LE DIRECT
La chorégraphe Dominique Hervieu, directrice artistique de la Biennale de la danse.

Dominique Hervieu : "Avec cette Biennale de la danse, nous retrouvons l’ouverture au monde"

34 min
À retrouver dans l'émission

La directrice de la maison de la danse et directrice artistique de la Biennale de la danse, dont l'édition 2021 débute le 1er juin prochain, Dominique Hervieu.

La chorégraphe Dominique Hervieu, directrice artistique de la Biennale de la danse.
La chorégraphe Dominique Hervieu, directrice artistique de la Biennale de la danse. Crédits : Blandine Soulage-Rocca

43 compagnies internationales, 127 représentations dans 48 lieux : la Biennale Danse de Lyon était prévue initialement à l'automne. Reporté, le festival commencera le mardi 1er juin pour durer jusqu'au 16 juin. Dominique Hervieu, également directrice de la Maison de danse, longtemps danseuse, chorégraphe, fondatrice de la compagnie Montalvo-Hervieu, en est la directrice artistique et est notre invitée ce matin. 

_D_e tradition, je travaille beaucoup avec les musées : le musée des Confluences, le musée des Beaux-Arts, l'Orchestre national de Lyon,  l'Opéra de Lyon.... _J_e pense qu'un festival doit inonder une ville. Nous sommes vraiment dans l'événement : il faut que l'on puisse voir de la danse dans un musée, dans la rue, pourquoi pas dans un supermarché. Pour les Nuits de Fourvière, qui propose de la danse à chaque festival et avec qui nous sommes associés cette année, il a été assez facile de trouver des propositions communes. Donc cela donne beaucoup d'idées et d'envies pour la suite. 

Dans la Biennale, il y a une tension entre la création la plus pointue, comme avec Dimitris Papaioannou par exemple, qui est un très  grand créateur, et le défilé, qui est plus ludique. Je me suis dit qu'il fallait quelque chose au milieu pour aller vers cette forme de démocratisation culturelle que permet le défilé, tout en maintenant ce lien avec des grands créateurs. J'ai cherché un concept et ça a été un lieu, les usines Fagor, un espace dédié à la jeunesse. Tous les interprètes y ont entre 15 et 25 ans et proposent des oeuvres créées in situ. Et je constate que de plus en plus d'artistes revoient aujourd'hui leurs missions pour être davantage en porosité avec la société telle qu'elle est. 

Nous avons tiré plusieurs enseignements de cette période. L'accompagnement des compagnies, les discussions avec les artistes nous ont permis de réfléchir, par exemple, au temps de production. Je pense que nous avons été un peu trop rapide dans l'enchaînement des créations : il y a un moment où la course à la créativité ne veut rien dire. Il faut vraiment  un temps de recherche et de travail  fondamental pour que les créations s'enrichissent. Un autre enseignement concerne le numérique. À la Maison de la danse, nous avons une plateforme qui s'appelle "Numeridanse" : la fréquentation y a été multipliée par deux durant le confinement, ça a littéralement explosé. Surtout, cela s'est diffusé à de nouveaux publics et ça, c'est très important. 

Pour aller plus loin : 

Le Choix musical de Dominique Hervieu : 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......