LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
L'ancien ministre de la Culture du Liban, envoyé spécial de l'ONU en Lybie, Ghassan Salamé.

Ghassan Salamé : "Au Liban, la société et l'Etat se tournent le dos"

29 min
À retrouver dans l'émission

Entretien exclusif autour du Liban et des 75 ans de l’ONU avec l’ancien ministre de la Culture, de l'Education et de l'Enseignement supérieur du Liban, Ghassan Salamé, qui fut ancien conseiller spécial de Kofi Annan et envoyé spécial de l’ONU en Libye de 2017 à 2020.

L'ancien ministre de la Culture du Liban, envoyé spécial de l'ONU en Lybie, Ghassan Salamé.
L'ancien ministre de la Culture du Liban, envoyé spécial de l'ONU en Lybie, Ghassan Salamé. Crédits : Abdullah Doha - Maxppp

L'ancien ministre de la Culture, de l'Education et de l'Enseignement supérieur du Liban, professeur émérite à Science-Po, Ghassan Salamé, a été conseiller spécial de Kofi Annan et Envoyé spécial de 2017 à 2020 en Lybie de pour l'Organisation des Nations-Unies, dont c'est le 75e anniversaire cette année. 

Le Liban est dans une nasse extrêmement difficile. Il est l'otage d'une classe qui a pillé ses banques et ses finances publiques et qui n'a aucune envie de quitter les postes de commandement, alors qu'elle a donné à moultes reprises les preuves de son incompétence et de sa corruption. Nous avons atteint un sommet dans le tragique le 4 août dernier. C'est une catastrophe qui était évidemment évitable. 

Il y a un lien profond qui n'est pas strictement colonial entre la France et le Liban, car ce lien précède la colonisation. Il est fondamentalement culturel et remonte peut être au XIe siècle ou XIIe siècle, certainement au XVI et XVII e siècle. Ces deux cultures ont accepté qu'une espèce d'osmose linguistique et culturelle, et même géographique, puisse être possible entre elles. Il y a véritablement une richesse dans ce tissu bilatéral crée à travers les siècles. 

Le multilatéralisme, au niveau du Conseil de sécurité, est aujourd'hui en panne. Et des Etats se permettent de dire qu'ils vont sortir de de telle ou telle organisation. Imaginez un monde sans normes, sans droit, sans institutions internationales. Rien que pour le décompte des victimes du Covid, nous avons besoin d'un organisme neutre et international. Si nous agissions au niveau des Etats, nous serions dans cette situation où le virus et global et la solution locale. Et nous n'y arriverions jamais. Il y a véritablement une nécessité du multilatéralisme. 

Pour aller plus loin : 

Le Choix musical de Ghassan Salamé ♪♫

  • La cantate 147 de Bach interprétée par Anne Queffelec
Chroniques
8H30
3 min
La Revue de presse des idées
Liberté de la presse, multilatéralisme : quel avenir pour ces principes ?
8H45
5 min
Mon oeuvre à moi
Lamia Ziadé : "Fairuz est comme l'air qu'on respire au Liban"
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......