LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Thierry Frémaux en février 2020 au théâtre Dolby à Hollywood, lors de la cérémonie des Oscars.

Cinéma : l’espoir, hors-champ. Avec Thierry Frémaux

24 min
À retrouver dans l'émission

Les nominations aux Césars du cinéma français vont être annoncées alors que les salles de cinéma sont toujours fermées.

Thierry Frémaux en février 2020 au théâtre Dolby à Hollywood, lors de la cérémonie des Oscars.
Thierry Frémaux en février 2020 au théâtre Dolby à Hollywood, lors de la cérémonie des Oscars. Crédits : VALERIE MACON - AFP

L’annonce de l’ouverture du Festival de Cannes le 6 juillet 2021 et l’organisation de la cérémonie des Césars le 12 mars prochain sont les dernières bonnes nouvelles du cinéma français, sévèrement touché par la crise. Les perspectives de 2021  permettront-elles de relancer un secteur au point mort, avec une fréquentation en baisse de 70% l’année dernière ? Les plate-formes de streaming, grandes gagnantes des confinements, remplaceront-elles définitivement le grand écran ? 

Thierry Frémaux directeur de l’Institut Lumière de Lyon et délégué général du Festival de Cannes croit à l’avenir du cinéma et à sa place dans la société moderne. Il en parle dans son dernier livre Judoka paru chez Stock, récit de sa jeunesse tiraillée entre cours de judo et séances de cinéma. 

L'art de la chute

J'ouvre le livre sur la chute parce que c'est ce qu'on apprend aux enfants en premier. On ne leur apprend pas à faire tomber mais à tomber sans dommage. On peut ensuite tout faire et on craint plus rien. C'est une métaphore qui marche pour la vie en général. Ne pas avoir peur de la chute vous permet beaucoup de liberté. 

Le judo est un sport qui a une culture, une mémoire, une érudition, plus que dans d'autres sports. Il y a un enseignement technique, mais il y a aussi un enseignement philosophique. Il y a l'idée que c'est un sport individuel, mais c'est aussi un acte collectif. Je me suis mis à écrire là dessus parce que je me suis rendu compte que ça avait compté dans ma vie. 

Je crois que le judo, et le sport en général, apprend d'abord à vous promener dans n'importe quel monde. Vous avez appris à le regarder avec une certaine réserve, une distance, mais aussi avec une réelle modestie.

A quoi va ressembler le festival de Cannes 2021 ? 

On sait que ça ne sera pas seulement le Festival de Cannes d'après l'annulation, mais ça sera quelque chose de l'ordre des retrouvailles et de la réflexion. Qu'est ce qu'on fait du cinéma à un moment où il n'a pas pu se défendre face aux plateformes ?

La sélection a déjà commencé et il n'y a pas pénurie de films. Les tournages, surtout en France parce que le CNC a rendu possible les tournages, ne se sont quasiment pas arrêtés, sous contrôle sanitaire extrêmement rigoureux. C'est aussi le cas à l'étranger. Donc, il n'y aura pas de pénurie, d'autant qu'il y a des films de 2020 qui se présenteront en 2021.

La menace fantôme des plateformes

Si vous regardez les prochains films qui arriveront sur Netflix cette année, il y a beaucoup de grands réalisateurs Andrew Dominik, Paolo Sorrentino, qui sont des gens que le Festival de Cannes, a découverts. Il font des films exigeants et Netflix a besoin de cette légitimation. 

Dans dix ans, il faudra que ces réalisateurs mythiques continuent d'exister pour que des Netflix puissent continuer à penser qu'ils ont de la valeur. Et c'est notre métier. 

Le monde d'après pour le cinéma

Il y aura un embouteillage de films. Un mois sans salle de cinéma, c'est une centaine de films qui ne sortent pas. Ils sont au frigidaires. 

On réfléchit a un plan climat, un plan environnemental. L'idée est de faire de la ville de Cannes, pendant le Festival, une destination neutre sur le plan carbone. 

Nous faisons attention à ces questions désormais fondamentales pour le climat, pour les questions de parité, pour les questions de la représentation et de la diversité. 

Intervenants
  • Délégué général du Festival de Cannes, directeur de l'Institut Lumière de Lyon
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......