LE DIRECT
La sélection des dix livres de la rentrée littéraire par France Culture et l'Obs

10 livres pour la rentrée littéraire 2019 : la sélection de France Culture et l'Obs

23 min

Comment faire son choix parmi les 524 romans qui prennent place en ce moment dans les librairies ? France Culture et l'Obs vous livrent leur sélection de dix livres de la rentrée littéraire.

La sélection des dix livres de la rentrée littéraire par France Culture et l'Obs
La sélection des dix livres de la rentrée littéraire par France Culture et l'Obs Crédits : RF - Radio France

En cette rentrée littéraire, France Culture et l’Obs se sont associés pour vous permettre d’y voir plus clair parmi les 524 romans qui prennent place en ce moment dans les libraires. Pour nous présenter leur sélection de dix livres de la rentrée littéraire, nous sommes en compagnie de Grégoire Leménager, journaliste, chef adjoint des pages Culture de l’Obs, Élisabeth Philippe, journaliste littéraire à l’Obs et chroniqueuse à la Dispute sur France Culture, Sandrine Treiner, directrice de France Culture, Olivia Gesbert, productrice de La Grande table sur France Culture, et Arnaud Laporte, producteur de La Dispute sur France Culture.

La rentrée, c’est aussi celle des livres ! Pour vous aider à choisir dans l’océan des 524 romans et essais qui prennent place sur les étals des librairies, France Culture et L’Obs s’associent pour vous proposer leur deuxième sélection de dix livres : 

"Par les routes" de Sylvain Prudhomme (L’Arbalète) 

"Le monde se divise en deux catégories. Ceux qui partent. Et ceux qui restent". Chez Sylvain Prudhomme, ce chassé-croisé existentiel s’incarne très subtilement dans un triangle amoureux sur fond de passion pour l’autostop. 

C'est un très beau livre, qui ne parle pas spécialement de l'actualité, qui n'est pas engagé. C'est l'histoire classique d'un homme et d'une fille. Ce livre effleure de nombreuses questions existentielles sur le sens de la vie, le désir et les sentiments. C'est aussi beau qu'une chanson de Leonard Cohen. Grégoire Leménager, journaliste, chef adjoint des pages Culture de l’Obs

C'est un grand roman sur le territoire, le ralentissement du temps. Il égrène le nom des villes de France et braque le projecteur sur des zones où il est le seul à aller. Sandrine Treiner, directrice de France Culture

"La mer à l'envers" de Marie Darrieussecq (POL)

En croisière avec ses enfants, Rose aide à secourir une embarcation de migrants. Parmi eux, le jeune Younès. La rencontre va changer leur vie, même si "c’est le monde qui aurait dû changer", écrit Marie Darrieussecq, qui réhabilite sans mièvrerie les "bons" sentiments. 

C'est un livre qui aborde la question de la crise des migrants à hauteur d'homme, sans donner de leçons à aucun moment, sans mièvrerie. C'est un portrait de femme de 40 ans qui fait cette rencontre pendant une croisière, celle d'un adolescent nigérien. C'est l'évolution de deux parcours. Olivia Gesbert, productrice de La Grande table sur France Culture

"Girl" d’Edna O’Brien (Sabine Wespieser)

À 88 ans, Edna O’Brien publie un livre coup de poing sur les écolières enlevées par Boko Haram au Nigeria. Elle raconte ici le parcours de Maryam, qui parvient à s’échapper, après avoir été violée par les djihadistes. Un manifeste pour la liberté.

Dès la première page, on est totalement pris avec cette jeune fille déboussolée. On les suit dans les camps de la "secte" sur les viols et la torture qu'elles subissent. Ce qui est magnifique, c'est l'urgence et l'intensité avec laquelle elle écrit cette histoire. On retrouve tout ce qui fait la force de cette écrivaine de 88 ans : la prose du combat. Élisabeth Philippe, journaliste littéraire à l’Obs et chroniqueuse à la Dispute sur France Culture

"Le Cœur de l’Angleterre" de Jonathan Coe (Gallimard)

Le romancier anglais retrouve les personnages de "Bienvenue au club" et réussit l’exploit, à travers des destins individuels, d’interroger l’identité nationale britannique, et de nous faire comprendre comment le Royaume-Uni a basculé inexorablement vers le Brexit.

C'est un roman pour expliquer aux gens pourquoi l'Angleterre a voté pour le Brexit. On retrouve des personnages que Jonathan Coe avait déjà mis en scène dans ses précédents romans. On suit des trajectoires individuelles qui vont se fracasser contre le destin national, la question d'identité nationale anglaise est très présente. Arnaud Laporte, producteur de La Dispute sur France Culture

"Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon" de Jean-Paul Dubois, L’Olivier

Jean-Paul Dubois est un maître, qui excelle dans le récit mélancolique et humaniste d’existences abîmées. Ici, Paul Hansen, après avoir perdu ceux qu’il aimait, est emprisonné. Mais tant qu’on est en vie, la lumière peut revenir.

