LE DIRECT
Retour à l'école le 12 mai
Épisode 4 :

La Chine au cœur d’un nouvel ordre mondial

14 min
À retrouver dans l'émission

Après l’hôpital, les relations sociales ou encore le numérique, nous nous interrogeons ce matin sur la façon dont l’ordre mondial est chamboulé. La Chine peut-elle prétendre à une place hégémonique ?

Fresque à Berlin
Fresque à Berlin Crédits : John MACDOUGALL - AFP

La France a rejeté ce mercredi les critiques de la Chine concernant un contrat d’armement avec Taïwan. Le ministère français des Affaires étrangères l’a invitée à “se focaliser” plutôt sur la lutte collective contre la pandémie. De l’autre côté de l’Atlantique, des sénateurs républicains ont présenté un projet de loi qui donnerait le pouvoir à Donald Trump d'imposer des sanctions à la Chine si Pékin ne fournit pas de « compte rendu complet » sur la crise sanitaire. Alors que la Chine a réussi à juguler l’épidémie, les voix s’élèvent pour pointer le défaut de transparence de l’empire du milieu. 

Comment l’épidémie chahute-t-elle l’ordre mondial ? La Chine peut-elle tirer son épingle du jeu ? Comment la lutte contre le virus met-elle au défi les organisations internationales ? 

Avec Valérie Niquet : maître de recherches à la Fondation pour la recherche stratégique, spécialiste de l’Asie et en particulier de la Chine

Pour écouter la deuxième partie des matins, c'est ici.

Vers une guerre froide sino-américaine ? 

"Je ne sais pas si on peut parler d'une nouvelle guerre froide et si on peut limiter les tensions internationales à celles entre les États-Unis et la Chine. Mais cette crise a redonné une nouvelle position à la Chine. La position assez incontestée d’une montée en puissance  inéluctable dont bénéficiait le pays par des projets d'expansion comme le sont les routes de la soie. s'est rompue. On a au contraire une incapacité de renforcement de puissance de la part de la Chine. On voit que cette capacité d’influence et de pression de la Chine au lieu de se renforcer s'effondre."

Cette rupture entre la Chine et l’Occident existe. Les pays africains se sont aussi émus de la manière dont leurs ressortissants sont traités en Chine. Sans doute à l’intérieur même du Parti chinois certains membres regrettent le comportement très agressif de Xi Jinping dans sa politique internationale en ces temps de crise. Valérie Niquet

Sanctions internationales et soft power en berne 

"Ce qui est pris au sérieux à Pékin c’est que l’image et la capacité de pression et de coercition du pays va en se réduisant. Et si Pékin peut refuser tout procès, il est  en revanche possible que  des sanctions unilatérales soient prononcées contre la Chine comme ce qu’on avait vu après Tian'anmen."

On imaginait que Pékin pouvait fournir de manière efficace en masque mais ça n’est pas le cas. Les commandes ont pris du retard. Donc l’image de la Chine qui vient en aide au reste du monde s’est écornée et ça met en évidence une dépendance dangereuse face à un pays utilisant une stratégie de « l’arme commercial » pour renforcer ces positions internationales. Valérie Niquet

Vous pouvez (ré)écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page.

Pour écouter la suite de l'émission vous pouvez cliquer ici 

Chroniques

8H00
15 min

Journal de 8 h

Quel plan de relance pour le secteur du tourisme en France ?
Intervenants
  • responsable du pôle Asie à la Fondation pour la Recherche Stratégique
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......