LE DIRECT
 L'avocat François Saint-Pierre qui fait paraître chez Odile Jacob "Un pays qui voudrait rester libre".

François Saint-Pierre : "Il est essentiel que, face au politique, il y ait un pouvoir judicaire qui sache dire non"

12 min
À retrouver dans l'émission

Alors que le projet de loi « pour la confiance dans l’institution judiciaire » a été voté en première lecture par l'Assemblée Nationale et suite aux manifestations de policiers dont une partie accuse la justice de laxisme, l'avocat François Saint-Pierre, auteur d'"Un pays qui voudrait rester libre".

 L'avocat François Saint-Pierre qui fait paraître chez Odile Jacob "Un pays qui voudrait rester libre".
L'avocat François Saint-Pierre qui fait paraître chez Odile Jacob "Un pays qui voudrait rester libre". Crédits : FP_NB

La justice trop sévère, trop laxiste, irresponsable ou trop lente ? Il y a huit jours, la Conférence des premiers présidents de cour a publié une tribune pour dire que la justice avait "un besoin impérieux de ne plus être l'otage de joutes électorales et de quitter ce théâtre incessant de polémiques, d'accusations et d'incompréhensions". La manifestation organisée par les syndicats de policiers et certains propos tenus à cette occasion la semaine dernière passent mal. 

Et la table-ronde sur les relations police justice organisée jeudi dans le cadre du Beauvau de la sécurité semble avoir tourné au dialogue de sourds, alors même que le "projet de loi pour la confiance dans l'institution judiciaire" a été voté cette semaine à l'Assemblée. Après l'attaque au couteau hier d'une policière municipale près de Nantes, le ministre Eric Dupond-Moretti a rapidement tenu à dire que l'auteur des faits, récemment sorti avait purgé sa peine, qui n'avait pas été aménagée, et que le suivi socio-judiciaire avait été respecté. 

François Saint-Pierre est avocat, auteur de plusieurs essais, notamment Le droit contre les démons de la politique publié chez Odile Jacob 2019 et a tout récemment fait paraître chez le même éditeur Un pays qui voudrait rester libre Chronique d'une accoutumance sécuritaire. 

Je pense qu'il faut toujours écouter les revendications des syndicats, y compris des syndicats de policiers qui ont des choses à dire et le disent à leur façon. Le problème, c'est la présence du ministre qui vient manifester contre son propre gouvernement. C'est totalement surréaliste. On est là dans une mauvaise gouvernance où des ministres peuvent accumuler les erreurs et où l'idée d'une démission n'intervient jamais. Il y a un problème de responsabilité politique. Par ailleurs, il y a un problème majeur de gouvernance de la police. J'entends bien que les policiers sont des gens qui souffrent dans leurs conditions de travail, le nombre des suicides est là pour le montrer, ils sont attaqués. Mais le problème est ailleurs : c'est que nous avons une crise du maintien de l'ordre

_I_l est normal que la population se méfie de la justice, parce que la justice est un pouvoir, un pouvoir fort, qui peut mettre en cause la liberté des gens, porter atteinte à leurs droits fondamentaux. Il est préférable de se méfier de tout pouvoir parce que tout pouvoir est porté à l'abus de pouvoir. Ce que souhaitent les Français, je pense, c'est un service public de la justice qui fonctionne bien, concrètement, matériellement. Les délais de procédure ne sont plus acceptables. Un procès dure des années et ça, vraiment, c'est une question de moyens. Si je prends la métaphore d'une voiture, on a une petite cylindrée alors qu'il faut une grosse cylindrée. C'est aussi simple que cela. 

_A_près la Seconde Guerre mondiale et la chute du nazisme, l'Europe a construit un système de protection des libertés fondamentales qui est un système judiciaire.  Je lisais il y a quelques jours Gilles Deleuze qui disait "C'est la jurisprudence qui crée la loi". Cela veut dire que, dans les tribunaux, c'est la vie sociale qui se joue. Les tribunaux rendent des décisions, ils interprètent les lois. Mais à un moment donné, la jurisprudence prend plus d'importance et le Parlement vient finalement confirmer cette jurisprudence. Oui, c'est un système très interactif, et c'est cela qu'il faut bien intégrer dans notre démocratie. Je pense qu'il est essentiel que les citoyens aient cette culture, cet amour du droit.

Pour aller plus loin : 

Le choix musical de François Saint-Pierre

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Chroniques

8H30
4 min

La Revue de presse des idées

Comment distinguer le vrai du faux ?
8H45
4 min

L'Idée culture

Michèle Halberstadt : "En découvrant Diamants sur canapé, je découvrais que les adultes pouvaient être lâches et courageux"
Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......