LE DIRECT
Des partisans d'E. Macron après l'annonce des résultats du premier tour, le 23 avril 2017

Quelles ambitions pour la génération Macron ?

18 min
À retrouver dans l'émission

« En une année, nous avons changé le visage de la vie politique française ». Ces mots prononcés par Emmanuel Macron au soir du premier tour illustrent bien le sens que le nouveau président a voulu donner à sa candidature.

Des partisans d'E. Macron après l'annonce des résultats du premier tour, le 23 avril 2017
Des partisans d'E. Macron après l'annonce des résultats du premier tour, le 23 avril 2017 Crédits : PATRICK KOVARIK - AFP

Celui de la nouveauté, censée s’incarner dans son mouvement En Marche !, rebaptisé La République en Marche, dont le fonctionnement emprunterait plutôt au management des start-ups qu’à celui des partis politiques traditionnels. Surtout, En Marche ! se targue d’avoir fait entrer une nouvelle génération en politique. Depuis jeudi, ce renouvellement a le visage de ces près de 220 candidats investis par La République en Marche pour les élections législatives et présentés comme issus de la société civile.

A ECOUTER La "société civile" avant le casting Macron: Aristote, Luther et Bernard Tapie

Deux d’entre eux sont avec nous ce matin : Laetitia Avia, avocate, candidate La République en Marche aux élections législatives dans la 8e circonscription de Paris ; Mounir Mahjoubi, entrepreneur dans le numérique, ancien président du Conseil national du numérique, candidat La République en Marche aux élections législatives dans la 16e circonscription de Paris.

Avec eux, nous nous interrogeons sur les ambitions de la génération Macron. Nous nous demanderons si le "macronisme" naissant consiste davantage en la promesse d’une nouvelle manière de faire de la politique qu'en de nouvelles idées.

Mounir Mahjoubi « On a cru pendant longtemps que ces gens-là à droite qui pensaient au social et ces gens-là à gauche qui pensaient que la vitalité économique est importante étaient une minorité. Nous avons fait la démonstration que parmi ces révolutionnaires raisonnables, on pouvait être une majorité en France. »

Retrouvez ici la deuxième partie de l'émission.

Intervenants
  • Députée de Paris et porte-parole LREM, à l'origine de la proposition de loi contre la haine en ligne
  • Député LREM, ancien secrétaire d'État auprès du Premier ministre chargé du Numérique
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
À venir dans ... secondes ...par......