LE DIRECT
L'ancien journaliste, Grand reporter et écrivain Jean Hatzfeld.

Jean Hatzfeld : "En voulant raconter les "Justes" du Rwanda, j'ai raconté le silence et l'isolement"

22 min
À retrouver dans l'émission

L'ancien journaliste, Grand reporter et écrivain Jean Hatzfeld, qui revient sur la tragédie du génocide rwandais dans un nouveau livre, "Là où tout se tait", paru cette semaine aux éditions Gallimard.

L'ancien journaliste, Grand reporter et écrivain Jean Hatzfeld.
L'ancien journaliste, Grand reporter et écrivain Jean Hatzfeld. Crédits : Joël Saget - AFP

Là où tout se tait, publié aux éditions Gallimard, est le sixième livre que Jean Hatzfeld consacre à la tragédie du génocide des Tutsis du Rwanda. L'écrivain, ancien journaliste s'attache ici à raconter le destin des Hutus qui ont sauvé des Tutsis de la folie génocidaire, ceux que l'on appelle parfois les "Justes" et qui ne sont pas si nombreux à Nyamata, dans cette ville où Jean Hatzfeld se rend régulièrement pour, toujours, tenter de saisir la tragédie rwandaise. 

Les "Justes" sont des personnages très rares. Et ils le sont parce qu'il y a eu une telle violence dans les tueries, que cela a empêché aux gens de réfléchir, de s'organiser, de créer un réseau. Dans l'histoire humaine, il n'y a pas eu, si on excepte le cas d'Hiroshima et Nagasaki, de violence aussi meurtrière en si peu de temps. Les tueries se sont déroulées en sept semaines : en sept semaines,  51 000 Tutsis sur 58 000 sont tués. Personne n'est arrivé à tuer aussi vite et aussi violement, cela explique pourquoi il y a si peu de Justes parmi les Hutus. 

Ces personnes, paradoxalement, sont des personnes qui gênent tout le monde, qui se taisent. Beaucoup sont mortes, elles ne peuvent plus parler, et personne ne parle à leur place. Ce sont des personnes un peu maudites. Elles incarnent dans la communauté Hutu la trahison, ainsi que le mensonge des Hutus lorsqu'ils disent qu'ils ne pouvaient pas faire autrement.  Et il y a la gêne que suscitent ces personnes remarquables : dans la communauté Tutsi, pour une raison touchante et complexe, les Tutsis se méfient de ceux-là. Ils n'y croient pas : les Tutsis portent un irréductible soupçon contre les Hutus. 

J'avais imaginé ce livre comme une série de nouvelles, de petites histoires, autour de ces personnes remarquables qui ont sauvé des Tutsis. Certaines sont restées vivantes, d'autres sont mortes, ce qui voulait dire trouver des gens pour parler à leur place, ce qui est un peu difficile. Et puis, au fur et à mesure que j'avançais, je me suis aperçu que le sujet n'était plus tellement ces personnes mais le silence et l'isolement dans lesquels ils se trouvaient. Cela a changé ma manière d'interroger et d'écrire. 

Pour aller plus loin :

Le Choix musical de Jean Hatzfeld :

Chroniques

8H30
5 min

La Revue de presse des idées

La lenteur en question
8H45
5 min

L'Idée culture

Sylvie Germain : "Pour Paul Celan, écrire des poèmes c'était creuser une tombe dans le ciel"

Bibliographie

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......