LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
.

L'écrivaine Fanny Taillandier : "Toute frontière est le fait de consensus imaginaires"

15 min
À retrouver dans l'émission

Avec le roman "Farouches", qui paraît en août dans la collection Fictions & Cie du Seuil, Fanny Taillandier poursuit une œuvre au chevet de nos utopies défaites.

.
. Crédits : Fanny Taillandier

Fanny Taillandier publie son quatrième roman Farouches aux éditions du Seuil pour la rentrée littéraire de 2021. L'occasion de revenir avec elle sur son art et d'interroger l'intérêt qu'elle porte à un réel brouillé par les vécus individuels et inscrit dans l'aménagement de leur habitat.

Un roman sur la côte méditerranéenne 

Situé dans le décor fictif d’une Ligurie devenue indépendante dans une Europe des régions, Farouches suit l'histoire d'un couple retranché dans le luxe sobre de la Méditerranée tandis que plusieurs évènements viennent menacer leur confort et leur tranquillité.

Je me suis amusée avec la géographie européenne. J’ai imaginé un futur proche où les Etats nations ont disparu et où l’Europe est devenue une Union qui dirige des régions transnationales. On est en Ligurie, une région qui va du delta du Rhône à Gènes.

Des menaces multiples 

Fanny Taillandier met en récit ce couple qui fait face à de multiples menaces : des sangliers qui abîment les propriétés, une voisine étrange, des règlements de comptes dans les cités alentours.

J’avais envie de travailler sur cette notion de menace, qui en est une à partir du moment où on la regarde comme tel. Ce que je trouve intéressant c’est ce caractère précaire des frontières quand on le met en mouvement, on se rend compte que toute frontière est le fait de consensus imaginaire.

Ecrire sur le territoire 

Fanny Taillandier écrit souvent sur le rapport des êtres humains avec leur espace, leur géographie, leur territoire. Pour elle ce sont des liens politiques :

J’ai un goût pour regarder le paysage et voir les inscriptions humaines dedans et la Méditerranée est un endroit très travaillé par l’homme alors même que c’est un environnement assez hostile. Les humains l’ont travaillé, rendu fertile.

Les deux personnages qu’on suit ne sont pas ancrés dans le sol de la même façon. Jean a un rapport plus proche du nomadisme, il ne se sent pas de quelque part. Baya étant issue d’une famille immigrée est très ancrée dans le sol. Je cherchais aussi à explorer ce rapport-là qui est très politique. On a cette part en nous de nomadisme en tant qu'espèce, on en garde peut être des traces en nous.

Bibliographie

.

FarouchesEditions du Seuil, 2021

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......