LE DIRECT
Emmanuel Macron

Trois ans à l’Elysée et une crise sanitaire : le bilan d’Emmanuel Macron

26 min

Emmanuel Macron vient d'achever sa troisième année de mandat présidentiel. L'heure de dresser un bilan dans ce contexte particulier de crise sanitaire. Nous en parlons ce matin avec Luc Rouban, directeur de recherche CNRS au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF).

Emmanuel Macron
Emmanuel Macron Crédits : STEPHANE MAHE - AFP

Dès le 12 mars, lors de sa première allocution télévisée de la crise sanitaire, le Président de la République évoque l’« après » : « il nous faudra demain tirer les leçons du moment que nous traversons». Alors que la troisième année de mandat présidentiel s’achève pour Emmanuel Macron, c’est le branle-bas de combat pour le déconfinement. Comment cette situation inédite chahute-t-elle le modèle macroniste ? Faut-il y voir le retour du clivage gauche/droite, que La République en marche souhaitait dépasser ? L’expertise scientifique a-t-elle pris le pas sur les décisions politiques ? 

Pour en parler, nous recevons Luc Rouban, directeur de recherche CNRS au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF)

Comment expliquer la défiance ? 

" La crise sanitaire met en lumière deux aspects augmentant la défiance du peuple envers ses gouvernants. D’une part, elle souligne qu'une organisation bureaucratique complexe rend illisible les décisions politiques. Et puis, la question du système institutionnel et politique génère de l’anxiété et amène des réponses variables de la part des gouvernements."

Il y a une cohésion sociale en France qui est plus faible qu’en Allemagne ou au Royaume-Uni. On est renvoyé en France à ce manque de cohésion sociale et à ces fractures politiques qui augmentent la défiance à l’égard des politiques. Luc Rouban

"Il y a deux types d’explications expliquant la montée de la défiance. Il y a une explication conjoncturelle. Nous sommes face à un mécontentement et un malaise démocratique important. Le second point, c’est que la mauvaise gestion de la crise est liée à un phénomène de nature historique. On est habitué en France à un État fort et cette crise apparaît d'une certaine manière comme une humiliation. C’est en quelque sorte la crise de l’État rationnel."

On est dans un système où les collectivités locales n’ont pas eu le pouvoir et les moyens de protéger convenablement et de jouer un réel rôle. Et il y a cette logique centralisatrice où toute décision remonte à l’Élysée. Et par conséquent, vous avez un seul responsable et un seul porte-parole en la personne du chef d’État. Luc Rouban

A qui profite cette défiance ? 

Pour l’instant, aucun groupe politique ne profite vraiment de cette défiance. Néanmoins, entre février et avril, on a vu une demande de protectionnisme qui gagne du terrain jusque dans les électorats libéraux et c’est assez nouveau. Luc Rouban

"Le système institutionnel et constitutionnel français ne sera pas forcément remis en cause car ça ne sera pas une priorité au sortir de la crise. En revanche, il va falloir tirer les conséquences de ce malaise démocratique et revoir le dialogue entre l’État et les collectivités locales. Il y aura peut-être une réflexion et une avancée en termes de décentralisation et de renforcement du pouvoir communal."

Vous pouvez (ré)écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page.

Bibliographie

La matière noire de la démocratie

La matière noire de la démocratiePresses de Sciences Po, 2019

Intervenants
  • directeur de recherche au CNRS / CEVIPOF (Centre de recherches politiques de Sciences Po), auteur notamment de « Quel avenir pour la fonction publique ? », ed. La documentation française, 2017.
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......