LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Photographie d'une éclipse solaire.

Temps obscur pour les Lumières ?

15 min

Les Lumières peuvent-elles encore éclairer nos débats contemporains ? Qui remet en cause l'héritage des Lumières, et pourquoi ? Pour en parler, nous recevons ce mardi l'historien Antoine Lilti.

Photographie d'une éclipse solaire.
Photographie d'une éclipse solaire. Crédits : Matt Anderson - Getty

Fin août, Emmanuel Macron invitait les diplomates français à «retrouver l’esprit des Lumières et de la Renaissance» et à renouer avec «l’humanisme» et la «vocation universelle» propre à l’esprit français. Régulièrement, les Lumières sont convoquées et associées au progrès, au libéralisme politique ou à la lutte contre l’obscurantisme. Si la tradition anti-moderne a toujours existé en opposition à ce mouvement, de nouveaux traits apparaissent depuis une trentaine d’année : critique de l’universalisme, eurocentrisme ou encore remise en cause des Lumières comme étant du côté de la domination de la nature… Pourquoi les Lumières sont-elles régulièrement appelées à la rescousse ? Peuvent-elles éclairer les débats contemporains ? Qui sont les nouveaux opposants aux Lumières ? 

Antoine Lilti propose de rendre à ce mouvement sa complexité historique et de les redécouvrir. Il est l’auteur de L’héritage des Lumières co-édité par le Seuil, l’EHESS et Gallimard.

La tolérance est une des grandes idées du siècle des Lumières mais il faut nuancer. Les philosophes des Lumières sont des défenseurs de la liberté d'expression et de la tolérance religieuse, avec l'idée que l'espace public doit être régulé.

"Le culte du progrès n'est pas une idée du 18è mais du 19è siècle. Ce que l'on doit aux Lumières, ce n'est pas un culte béat du progrès mais une réflexion sur les possibilités et les limites du progrès (...). Le véritable héritage des Lumières, c'est une manière de s'interroger sur les ambivalences de la modernité"" Antoine Lilti

"Les Lumières sont partagées entre un universalisme théorique, la conviction selon laquelle tout homme peut penser par lui-même et par ailleurs le constat selon lequel le savoir est mal distribué. La tension entre un peuple potentiellement rationnel grâce à l'éducation et le peuple inquiétant plein de préjugés est extrêmement présente dès le 18è siècle.

"Les philosophes des Lumières sont persuadés que le peuple doit être éclairé. Mais comment ? Ils s’aperçoivent que la liberté de la presse produit des rumeurs, ce qu'on appellerait aujourd’hui des théories du complot, de la diffamation. Elle permet l'émancipation mais donne aussi la parole a ceux qui proposent des réponses faciles... ceux qu'on appellerait aujourd'hui des populistes.

Intervenants
  • Historien et directeur d'études à l'EHESS, directeur de l’Ecole doctorale de l’EHESS.
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......