LE DIRECT
Le siège de France Télévision

Quelle ambition culturelle pour la télévision publique ?

33 min

Delphine Ernotte réélue, les chantiers et les réformes de l'audiovisuel demeurent. Soutien à la création et à la culture, numérique, proximité et jeunes publics, comment envisager ce nouveau mandat ? Faut-il repenser la télévision publique alors que la crise de la COVID-19 change la donne ?

Le siège de France Télévision
Le siège de France Télévision Crédits : JULIEN DE ROSA - Maxppp

En 2017, elle disait au journal Les Échos "être patron de France Télévisions, c'est accepter de passer son temps à se faire engueuler". Pas uniquement. Delphine Ernotte est reconduite pour cinq ans à la tête de France Télévisions. Le CSA l'a annoncé hier soir, après avoir auditionné les jours précédents huit candidats. Présenté comme "le choix de la poursuite des transformations engagées", elle s'est aussi engagée en matière éditoriale pour élever la place de la création, développer l'offre culturelle et éducative, renouer les liens avec la jeunesse et assurer une information de référence. Haute exigence dans un contexte d'incertitude public vieillissant, d'économies demandées, de financement à préciser, de réforme de l'audiovisuel public en partie repoussée, voire enterrée. Avec ce nouveau mandat, comment envisager l'avenir de l'audiovisuel public ? 

Pour Philippe Bailly, l'enjeu est de trouver un certain équilibre : 

Sur la culture, il n'y a pas de définition labellisée et on finit par chercher à traduire cela par des pourcentages, par des quotas de théâtre, d'œuvres, de fictions, de documentaires, etc.. L'équilibre est l'espèce d'impératif perpétuel auquel est soumis France Télévisions et dans lequel il est parfois un peu écartelé entre, par exemple, les jeunes publics et les publics de certain âge. La responsabilité de France Télévisions et du service public audiovisuel, c'est de parler à tous, à tous les Français. Or, les plus de 50 ans, c'est à peu près 50% de la population française. Aujourd'hui, on n'imagine pas un service public qui les abandonnerait. C'est un peu la même chose sur le numérique. On est en permanence dans le "en même temps" et cela vaut aussi pour la création

Et pour Sophie Goupil, c'est aussi faire le pari de l'audace : 

La nomination de Delphine Ernotte permettra la continuité et c'est une bonne chose.  Il faut garder en tête l'importance d'amener des programmes nouveaux et de prendre quand même plus de risques dans l'éditorial, un peu plus de prise de risques pour ce qui est des programmes culturels. Pour moi, la prise de risque, c'est laisser de la place aux créateurs aux créatrices aux réalisateurs et réalisatrices, aux nouvelles écritures.

Chroniques

8H00
14 min

Journal de 8 h

JOURNAL DE 8H du jeudi 23 juillet 2020
8H30
4 min

Le Journal de la culture

Le coup de fil Culture: Serge Meyer
Intervenants
  • président de NPA Conseil, société spécialisée dans l’économie des médias et du numérique.
  • Productrice, fondatrice de la société de production "Les poissons volants".

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......