LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le pénaliste Hervé Temime.

Hervé Temime : "L'hostilité des magistrats me paraît excessive"

26 min
À retrouver dans l'émission

Retour sur la fronde des magistrats contre le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti, avec le pénaliste Hervé Temime, avocat de Thierry Herzog dans le procès dit des écoutes qui se tiendra à Paris à partir du 23 novembre et qui publie "Secret défense" aux éditions Gallimard.

Le pénaliste Hervé Temime.
Le pénaliste Hervé Temime. Crédits : Joeël Saget - AFP

Depuis plusieurs semaines le monde de la justice est en émoi : les tribunes de magistrats et les motions de défiance pleuvent contre le ministre de la Justice après qu’Eric Dupond-Moretti a ouvert une enquête administrative visant trois magistrats du Parquet National Financier. Jeudi, l’association Anticor a déposé une plainte auprès de la Cour de justice de la République pour « prise illégale d’intérêts » visant nommément Eric Dupond-Moretti, et le même jour la Haute autorité pour la transparence de la vie publique quant à elle demandé des "précisions" sur de "possibles conflits d’intérêts" au ministre de la Justice. 

Hervé Temime est un de nos plus grands avocats pénalistes, défenseur de Bernard Tapie, Roman Polanski, Jacques Servier ou encore Gérard Depardieu, et avocat de Thierry Herzog dans le procès dit des écoutes qui se tiendra au tribunal judiciaire de Paris à partir du 23 novembre, dans lequel l’ancien Président de la République Nicolas Sarkozy sera également jugé.

Je ne pense pas qu'Eric Dupont-Moretti soit en conflit d'intérêt dans l'enquête administrative qu'il a ordonnée. Je pense néanmoins qu'il faut que les choses s'apaisent : on ne peut être ministre de la Justice avec une telle hostilité des magistrats. Et cette hostilité me parait excessive car je ne crois pas que cette décision porte atteinte à l'indépendance de la justice. 

Le secret est une valeur supérieure à toute autre dans l'exercice de notre métier. Vous ne pouvez pas me délier du secret, il n'est pas fait dans votre seul intérêt, je suis tenu au secret, je dois le respecter. Il existe pour respecter l'intérêt supérieur de la justice. Je ne peux pas violer le secret professionnel au nom de l'intérêt public : en tant qu'avocat, je ne peux pas le faire. 

Le droit de savoir n'est pas le droit de tout savoir. Mais je ne suis pas pour que les audiences ait lieu à huis clos : je suis défenseur de la plus grande publicité des débats. La justice doit être totalement publique. Après quoi diffuser, quand ? C'est compliqué. Mais je suis favorable dans le principe à cette publicité, sauf huis clos d'affaires portant sur des mineurs, c'est là loi, ou pouvant porter atteinte à la vie privée de victimes. 

Pour aller plus loin : 

Le Choix musical d'Hervé Temime ♪♫

  • Première rencontre de Francoise Hardy
Chroniques
8H30
3 min
La Revue de presse des idées
Impôt sur la fortune, littérature et vie privée : quelques débats très français
8H45
4 min
Mon oeuvre à moi
Vincent Peillon : "Monsieur Teste a brisé la marionnette"
Intervenants
  • avocat pénaliste, fondateur de l’association des avocats pénalistes
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......