LE DIRECT
Donald Trump délivrant un discours dans le Michigan dans le cadre de sa campagne pour sa réélection (décembre 2019)

Populisme : le mot du siècle ?

42 min
À retrouver dans l'émission

Mouvement éphémère ou véritable lame de fond pour les démocraties occidentales ? Le mot est en tout cas dans toutes les bouches et dans tous les esprits. Le populisme est-il en passe de devenir l'avenir de la politique ?

Donald Trump délivrant un discours dans le Michigan dans le cadre de sa campagne pour sa réélection (décembre 2019)
Donald Trump délivrant un discours dans le Michigan dans le cadre de sa campagne pour sa réélection (décembre 2019) Crédits : JEFF KOWALSKY - AFP

De Donald Trump à Jair Bolsonaro, en passant par Viktor Orbán ou Boris Johnson, la déferlante populiste des années 2010 semble bien installée sur la scène politique internationale alors que s'ouvrent les années 2020. 

En France, tout le monde ou presque s’est vu affublé de ce qualificatif, à commencer par Marine Le Pen, mais aussi Jean-Luc Mélenchon. Si ce terme a longtemps été brandi comme une insulte, il est aujourd'hui bien volontiers assumé par un nombre croissant de responsables politiques. Le leader de la France Insoumise déclarait dès 2010 "Populiste, moi, j'assume !". Plus récemment, et de manière plus étonnante, Emmanuel Macron déclarait en novembre 2018 "Nous sommes de vrais populistes, nous sommes avec le peuple, tous les jours". 

Quelle est l'histoire de ce concept, et quel est son avenir ? Derrière ses nombreux avatars, qu'est-ce qui fait la cohérence du populisme et ce mot a-t-il encore un sens ? Selon quels ressorts s'est-il imposé comme une vague incontournable qui déferle sur de nombreuses démocraties ?

Pour en parler, nous recevons Pierre Rosanvallon, historien, professeur au collège de France, il publie Le siècle du populisme. Histoire, théorie, critique aux éditions du Seuil.

Trump, emblème du populisme ?

"Trump considère que le sacre électoral vaut légitimité. Indépendamment de tout comportement, cela veut dire pour lui que l'État de droit n'est pas un élément central de la démocratie. Cela veut dire pour lui que le peuple qu'il entend représenter est un peuple qui est le bon peuple et que ses adversaires seraient des ennemis représentant le mauvais peuple représentant les. En un mot, les ennemis du peuple." Pierre Rosanvallon

On a là un élément absolument central, constitutif du populisme : [...] lorsque l'on est élu, on est plus légitime que le droit, que la constitution. Pierre Rosanvallon

Quelle différence entre populisme et démagogie ?

"Encore pour beaucoup, le terme populiste veut dire démagogue. Mais je pense que populiste veut dire autre chose. Il faut construire ce terme de façon plus solide. Populisme, au premier sens du terme, on peut considérer que c'est une réaction sociale à tout un ensemble de sentiments, d'invisibilité, de dysfonctionnement démocratique, d'indignation devant les inégalités." Pierre Rosanvallon

Les populistes sont-ils démocrates ?

"Ils ont raison de se présenter comme des démocrates parce qu'en tout cas, c'est ce qu'ils pensent être. Et s'ils sont suivis, c'est pour cela. Le problème est qu'on ne peut pas se contenter de les critiquer comme étant illibéraux. Or, je suis frappé par le fait qu'aujourd'hui, le nerf de la critique de ces régimes populistes est de dire ce sont des démocraties illibérales. Ils tentent d'approfondir une démocratie qui, effectivement, ne se porte pas bien. Une démocratie qui ne représente pas la société, une démocratie dans laquelle les citoyens ordinaires ne sont pas assez actifs, n'ont pas leur place. Mais la réponse qu'ils donnent est discutable." Pierre Rosanvallon

Ils visent d'une certaine manière à simplifier la démocratie, à la polariser, alors que je pense au contraire qu'il faudrait démultiplier la démocratie et multiplier les formes d'expression, et non pas simplement le vote. Pierre Rosanvallon

Sur la nécessité de réinventer notre contrat social

Il nous faut l'équivalent de ce moment du 20ème de réinvention de l'État providence, de réinvention du suffrage universel, d'une démocratie renouvelée et d'un contrat social redéfini. Pierre Rosanvallon

Chroniques

8H00
15 min

Journal de 8 h

Les épreuves du nouveau bac débutent sous la menace du boycott d'enseignants
8H15
3 min

Le Billet politique

Retour vers le futur
Intervenants
  • historien, titulaire de la chaire d'Histoire moderne et contemporaine du politique au Collège de France
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......