LE DIRECT
Des tracts de propagande rédigés par les Brigades rouges italiennes annonçant le meurtre de l'ancien Premier ministre italien Aldo Moro

Marie Dosé : "L'histoire des Brigades rouges est spécifique et n'a rien à voir avec le terrorisme que nous connaissons en France"

16 min
À retrouver dans l'émission

Le gouvernement français veut donner un signal fort dans la lutte contre le terrorisme : interpellation des membres des Brigades rouges, présentation d'un nouveau projet de loi...

Des tracts de propagande rédigés par les Brigades rouges italiennes annonçant le meurtre de l'ancien Premier ministre italien Aldo Moro
Des tracts de propagande rédigés par les Brigades rouges italiennes annonçant le meurtre de l'ancien Premier ministre italien Aldo Moro Crédits : GIUSEPPE CACACE - AFP

Sept personnes, parmi lesquels d’anciens membres des Brigades rouges, ont été interpellés dans l'hexagone ce mercredi à la demande de l’Italie, a annoncé l’Elysée. Ils ont été condamnés en Italie pour des actes de terrorisme commis dans les années 1970-1980 et faisaient l’objet d’un mandat d’arrêt. La France, elle-même touchée par le terrorisme, présente un nouveau projet de loi anti-terroriste, cinq jours après l’attentat de Rambouillet. L’attaque qui a coûté la vie à Stéphanie Montfermé, agent administratif du secrétariat au commissariat de Rambouillet, n’a en effet pu être empêchée. Que peut la justice face au terrorisme ? Quels sont les ressorts psychiques de ces individus ? 

Pour en parler, nous recevons :

Marie Dosé, avocate pénaliste des familles françaises dont les enfants et petits-enfants sont détenus au Nord-Est syrien, auteure de “Les victoires de Daech” (Plon) 

Fethi Benslama, psychanalyste, membre de l’académie tunisienne. Auteur notamment de “le saut épique ou le basculement dans le jihâd” , éd. Actes Sud (2021)

L'extradition des brigades rouges : entre justice et décision politique

Marie Dosé rappelle que ces arrestations sont conformes à la doctrine Mitterrand, qui avait accepté l'exil des Brigades rouges, sauf pour les crimes de sang. Selon elle, il y a eu environ 200 demandes d'extradition transmises aux autorités françaises dont seulement 10 auraient été retenues pour le caractère extrêmement grave des crimes commis.

Maintenant, il en revient au parquet général, puis à des juges, de poursuivre cette procédure d'extradition. Mais ce choix m'apparaît éminemment politique. 40 ans après les faits, moi qui suis une fervente défenseuse de la prescription, cela me pose une vraie difficulté. Ces personnes ont eu des enfants, des petits enfants, se sont insérés en France, ont eu des titres de séjour. Il est éminemment compliqué aujourd'hui de choisir lesquels vont devoir finalement être extradés. Marie Dosé 

La question de la prescription 

Lorsque l’on a commis des crimes qui remontent à une quarantaine d’années, est ce qu'il est possible d'arrêter ces différentes personnes au prétexte qu'elles ont déjà été jugées ?

Une peine prononcée peut-être prescrite au bout de plusieurs dizaines d’années. Il n'y a pas que la prescription de l'action publique, il y a aussi la prescription de la peine. Maintenant, il faudrait connaître exactement le sort judiciaire qui a été réservé à ces personnes et surtout, quelle est la prescription qui s'applique en Italie, les concernant. Marie Dosé

Le terrorisme : une catégorie à part  ? 

Entre terrorisme d’extrême gauche, comme les Brigades rouges, et le terrorisme islamiste, existe-t-il les mêmes ressorts psychologiques ? Pour Fethi Benslama, le profil du terroriste est extrêmement complexe et a longuement été discuté. Il y a des États qui jugent des personnes pour terrorisme, mais on peut aussi se demander quelle est la dimension politique de ces procès.

Néanmoins, dans un des cas que je traite dans mon livre, une personne qui a été jihadiste islamiste raconte qu'à l'époque où il est devenu jihadiste, l'offre comme celle de Brigade rouge n'existait plus. Donc, il a pris l'offre qui était présente. Et il n'a pas tort. Il y a une offre à un moment donné de violence qui s’impose, inspirée par des motifs politiques. Fethi Benslama

Ce qui m'apparaît aujourd'hui déterminant, c'est ce que j'appelle le saut épique. Ce sont des gens qui construisent un récit fait de plusieurs éléments, et c'est à partir de ce récit qu'ils ont construit, qu'ils vont passer à l'action. Ce sont des gens qui construisent leur propre épopée. Fethi Benslama

Chroniques

8H00
16 min

Journal de 8 h

Vers la fin de l'Etat d'urgence sanitaire
Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......