LE DIRECT
Le dessinateur Riad Sattouf.

Riad Sattouf : "Le dessin a été un moyen de me faire accepter par les autres"

31 min
À retrouver dans l'émission

Le dessinateur Riad Satouff publie le cinquième volet de sa bande dessinée à succès, "L'Arabe du Futur" (Allary éditions). Au même moment, Reporters sans frontières lui consacre son nouvel album pour la liberté de la presse.

Le dessinateur Riad Sattouf.
Le dessinateur Riad Sattouf. Crédits : Thomas Oliva - AFP

L'auteur, dessinateur de bande dessinée et réalisateur Riad Sattouf poursuit son exploration de l'adolescence et tout ce que cela veut dire de doutes, de peurs, de tempêtes et de construction dans le cinquième volume de L'Arabe du futur, paru le 5 novembre dernier chez Allary éditions. 

Ce que raconte cette bande-dessinée, c'est comment on fait avec son identité personnelle. Je n'arrivais pas à concilier le fait d'être d'origine syrienne, musulmane d'un côté, et breton de l'autre. J'étais des deux côtés de la famille et n'y étais pas complètement intégré. Très rapidement, je me suis pris de passion pour le monde des personnes qui écrivent des livres. Et avant même de lire les livres eux- mêmes, j'aimais la posture de l'écrivain ou du dessinateur qui est à sa table, qui raconte des choses toute la journée. C'est un peuple que j'avais envie de rejoindre.

Très tôt, au collège, je me suis rendu compte qu'il y avait un classement hiérarchique entre les êtres humains, et que tout le monde n'avait pas la même place. C'est toujours intéressant de voir comment cela continue à l'âge adulte. Avec tous les palliatifs que l'on peut trouver pour passer d'une classe à l'autre : moi, c'est le dessin que j'ai trouvé pour essayer de me faire accepter. Mais attention, on peut se faire accepter, mais jusqu'à un certain niveau : il ne faut pas aller trop loin non plus. 

L'album de Reporters sans frontières pour la liberté de la presse est cette année consacrée à Riad Sattouf, album que l'on peut retrouver dans toutes  les librairies qui font du "retrait commande"... en attendant leur réouverture.  

Je passe ma vie dans les librairies. Pour moi c'est un bien essentiel. Mais il n'y a eu aucun mot sur la culture dans le discours du Président de la République, alors que c'est quand même un symbole. J'ai trouvé cette absence de mots pour la culture complètement hors de propos. Tous les pays européens autour de nous ont laissé les librairies ouvertes, sauf en Irlande et au pays de Galles. J'aime bien ce mot des Belges, qui ont dit que c'était pour la santé mentale des Belges que les librairies devaient rester ouvertes. 

Pour aller plus loin : 

Le Choix musical de Riad Sattouf ♪♫

Chroniques

7H45
14 min

La Fabrique médiatique

Dengvaxia, le fiasco d’un labo
8H00
15 min

Journal de 8 h

Covid-19 : Donald Trump assure qu'un vaccin sera rapidement distribué
Intervenants
  • auteur-dessinateur de bande dessinée et réalisateur
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......