Je traverserais volontiers l’Atlantique pour aller jusqu'à Montréal avec Jean-Paul Dubois. Le très beau personnage de Jean-Paul Dubois commence sa vie en prison, mais au fond ce n'est pas cela l'essentiel. Jean-Paul Dubois fait partie de ces écrivains qui ont le don de la narration : on entre dans le livre comme dans un mer chaude. C'est une évidence pour le lecteur. C'est une des urgences à lire, dans cette rentrée littéraire. Sandrine Treiner, directrice de France Culture

"Le Bal des folles" de Victoria Mas (Albin Michel)

Il fut un temps, à la fin du XIXe siècle, où le Tout-Paris se rendait à la Salpêtrière pour guincher avec les folles, alors soignées par le docteur Charcot, qui voulait croire à la thérapie par la fête et la valse. Un premier roman passionnant qui révèle le talent de la jeune Victoria Mas.

C’est un premier roman historique assez classique qui se déroule en 1885 à la Salpêtrière (…). On apprend dans ce livre qu’à la mi-carême, chaque année, on organisait le "bal des folles", une des seules occasions qu’avaient ces patientes de rencontrer des gens de l’extérieur puisqu’une partie de la bonne société parisienne était invitée au bal, à les regarder danser. On a l’impression d’assister à un beau film historique. C’est très maîtrisé. Grégoire Leménager, journaliste, chef adjoint des pages Culture de l’Obs

"Eden" de Monica Sabolo (Gallimard)

La jeune Lucy est retrouvée dans les bois, nue et inconsciente. Que lui est-il arrivé ? Dans un pays qui pourrait être le Canada, des hommes soumettent les femmes comme ils dominent la nature. Au risque de provoquer les esprits de la forêt. 

On retrouve tous les thèmes et la délicatesse de Monica Sabolo. Parmi ses obsessions, on trouve l’adolescence, la fin de l’innocence et la fausse fragilité des jeunes filles. Alors que ses précédents romans se passaient en Suisse, là, elle s’est délocalisée dans un lieu jamais défini mais qui ressemble beaucoup au Canada, avec des réserves, des autochtones, des grands espaces et une forêt dans laquelle il se passe des choses étranges… Monica Sabolo bâtit une sorte de conte éco-féministe. On est un peu entre le Bambi de Felix Salten pour les descriptions de la nature, et les livres de Laura Kasischke pour le côté fantastique. Élisabeth Philippe, journaliste littéraire à l’Obs et chroniqueuse à la Dispute sur France Culture

"La Clé USB", de Jean-Philippe Toussaint (Minuit)

Comment écrire un roman d’espionnage contemporain trépidant et un roman de l’intime terriblement émouvant, avec une clé USB, le marché du bitcoin, les règles de la blockchain et la commission européenne ? Réponse chez Jean-Philippe Toussaint.

Jean-Philippe Toussaint nous prend par la main et nous emmène dans deux mondes qu’il connaît bien. Le premier c’est Bruxelles avec ses fonctionnaires européens et ses lobbyistes qui tentent de les approcher : c’est ce rapport de force que met en scène ce roman autour d’une clé USB malencontreusement perdue. Le deuxième, c’est la Chine où l’on va aller avec le personnage principal. J’ai trouvé ce livre intéressant sur sa capacité à nous amener dans les méandres d’un monde qui reste assez opaque. Olivia Gesbert, productrice de La Grande table sur France Culture

Il a inventé le roman intime qui passe par la blockchain et le bitcoin ! Sandrine Treiner, directrice de France Culture

"La Fabrique des salauds" de Chris Kraus, (Belfond)

900 pages dans la tête d’un monstre : Koja Solm, ancien nazi passé au service du Mossad, au prix de tous les mensonges et toutes les trahisons. Un ouvrage essentiel pour comprendre le monde des génocides et de la Guerre froide dont nous sommes issus.

On est dans un hôpital en Bavière, en 1975 avec un monsieur d’une soixantaine d’années et un jeune hippie qui pense que le monde est régi par la paix et l’amour – ce qui va énerver notre vieux monsieur. Il va lui raconter sa terrible vie qui a traversé à peu près toutes les horreurs du siècle. (…) ça se lit extrêmement bien et de façon très fluide. Arnaud Laporte, producteur de La Dispute sur France Culture

"Le Ghetto intérieur" de Santiago Amigorena (POL)

Vicente Rosenberg émigra en 1928 de Pologne à Buenos Aires, où il construisit sa vie alors que, bientôt, sa mère serait déportée à Treblinka. Vicente se mura ensuite dans le silence, que son petit-fils brise aujourd’hui dans un roman aussi douloureux que vertigineux.

Il est question de la Shoah vue d’Argentine. Amigorena écrit une œuvre autobiographique et se concentre cette fois sur la figure de son grand-père juif polonais qui s’est exilé en Argentine en 1928. Il a suivi avec horreur, épouvante, impuissance ce qui se passait en Europe dans les années 1930 et 1940, en recevant quelques lettres de sa mère du ghetto de Varsovie, et il s’est réfugié dans le silence. L’auteur raconte ça très bien, c’est simple, dépouillé et émouvant. On vit cette histoire avec son grand-père qui a éprouvé une culpabilité terrible. Grégoire Leménager, journaliste, chef adjoint des pages Culture de l’Obs

Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......