LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Cinéma : les choix de Dominique Païni

7 min
À retrouver dans l'émission

Cette semaine, l’invité de la Dispute est Dominique Païni.

Ce soir, il nous fait part de ses choix en Cinéma.

Les choix de l'invité : "Je vais trois fois au cinéma par semaine... Je n'imagine pas voir des films ailleurs que dans la salle de cinéma... le phénomène de la salle incruste le film en moi... le cinéma ça demeure plus que jamais le balcon par lequel on peut voir tous les autres arts .. le cinéma a gagné comme noble art, comme culture... il est devenu patrimoine... "

Selon lui, on peut voir cinq grandes époques du cinéma : Physique amusante, loisir, art, culture et patrimoine...

Les derniers films vus cet été :

Boyhood de Richard Linklater (sortie 23 juillet 2014) "Film performance, tourné sur douze années... les épreuves du temps sur le corps... Un grand évènement "

Détective Dee II de Tsui Hark (sortie 6 août 2014) "Je me suis amusé comme un fou... J'ai eu l'impression de regarder un film comme on écoute une rave party... Une réaffirmation de Tsui Hark "

Sils Maria d'Olivier Assayas (sortie 20 août 2014) "Quel étonnat bonhomme que ce Olivier Assayas... Y'a quelque chose chez lui qu'est un littéraire... C'est un bon scénariste.. . C'est un cinéma d'auteur...C'est son quinzième film... C'est son plus beau film, son plus mûr... "

"Moi j'aime le cinéma français, avant un film américain c'est un film français que je vais voir parce que c'est un cinéma de prototype, d'invention permanente..."

Dominique Païni est d’abord un cinéphile. Distributeur, producteur de cinéma, éditeur, critique, enseignant, exploitant de salle, directeur d’institution culturelle et commissaire d’expositions. Dominique Païni a accompagné l’évolution de notre rapport aux images du Saint-Siège de la cinéphilie au grand melting-pot culturel.

Dominique Païni a été le directeur du Studio 43, salle de cinéma parisienne qui était consacrée exclusivement à revisiter l’Histoire du cinéma français, distributeur, producteur de films (Straub et Huillet, Juliet Berto, Philippe Garrel) et mécène de cinéastes d'avant-garde (Gérard Courant, Joseph Morder).

Jusqu'en 1991, il fut directeur fondateur des productions audiovisuelles et cinématographiques du Musée du Louvre.

En 1991, il est nommé, par Jack Lang, à la direction de la Cinémathèque française.

En 2000, il quitte cette fonction suite à son désaccord sur le projet de la Maison du cinéma de s’installer à Bercy dans les anciens locaux du Centre américain.

Il fait alors son entrée au Centre Georges-Pompidou comme directeur du département du développement culturel. Il y restera jusqu’en 2005. Il a été notamment commissaire de plusieurs grandes expositions comme Hitchcock et l’art , Jean Cocteau sur le fil du siècle , Voyage(s) en utopie , une exposition réalisé par Jean Luc Godard.

Nommé en novembre 2003 par David Kessler, directeur général du Centre national de la cinématographie, il a été président de la commission d'aide sélective à l'édition vidéo, en 2004 et 2005.

En 2005, il succède à Jean-louis Prat pour diriger la Fondation Maeght (Saint-Paul-de-Vence, Alpes-Maritimes). Il y réalise l'exposition Le noir est une couleur avant de donner sa démission, huit mois seulement après sa prise de fonction.

Aujourd'hui commissaire d'expositions indépendant (Il était une fois Walt Disney au Grand Palais), il se consacre à la critique, à l'écriture de textes théoriques et à son enseignement à l'École du Louvre où il est titulaire de la chaire d'Histoire du cinéma.

En 2013 il est commissaire de l'exposition "Le regard d'Antonioni" à Ferrare, exposition reprise à Bruxelles puis à Paris en 2015.

Dominique Païni écrit également dans diverses revues culturelles, dont Art Press et les Cahiers du Cinéma.

Actualités :

Le cinéma, un art plastique , ed Yellow Now, 2013

Commissaire des expositions à la Cinémathèque française du Musée imaginaire d’Henri Langlois (du 9 avril au 3 août 2014) et de Michelangelo Antonioni, ( du 8 avril au 19 juillet 2015)

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......