LE DIRECT
Un manifestant masqué lors du défilé du 1er mai 2018 à Paris

Qui sont, que veulent et où vont les "black blocs" ?

15 min
À retrouver dans l'émission

Les manifestations du 1er mai 2018 à Paris ont donné lieu à de violents affrontements entre les forces de l'ordre et des membres de la mouvance black blocs.

Un manifestant masqué lors du défilé du 1er mai 2018 à Paris
Un manifestant masqué lors du défilé du 1er mai 2018 à Paris Crédits : Jeff J Mitchell / Employé - Getty

Le défilé syndical a été perturbé par des tensions et des heurts : des incidents ont eu lieu en tête de cortège comme en dehors, où du mobilier urbain et un restaurant ont été saccagés par des "casseurs".

Le gouvernement a condamné ces actes de violence et "l'irresponsabilité des discours radicaux qui encouragent de tels agissements"

Pour tenter de comprendre qui sont les black blocs et quelle est leur stratégie, nous recevons l'enseignant-chercheur Sylvain Boulouque, spécialiste de l'anarchisme, du syndicalisme et du communisme :

Les black blocs sont une mouvance, donc difficilement définissables de manière stricte. Plusieurs générations ont coagulé. C'est-à-dire que le phénomène black bloc est apparu à Berlin dans les années 1980 : de jeunes gens, plutôt issus de l'extrême gauche, s'affrontaient déjà avec les forces de l'ordre, avec des phases de haute et de basse intensité. Puis, on a retrouvé le phénomène black bloc aux États-Unis, à Seattle, à la fin des années 1990, puis à Gênes, en 2001, avec une contestation et une recherche d'affrontement global avec les forces de l'ordre. En France, cela a réellement commencé à Strasbourg en 2009, en marge d'un sommet de l'OTAN, et cela a réellement pris forme de manière constante avec les manifestations contre la loi Travail il y a deux ans.

C'est un mouvement totalement spontané, pas financé. En revanche, c'est une composante européenne : il y a des militants qui viennent d'un peu partout en Europe. 

Quelle est la différence entre ces black blocs et l'extrême-gauche traditionnelle ?

C'est une reprise du courant autonome des années 1970, sauf qu'entre temps il y a eu une transformation des cultures politiques. Les nouveaux militants sont influencés idéologiquement par leurs ancêtres, mais ce sont de nouvelles générations qui n'ont plus exactement les mêmes références politiques. Déjà, la référence au marxisme est moins présente. [...] On a en fait un mélange de différentes cultures politiques : un bout d'anarchisme, un bout de marxisme, un bout de situationnisme... Tout est repris, mélangé, et chacun peut faire son "marché idéologique". Quand on regarde par exemple les graffitis de la manifestation d'hier, on a aussi bien des graffitis avec des faucilles et des marteaux que des symboles de l'anarchisme, que des symboles de l'autonomisme, que même des animalistes qui auraient cassé le McDonald's. Toute la mouvance de la gauche radicale est présente dans ces black blocs. Et l'important est qu'ils s'agrègent de manière tout à fait informelle, donc il est extrêmement difficile d'identifier exactement qui est qui et qui participe - même si l'on sait que certaines mouvances participent plus facilement à des actions violentes que d'autres : les anciens autonomes, une frange du mouvement libertaire, et une frange d'une gauche marxisante.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Il y a-t-il des liens entre les black blocs violents et l'extrême-gauche officielle ?

L'extrême-gauche refuse d'afficher des liens officiels. En revanche, il y a des interconnexions, des amitiés qui peuvent exister. Mais quelqu'un qui participe à des actions violentes ne va pas le revendiquer ouvertement, puisque ce sont des actions répréhensibles qui risqueraient d’entraîner des condamnations.

Pour les black blocs, la France Insoumise représente d'abominables réformistes qui appartiennent au système politique actuel, et donc ils sont quand même des "ennemis de classe". 

Peut-on voir en la violence un facteur rapprochant l'extrême-gauche de l'extrême-droite ?

En tant que telle, une action violente n'est pas forcément signée, donc il y a des formes de violences qui peuvent être identiques. Après, si on prend le concept de totalitarisme dans son origine, il y a des éléments convergents mais cela ne signifie pas que les idéologies sont les mêmes. Des actions peuvent être analogues, mais cela ne signifie pas que les arrières-fonds idéologiques qui justifient cette violence soient analogues. On a deux types de violences qui en tant que violences sont identiques, mais qui en tant que référents politiques sont différentes. 

La tradition de la violence manifestante est un phénomène très ancien. Si l'on remonte au XIXe siècle, les manifestants jetaient des billes sous les sabots des chevaux de la police pour les faire tomber. La violence manifestante a toujours existé.

On parle de 1 200 black blocs pour hier. Il y a une augmentation ?

Oui, très nettement depuis quelques années. Avec des profils différents : des militants qui datent de la génération 1990-2000, des plus jeunes formés lors des manifestations contre la loi Travail, et semble-t-il des plus jeunes encore qui ont participé aux différents blocages dans les universités, et des lycéens. Il y a d'ailleurs un indice assez intéressant, c'est qu'un certain nombre d'entre eux sont allés se réfugier dans un square qui pouvait être cerné par la police immédiatement - ce qui explique le nombre aussi important d'interpellations - : on voit qu'ils n'avaient pas l'habitude de ce type d'action publique. Cette augmentation s'explique aussi par le refus du gouvernement de toute évolution possible du dialogue : un certain nombre de manifestants choisissent dès lors d'autres formes d'actions, en se disant qu'ils auront peut-être une chance d'être entendus.

Personnes cagoulées /casquées et vêtues de noir, hier, qui scandent des slogans hostiles à la presse et posent devant des banderoles "Cette fois, on s'est organisé", "Sous les k-ways, la plage"...
Personnes cagoulées /casquées et vêtues de noir, hier, qui scandent des slogans hostiles à la presse et posent devant des banderoles "Cette fois, on s'est organisé", "Sous les k-ways, la plage"... Crédits : Yann Thompson - Radio France
Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......