LE DIRECT

L'Invité(e) de la Dispute : Olivier Cadiot 2/5

6 min
À retrouver dans l'émission

Pour cette nouvelle saison, la Dispute accueille chaque jour et pendant toute la semaine un ou une artiste - écrivain, musicien, cinéaste, comédien, plasticien, designer, styliste, architecte… - pour nous dire ce qu’il ou elle a vu, lu, écouté ou envie de voir, lire, écouter… dans l’actualité culturelle.

Chaque soir, selon la thématique de l’émission, il ou elle nous fera part de ses choix : lundi-spectacle vivant / mardi-cinéma / mercredi-arts plastiques / jeudi-musique / vendredi-littérature.

Cette semaine, l’invité de la Dispute est Olivier Cadiot.

Biographie : Olivier Cadiot est né en 1956 à Paris. Ecrivain, dramaturge et traducteur, ses ouvrages sont publiés chez P.O.L.

Plusieurs de ses textes ont été adaptés pour le théâtre auprès de Ludovic Lagarde.

Pascal Dusapin et Rodolphe Burger, de façons très différentes, ont mis ses mots en musique.

En juillet 2010, Olivier Cadiot a été artiste associé du festival d'Avignon, en même temps que Christoph Marthaler.

Cet été, Ludovic Lagarde a présenté au Festival d'Avignon "Lear is in town", d'après Shakespeare, dans une traduction inédite d'Olivier Cadiot et Frédéric Boyer.La pièce se joue cette saison en tournée, avec Clotilde Hesme, Laurent Poitrenaux et Johan Leysen

Les choix de l'invité : "Je suis imbibé de cinéma... dans mon travail, ma jalousie du cinéma apparait crûment "

Olivier Cadiot n'est pas adepte des salles de cinéma, il trouve ça rasant, les salles sont trop petites... et surtout il n'aime pas le dolby. Selon lui, il y'a trop d'effets spéciaux à vue. "Y'a un maniérisme baroque holywoodien " Et selon lui, on ne peut pas feuilleter les films au cinéma , c'est un privilège de la vie moderne.

Il aime fragmenter les films, voir les films par bribes. Ancien consommateur de séries, aujourd'hui ça l'angoisse. "J'ai l'impression d'être chez les gens pendant des mois". Il est fan de la série Soprano (série télévisée américaine en 86 épisaodes créée par David Chase).

Il aime les films américains des années 70-80, avec ses couleurs "maronasses" comme Le prince de New York (1981) de Syndney Lumet. "J'aime les films pour me faire des bains de couleurs "

Il aime beaucoup la maison d'édition Capricci (surtout les livres d'Emmanuel Burdeau).

Un film qui l'a beaucoup inspiré, marqué est L'Énigme de Kaspar Hauser (Jeder für sich und Gott gegen alle, littéralement « Chacun pour soi et Dieu contre tous ») de Werner Herzog, (1974), avec Bruno Schleinstein.

. "Un point de départ de notre envie de faire un disque sur la langue allemande avec Rodolphe Burger ". Au fond, il aime les films d'apprentissage comme L'enfant sauvage, Voyage au bout de l'enfer, Robinson, etc.

Le dernier film qu'il a regardé est 4h44, dernier jour sur terre (2011), d’Abel Ferrara. "C'est pas mal !"

Actualités de l'invité :

2013 : avec Rodolphe Burger : Psychopharmaka Son dernier ouvrage paru chez POL : Un mage en été (2010)Lear is in town, son dernier spectacle en tournée. Prochaines dates : du 5 au 15 novembre à La Comédie de Reims

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......