ont une légère angoisse. La conscientisation du danger a augmenté. Le contexte d’incertitude et de risque est difficile pour l'apaisement des relations humaines. 

Dans des contextes de proximité forcée, dans le métro ou au travail, il y aura une augmentation de l'angoisse et des tensions. Ce n'est pas quelque chose de définitif. Les gens sont conscients qu'avec les gestes barrières, un reconfinement pourra être évité, et que ce n'est qu'un moment a passer.

Le retour de la société du care ?

"On sort d'un moment ou l'ordinaire, la proximité...  tout ce qu'on peut appeler la société du care et de l'utilité sociale a été fortement valorisé. On ne peut pas dire encore si cela durable, mais ces valeurs ont été fortement valorisées"

Pour écouter la suite des Matins, c'est ici.

Chroniques
8H00
16 min
Journal de 8 h
Déconfinement, Jour 2 et réouverture partielle des écoles
Intervenants
  • Philosophe et psychanalyste, professeure au Conservatoire National des Arts et Métiers, professeure associée à l'Ecole des Mines de Paris et directrice de la chaire de philosophie à l'hôpital Ste-Anne
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......