LE DIRECT
Un couple chinois passe devant une pancarte annonçant le logiciel Microsoft à Zhongguancun (nord-ouest de Beijing)

Intelligence Artificielle : pourquoi la Chine a (peut-être) déjà gagné la bataille ?

8 min
À retrouver dans l'émission

Hier, la Silicon Valley était l’épicentre du progrès technologique. Aujourd’hui, la Chine attire tous les regards. Comment a-t-elle pu rattraper son retard en quelques décennies ?

Un couple chinois passe devant une pancarte annonçant le logiciel Microsoft à Zhongguancun (nord-ouest de Beijing)
Un couple chinois passe devant une pancarte annonçant le logiciel Microsoft à Zhongguancun (nord-ouest de Beijing) Crédits : ROBYN BECK - AFP

I.A. La Plus Grande Mutation de l'histoire : les spécialistes de l’intelligence artificielle s’arrachent ce livre depuis sa parution il y a quelques mois aux Etats Unis. Qui est le vainqueur de la grande bataille de l’IA ? C'est la question à laquelle l'auteur Kai Fu Lee s'attaque. Ce chercheur en IA a d'abord travaillé dans la Silicon Valley chez Microsoft puis Apple, avant de fonder en 2009  Sinovation Adventure, la société d’investissement dans l’IA la plus importante en Chine.

Dans les deux premiers tiers du livre,  Kai Fu Lee se livre à une démonstration passionnante et rigoureuse. Il liste les caractéristiques techniques et culturelles propres à la révolution de l'IA et explique comment la Chine est intrinsèquement vouée à la gagner. Comment ? Tout d'abord parce que la Chine est culturellement une nation de copieurs, explique t-il. Depuis Confucius,  les lettrés chinois reproduisent à la perfection les enseignements hérités. Il expose le constat suivant : c’est en copiant les sites de la Silicon Valley que l’internet chinois s’est développé de manière fulgurante. Ce "copiage" a longtemps suscité le mépris des entrepreneurs californiens chez qui l’originalité et la créativité comptent beaucoup. 

Dans les années 2000, on parlait du Facebook chinois et de l’Amazon de l’Empire du Milieu. Cela jusqu’à l’avènement de WeChat,  l'application chinoise sans équivalent dans le monde. Elle permet depuis un smartphone de parler avec ses amis,  payer ses courses, ou même de  contracter un prêt immobilier... Pourquoi cette application a-t-elle vu le jour en Chine et pas aux Etats Unis ? 

Les entrepreneurs chinois ne courent pas après la célébrité ou la gloire, ils ne rêvent pas de changer le monde.  Le  but ultime, c’est de faire fortune. Peu importe comment on y parvient. 

Selon Kai Fu Lee, les  copieurs ne perdent pas de temps à trouver une idée géniale et investissent leurs moyens dans la quête du marché. L'auteur revient sur les success story des créateurs de Baidu ou Ali Baba en les qualifiant de gladiateurs, qui se copient et luttent jusqu’à la mort. 

L’autre certitude de Kai Fu Lee : la révolution de l’IA et du deep learning appartient aux bricoleurs et non aux prix Nobels. Autrement dit elle appartient à ceux qui pourront nourrir, ajuster, peaufiner et développer l’algorithme, en l’occurrence, les petits entrepreneurs chinois.   La France, le Royaume-Uni et le Canada sont citées comme des puissances capables de produire de bons scientifiques, mais ne méritent pas le titre de belligérants dans la grande bataille d’IA selon l'auteur. 

L'auteur souligne un point important : le gouvernement chinois a fait en 2017 de l’IA une propriété absolue. Une manne gouvernementale inonde toute la société chinoise, des villes aux provinces, des starts-ups aux marchands ambulants. Face à cette politique chinoise, que Kai Fu Lee qualifie de « techno-utilitariste », les Etats Unis risque d’accumuler un retard certain. 

La démonstration de l'auteur est implacable, mais c’est aussi le principal écueil de l’ouvrage. A aucun moment l’auteur n’affronte directement la question politique en Chine.  Il ne mentionne même pas le très contesté système de crédit social mis en place par le gouvernement chinois,  destiné à noter ses citoyens. 

Avec l’avènement de l’IA et la victoire de la Chine, le futur qui nous attend n’est pas radieux selon Kai Fu Lee. l’IA va détruire plusieurs milliards d’emplois, bien plus que ne le prédit aujourd’hui l’OCDE

Suivez Soft Power sur les réseaux sociaux pour ne rater aucun podcast mais aussi voir les photos, les vidéos et la playlist de l'émission : Instagram | Twitter| Facebook | LindedIn | Spotify

Et pour tout comprendre à l’actualité du numérique, lisez notre Alphabet numérique et notre guide des 44 intellectuels pour penser le numérique.

Intervenants
L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......