LE DIRECT
17 juin 209, une élève commence son épreuve de philosophie

Réforme du bac: quelles matières font une bonne éducation ?

44 min
À retrouver dans l'émission

Le début des épreuves du baccalauréat a été marqué lundi par une grève de la surveillance des examens. Suite à l’appel d’une intersyndicale, environ 5% des enseignants du second degré ont participé au mouvement, selon un communiqué du ministère de l’Education nationale.

17 juin 209, une élève commence son épreuve de philosophie
17 juin 209, une élève commence son épreuve de philosophie Crédits : FREDERICK FLORIN - AFP

Ils protestent contre la réforme du baccalauréat qui entrera en vigueur en 2021, et débutera dès septembre prochain où pour la première fois, les classes de Première ne seront plus réparties entre les filières L, S et ES mais entre des enseignements de troncs communs et des options à la carte. L’intersyndicale à l’origine de l’appel à la grève craint que cette transformation provoque des inégalités entre les différents lycées, et s’inquiète d’un rythme effréné d’évaluations via le contrôle continu qui représentera 40% de la note finale du BAC. De nombreux parents d’élèves s’inquiètent également de l’absence de certaines matières au tronc commun à partir de la Première, notamment les mathématiques. 

Quels sont les nouveaux enseignements qui seront dispensés au lycée ? Les élèves auront-ils véritablement la liberté de choisir leurs spécialités ? Les enseignements doivent-ils être modernisés ? 

Pour répondre à ces questions, nous accueillons Souad Ayada, présidente du Conseil supérieur des programmes et philosophe. Elle est rejointe en deuxième partie d’émission Michel Broué, mathématicien, professeur émérite à l’Université Paris Diderot

L’enseignement de l’histoire

Nous avons maintenu les auteurs essentiels et sans parti pris idéologique. Nous veillons à ne donner aucune orientation doctrinale. Souad Ayada 

En histoire, nous avons voulu, pour les propositions de programmes formulées, redonner des repères chronologies. Ça ne veut pas dire accumuler des dates mais on ne peut pas comprendre l’histoire sans qu’il y ait des moments de l’histoire, des dates, connus par les élèves. L’histoire, c’est le sens du récit. L’histoire, au sens premier du terme, est quelque chose qui se raconte, qui fait sens, qui dit manifester les continuités et les ruptures. Il y a des contraintes inévitables auxquelles le Conseil Supérieur des Programmes ne pouvait être aveugle : il faut inévitablement revenir en seconde sur l’Antiquité et la période médiévale. Et il faut aussi, en terminale, arriver sur le plus contemporain. Souad Ayada 

Nous n’avons pas voulu reproduire dans l’enseignement scolaire, les débats entre historiens. Souad Ayada 

La réforme et ses spécialités 

Nos élèves devenus bacheliers échouent massivement dans le premier cycle universitaire, ceux qui se destinent aux études littéraires (en hypokhâgne littéraire en particulier), viennent très rarement de la série L. C’est cette situation qu’il fallait penser quoiqu’en disent les professeurs de philosophie. Il fallait penser à une voie de réussite pour les élèves de la série L. Souad Ayada 

L’introduction de ce nouvel enseignement de spécialités humanités littérature et philosophie est une chance pour ces élèves. Souad Ayada 

Les humanités ne peuvent plus se contenter de ce que nous appelons des humanités classiques. Souad Ayada 

Les mathématiques 

Les mathématiques sont devenues une discipline de sélection, une manière d’orienter les élèves et pas une discipline qu’on doit étudie en tant que tel. Et cette discipline a été victime du destin de la série S, qui a finit pas accueillir la majorité des élèves qui n’avaient aucun goût pour les maths et l’enseignement scientifique. Souad Ayada 

La réforme vise à valoriser et renforcer la place des mathématiques dans le lycée. Souad Ayada 

Les mathématiques, c’est la plus ancienne des pratiques intellectuelles de l’humanité, elles font partie de la culture de base. Sans les mathématiques, on croirait plein de bêtises. Elles sont l’activité la plus universelle qu’il soit, même langage à travers le monde, les mathématiques sont le fondement même de l’humanité. Michel Broué 

Les mathématiques sont le langage général de la compréhension du monde, c’est le langage qui rythme, qui cadre notre vie quotidienne, de l’ordinateur à la fusée. Ils sont l’apprentissage de la liberté de pensée. Les mathématiques nous apprennent qu’il y a des faits. Michel Broué 

Comment enseigner les mathématiques ?

J’expliquerais comment les mathématiques ont tissé l’histoire de la conception du monde, de notre univers… Les mathématiques sont partout car elles ont une déraisonnable efficacité pour décrire le réel. Je montrerais comment des tas de faits réels de la vie quotidienne sont liés aux mathématiques ? J’essaierais d’expliquer en quoi notre humanité est liée aux mathématiques. Michel Broué.

On devrait apprendre aujourd’hui aux élèves à faire de la programmation, qui apprend à faire du raisonnement mathématique. Il faudrait aussi développer des activités ludiques de programmation. Michel Broué.

Chroniques

8H00
15 min

Journal de 8 h

Xi Jinping veut jouer le médiateur en Corée du Nord
8H16
3 min

Le Billet politique

La droite entre en période glaciaire
8H45
4 min

Le Billet culturel

Pourquoi les lycéens ont eu de la chance de tomber sur Andrée Chedid au bac français
Intervenants
  • Philosophe et présidente du Conseil supérieur des programmes
  • mathématicien, Professeur à l'Université Paris Diderot
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......