LE DIRECT
Le philosophe Frédéric Worms, qui fait paraître "Vivre en temps réel" chez Bayard.

Frédéric Worms : "Le sentiment de justice est la seule façon de supporter la souffrance temporelle"

26 min
À retrouver dans l'émission

Après plus d'un an de pandémie, comment faire face à une urgence qui dure ? Comment lutter dans le long terme et dès maintenant ? Avec Frédéric Worms, professeur de philosophie contemporaine, membre du Comité consultatif national d’éthique, qui fait paraître "Vivre en temps réel" chez Bayard.

Le philosophe Frédéric Worms, qui fait paraître "Vivre en temps réel" chez Bayard.
Le philosophe Frédéric Worms, qui fait paraître "Vivre en temps réel" chez Bayard. Crédits : Pierre Andrieu - AFP

Pour la septième fois en un peu plus d'un an de pandémie, Emmanuel Macron s'est adressé solennellement mercredi soir aux Français en annonçant de nouvelles mesures : retour pour quelque temps de l'enseignement à distance, limitation des déplacements après ce week-end de Pâques et nouvelle invitation à "tenir", puisqu'une sortie de crise commencerait à se dessiner grâce à la vaccination. La clé, a dit le chef de l'Etat, pour renouer avec la vie. 

Frédéric Worms, producteur de l'émission "A présent", sur France culture, est philosophe, professeur à l'Ecole normale supérieure, dont il est directeur adjoint. Frédéric Worms est également membre du Comité consultatif national d'éthique, auteur de nombreux ouvrages le dernier livre Vivre en temps réel paraît chez Bayard.

L'événement est quelque chose d'inattendu, de nouveau. Et en même temps, les grands événements viennent cristalliser une époque. D'ailleurs, c'est la même chose dans nos vies : si on a un coup de foudre par exemple, c'est un événement avec un "avant" et un "après". Mais sans doute y a-t-il aussi quelque chose en nous qui est mûr. Pour moi, l'événement de la pandémie, justement parce qu'il est à la fois vital et politique, ne sera pas suivi d'un "après", parce que c'est notre condition : cette condition était là avant. La pandémie vient donc nous révéler ce que j'appelle le moment, l'époque dans son ensemble. Il cristallise tous les enjeux qui étaient déjà là, avant. 

_J_e soutiens que le sentiment de justice est la seule façon de supporter la souffrance temporelle. On peut supporter tout, du moment qu'on sait que il y a une réponse organisée, qui respecte ce que l'urgence temporelle nous révèle, c'est à dire les priorités vitales. Et par priorités vitales, j'inclue aussi les conflits sociaux, et pas seulement les souffrances du corps. Je pense que, pendant la guerre, les résistants supportaient beaucoup de souffrances, parfois le sacrifice, parce qu'ils construisaient le sens de ce qu'ils faisaient. Camus le disait très bien : on ne peut pas se battre si on ne sait pas pourquoi, si on ne sait pas qu'on lutte pour la justice.  

La dimension collective de la santé nous est aujourd'hui révélée. La santé n'est pas seulement quelque chose qui arrive à mon corps et qui, à un moment donné, sera traité individuellement. Pour être en bonne santé, nous avons besoin d'une action collective de la société, qui monte un système de soin, qui fait de la prévention. La santé publique, c'est construire un environnement vivable pour éviter la crise de manière collective. Et puis, on le voit bien, ce ne sont pas seulement des politiques collectives qui vont s'adresser à nous : c'est aussi des comportements collectifs, les uns vis-à-vis des autres. Ce qui veut dire que chacun de nous y participe, et qu'on doit être d'accord.

Pour aller plus loin : 

Le choix musical de Frédéric Worms :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Chroniques

8H30
4 min

La Revue de presse des idées

Vers un nouvel ordre mondial ?
8H45
6 min

L'Idée culture

Aïssa Maïga : "Je n'avais pas conscience que les Roms avaient été des esclaves pendant plusieurs siècles en Roumanie"
Intervenants
  • Professeur de philosophie contemporaine à l’ENS, directeur adjoint du département des Lettres et membre du Comité consultatif national d’éthique, et producteur de l'émission "Matières à penser" sur France Culture
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......