LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Hommage à Samuel Paty à l’entrée de l’école de Conflans-Sainte-Honorine

Après l’assassinat terroriste d’un enseignant, que peut la République ? Avec Didier Leschi, Souad Ayada et Agathe André

45 min
À retrouver dans l'émission

Un hommage national sera rendu mercredi à Samuel Paty, l'enseignant assassiné vendredi dans les Yvelines à Conflans Ste Honorine. Face à une telle violence, que peut la République ?

Hommage à Samuel Paty à l’entrée de l’école de Conflans-Sainte-Honorine
Hommage à Samuel Paty à l’entrée de l’école de Conflans-Sainte-Honorine Crédits : Bertrand GUAY - AFP

Un hommage national sera rendu mercredi à Samuel Paty, professeur d’histoire assassiné vendredi dernier pour les valeurs qu’il incarnait. C’est également pour lui rendre hommage que des milliers de personnes se sont rassemblées ce dimanche Place de la République à Paris et dans plusieurs villes de France. Après un attentat terroriste commis contre un enseignant, que peut la République ? 

Ce matin, Guillaume Erner reçoit Didier Leschi, président de l’Institut Européen en Sciences des Religions de l’École Pratique des Hautes Études et Directeur général de l’Office français de l’immigration et de l’intégration. Ils seront rejoint en seconde partie par Souad Ayada, philosophe spécialiste de la spiritualité et de philosophie islamiques et présidente du Conseil supérieur des programmes, et Agathe André, ex-grand reporter à Charlie Hebdo, fondatrice de l’association Dessinez Créez Liberté. 

Le pilier de la République touché en son cœur 

" C’est un événement à la fois symbolique et tragique. Là, on tue un enseignant. Au fond, au nom d'une conception de Dieu et de la religion. Et on touche au cœur de ce qui est un des piliers de la République depuis longtemps. Bien évidemment, je suis comme tout le monde, un peu effrayé." Didier Leschi

Le fond du problème, est que depuis des années, dans certains quartiers, il y a une pression de groupes actifs à partir du religieux et en particulier à partir de l'islam, qui vise à empêcher tel type d'enseignement à contester, par exemple, l'égalité entre eux, entre filles et garçons. Et cette pression a été amplifiée ou en tout cas, a trouvé une forme de ressources légitimement, grâce au discours qu'on entend depuis des années sur le thème qu'il y aurait une islamophobie d'État qu'il faudrait absolument combattre et celui de l'islamophobie, en particulier au sein de l'école ou au sein d’autres institutions. Didier Leschi

Quand l'intégration ne fonctionne plus 

Le problème de l'intégration n'est pas simplement de l'ordre du droit. C'est aussi un problème de bataille culturelle. La difficulté que nous avons aujourd'hui dans le processus d'intégration, c'est le fait que les cadres qui ont pendant très longtemps servi à intégrer les personnes, et en particulier les personnes immigrées, se sont effondrés. C'est l'effondrement du mouvement ouvrier, de l'éducation populaire, d'associations qui ont disparu sur le terrain et qui ont été remplacés par d'autres qui sont plus imprégnés idéologiquement par ce qui se passe de l'autre côté de la Méditerranée que de ce qui se passe ici et là." Didier Leschi

Un attentat qui vise la liberté d'expression dont bénéficie les enseignants 

Cet attentat terroriste est caractéristique du projet qui anime l'islamisme terroriste. Il est caractéristique d'une vision du monde qui vient heurter notre vision du monde. Notre vision du monde, elle est démocratique, elle est républicaine. La liberté de pensée, la liberté d'expression sont des libertés que tout citoyen en France peuvent exercer. Cette liberté d'expression, cette liberté de pensée, elle anime l'action des fonctionnaires. Elles sont aussi, et c'est cela qui nous importe, au cœur de l'exercice du fonctionnaire qu'est le professeur. Le professeur ne se contente pas d'enseigner comme objet d'étude la liberté d'expression. Cette liberté d'expression, elle anime son acte même d'enseigner. Pour le professeur, cette liberté d'expression prend la forme d'une liberté pédagogique. C’est cela qui est visé dans l'assassinat de Samuel Paty. Souad Ayada

Donner des clés de compréhension du Monde : l'exemple de l’association Dessinez Créez Liberté

L'association Dessinez Créez Liberté est née au lendemain des attentats de janvier 2015 et elle est surtout née d'une nécessité, celle de donner des clés de compréhension du monde est plus urgent que jamais à l'époque. Nous voulons offrir au plus grand nombre des outils pédagogiques pour dialoguer et débattre de tous les sujets qui agitent la société. Nos missions, aujourd'hui, sont de faire connaître l'histoire de la caricature et des journaux satiriques, de l'Antiquité à nos jours, d'apprendre à décrypter à un dessin de presse, de réfléchir aux multiples fonctions du rire et d'humour. Et puis de libérer la parole. Agathe André

" Depuis 5 ans, nous allons dans toutes les écoles de France, dans les missions locales, les centres sociaux. On va dans les prisons aussi. Nous n'avons jamais eu le moindre problème à l'issue de ces interventions. Et pourtant, dans des secteurs en zone prioritaire, on remarque que rien n'est tabou. On peut tout caricaturer et c'est vrai que le dessin de presse est quelque chose de très ludique à apprendre à l'analyser. Sa force toujours à nous faire faire un pas de côté, à muscler notre esprit critique. Sauf que c'est vrai que la caricature, c'est un langage, avec sa grammaire, avec ses codes avec lui et qui nécessite des référents communs." Agathe André

La solution d'enseigner sur le fait religieux 

" Un enseignement portant sur les faits religieux ou le fait religieux, comme on voudra l'appeler est-il souhaitable. Il n'empêche que cet enseignement est très problématique pour plusieurs raisons. D'une part, la notion même de faits religieux. Il ne faudrait pas quand même laisser entendre que le fait religieux ou les faits religieux sont du même type que les faits scientifiques ou les faits historiques. Vous voyez qu'il y a quand même un travail de clarification de cette notion. Il faut que l'on s'entende sur la définition de la laïcité qui est nécessaire pour permettre un enseignement du fait religieux."Souad Ayada

Enseigner le fait religieux c'est promouvoir une laïcité d'intelligence et prendre en compte le fait que le sacré, ça existe et que la question du religieux traverse chacun de nous, en particulier au moment où les espérances laïques se sont effondrées et que le retour du religieux nous impose d'arriver à objectiver ce fait par rapport au ou conscience qu'on a à prendre en charge. Didier Leschi

Vous pouvez (ré)écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page.

Chroniques
8H00
15 min
Journal de 8 h
Attentat à Conflans : comment mieux lutter contre l'islamisme sur les réseaux sociaux ?
8H15
4 min
Le Billet politique
Contre le terrorisme, passer de "je suis" à "nous sommes"
Intervenants
  • Directeur général de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII)
  • Philosophe et présidente du Conseil supérieur des programmes
  • Journaliste, fondatrice de l'association Dessinez Créez Liberté
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......