LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Michel Barnier à la Commission européenne

Brexit, campagne de vaccination, crise économique : Michel Barnier est l’invité des Matins

18 min
À retrouver dans l'émission

Quelques semaines après l’entrée en vigueur du Brexit, quelles conclusions tirer des années de négociations avec le Royaume-Uni ? Et quelles perspectives pour l’avenir des européens ?

Michel Barnier à la Commission européenne
Michel Barnier à la Commission européenne Crédits : AFP

Des demandes de dernière minute adressées par les Britanniques aux ultimes arbitrages rendus par la Commission européenne, les négociations pour l’accord sur le Brexit auront été longues, éprouvantes et imprévisibles.

Le deal arraché dans la dernière ligne droite doit beaucoup, dit-on, à ce français qui est aussi un européiste convaincu. Nous recevons Michel Barnier, négociateur en chef auprès de l’UE sur ce dossier hautement sensible. Il est avec nous ce matin pour revenir sur ce moment inédit du projet européen. 

Mentir pour détruire l'Europe

Le Brexit montre que l'Europe n'est pas une prison. On peut en sortir, mais quand on en sort, [...] on assume ses responsabilités devant les citoyens. C'est ça qui n'a pas toujours été fait au Royaume-Uni. Ceux qui ont prôné le Brexit n'ont pas toujours dit la vérité. Certains d'entre eux, en tout cas, avaient une idée que j'ai combattue tout au long de ces quatre ans et demi, c'est de vouloir détruire l'Europe.  

J'ai un jour reçu M. Farage (le leader du parti europhobe UKIP) et à la fin de notre entretien, je lui ai  demandé comment il voyait la future relation entre l'Union européenne et le Royaume-Uni? Il m'a dit en anglais, après le Brexit, l'Union européenne n'existera plus. Ils veulent nous détruire.  

Tirer les leçons du Brexit sur la colère sociale

La leçon [du Brexit], c'est qu'un certain nombre de démagogues, de nostalgiques, d'hommes politiques, qui ont des idées différentes, utilisent la colère sociale. Il y avait beaucoup de colère sociale dans certaines régions britanniques où l'industrie a disparu, ce qui a créé le sentiment d'isolement et d'abandon. C'est sans doute trop tard pour le Royaume-Uni, les choses sont faites, malheureusement, mais ce n'est pas trop tard chez nous. Il y a la même colère sociale dans beaucoup de régions de France, de Belgique, des Pays-Bas et d'ailleurs. L'Europe ne protège pas ce sentiment. 

Il ne faut pas confondre le populisme avec le sentiment populaire. Il faut écouter le sentiment populaire, il faut l'écouter, le prendre en compte et lui répondre par de nouvelles politiques européennes, nationales ou régionales. 

Intervenants
  • Commissaire européen au Marché intérieur et aux Services
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......