LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Emmanuel Macron est arrivé en tête (23,55%) devant Marine Le Pen (22,32%) à l'issue du 1er tour de l’élection présidentielle dimanche 23 avril 2017

Présidentielle : premières leçons du premier tour

14 min
À retrouver dans l'émission

Emmanuel Macron et Marine Le Pen arrivent en tête du premier tour avec respectivement 23,87% et 21,43% des suffrages. François Fillon, troisième avec 19,94%, appelle à voter Macron le 7 mai. Jean-Luc Mélenchon, avec 19,6%, refuse de donner une consigne de vote. Décryptage avec nos invités.

Emmanuel Macron est arrivé en tête (23,55%) devant Marine Le Pen (22,32%) à l'issue du 1er tour de l’élection présidentielle dimanche 23 avril 2017
Emmanuel Macron est arrivé en tête (23,55%) devant Marine Le Pen (22,32%) à l'issue du 1er tour de l’élection présidentielle dimanche 23 avril 2017 Crédits : Eric Feferberg, Joël Saget - AFP

A LIRE : Macron et Le Pen qualifiés : les enseignements du premier tour

En 2002, la présence de Le Pen au second tour était un coup de tonnerre. Cette fois-ci, personne n'a été étonné [...] En 2007, Sarkozy avait réussi à capter cet électorat qui vote aujourd'hui FN. Dans le Pas-de-Calais, Marine Le Pen a capté les voix de gauche. L'électorat populaire s'y sent abandonné, délaissé." Béatrice Giblin

Il y a eu un raidissement à gauche et à droite, à cause des primaires probablement, ce qui a laissé un espace important au centre [...] En 2007, Marine Le Pen était tombée à 13.5% puis remontée aux régionales et départementales à 28,5%. Là elle est retombée [...] En Bretagne, il y a une migration des voix centristes vers Macron et des voix de gauche vers Mélenchon. Hervé Le Bras

A ECOUTER : Quand les Français font leur révolution

« Je pense que la droite et la gauche continuent d’exister très nettement, c’est simplement qu’il n’y avait pas une offre de droite et de gauche qui correspondait à ce que les électeurs attendaient, et on va voir réapparaître cette droite et cette gauche aux élections législatives. (…)
Le seul gros changement qu’on a eu dans les années récentes est l’arrivée du FN et, on pourrait dire, d’un Front national ni droite ni gauche. Dans le Pas-de-Calais, un électorat de gauche a glissé vers le FN. Mais si on prend le cas de l’Alsace, où l’électorat de gauche était un des plus faible de tout le territoire, c’est là que le FN, à ses débuts et encore jusqu’à une période récente, a fait ses meilleurs scores. » (Hervé le Bras)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Béatrice Giblin est géographe. Elle a fondé l’Institut français de géopolitique de l’université Paris VIII et dirige la revue Herodote. Elle vient de publier Le paradoxe français. Entre fierté nationale et hantise du déclin (ed. Armand Colin). Hervé Le Bras est démographe et historien, directeur d’études à l’EHESS. Il vient de publier Malaise dans l’identité (ed. Actes Sud).

Retrouvez ici la deuxième partie de l'émission.

Intervenants
  • Géographe, professeure émérite à l'Institut Français de Géopolitique (Université Paris 8), et directrice de la revue Hérodote
  • Démographe, historien, directeur d'études à l'EHESS et chercheur émérite à l'INED, titulaire de la chaire territoire et population à la Fondation Maison des sciences de l’homme, il réalise une chronique pour le mensuel Zadig, "La France à la carte"
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......