LE DIRECT
Manifestation contre la réforme des retraites le 9 janvier à Paris, au 36ème jour de contestation

Retraites : fin de la réforme ou fin de la grève ?

44 min
À retrouver dans l'émission

Dans un courrier adressé samedi aux partenaires sociaux, le premier ministre Edouard Philippe s'est dit « disposé à retirer », sous conditions, l'âge pivot de 64 ans du projet de réforme des retraites. Ce retrait provisoire peut-il rebattre les cartes de la contestation sociale ?

Manifestation contre la réforme des retraites le 9 janvier à Paris, au 36ème jour de contestation
Manifestation contre la réforme des retraites le 9 janvier à Paris, au 36ème jour de contestation Crédits : ALAIN JOCARD - AFP

La CFDT salue une « volonté de compromis » qui est une « victoire » mais comporte toutefois « une part de risque ». De leur côté, l'intersyndicale composée de la CGT, FO, la FSU, Solidaires, la CFE-CGC et des trois organisations de jeunesse, continue de réclamer le retrait total du projet de réforme et appelle les salariés à rejoindre le mouvement de grève. Le retrait provisoire de l'âge pivot à 64 ans peut-il rebattre les cartes de la contestation sociale ?  

Pour en parler, nous recevons Pascal Perrineau, politologue, professeur à Sciences Po Paris, auteur notamment de “Le grand écart” (Plon), Julien Vaulpré, fondateur et dirigeant du cabinet de conseil en communication Taddeo, et conseiller de Nicolas Sarkozy de 2007 à 2011. 

Et en duplex depuis Bordeaux Barbara Stiegler, professeure de philosophie politique à l'université Bordeaux Montaigne, auteure de "Il faut s'adapter : sur un nouvel impératif politique" (Gallimard). 

L'annonce d'Edouard Philippe est-elle un véritable geste de compromis ?

"Je crois que c'est un vrai compromis. [...] L'âge pivot était un élément de blocage. Il est à la fois retiré, ce qui permet de débloquer et en même temps, il est au cœur de l'agenda puisqu'il y aura une conférence sur le financement des retraites, avec l'objectif d'y arriver avant le vote final de la réforme. [...] C'est un texte qui a été âprement négocié entre la CFDT et Matignon. [...] et donc c'est très équilibré et très risqué pour les deux parties." Julien Vaulpré

Cela marque une très nette inflexion par rapport à ce qui s'apparentait à un dialogue de sourds depuis des semaines et des semaines. Pascal Perrineau

"Il y a eu une erreur de diagnostic, parce que ce qui est impressionnant, c'est que toute cette affaire était préparée en amont par la fameuse commission de lois. Il y a eu une consultation citoyenne, des négociations avec les syndicats pendant des mois. [...] Et pourtant, cette concertation n'a pas marché, elle a laissé de multiples zones d'ombres, parmi lesquelles, bien sûr, ce qui était très important, le financement. Les couacs étaient inévitables." Pascal Perrineau

Pour Barbara Stiegler, cette réforme doit être replacée dans le cadre plus large et plus ancien de l'impératif néolibéral de s'adapter :

"Il est clair que cette réforme des retraites, qui ne commence pas évidemment à l'automne dernier, mais qui est en cours depuis des années et des années, a toujours pour but d'adapter notre État social qui serait archaïque et en retard à cette grande compétition mondiale." Barbara Stiegler

Pour la philosophe, la réforme du gouvernement est en fait un changement déguisé de système de retraite :

Finalement, bien sûr que c'est une retraite par capitalisation. D'un côté, les points, de l'autre, le développement des fonds de pension. Barbara Stiegler

Chroniques

8H00
15 min

Journal de 8 h

Un sommet du G5 Sahel à Pau pour relégitimer la présence de la France
8H15
3 min

Le Billet politique

La réforme des retraites, une série à suspense
Intervenants
  • professeure de philosophie politique à l’Université Bordeaux Montaigne, membre de l’Institut universitaire de France et responsable du Master « Soin, éthique et santé »
  • Politologue et professeur des Universités à Sciences Po, ancien directeur du CEVIPOF
  • fondateur et dirigeant du cabinet de conseil en communication Taddeo, expert sur les questions d’opinion, conseiller de Nicolas Sarkozy de 2007 à 2011.
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......