LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Des personnes portant des masques dans la Qianmen street pour faire leurs achats au cours des vacances de la "Semaine dorée" à Pékin. Le 05 Octobre 2020

Covid-19 : des récits nationaux aux conséquences sanitaires, avec Axel Kahn et Christine Ockrent

45 min
À retrouver dans l'émission

L'épidémie de Covid-19 aurait déjà infecté 10% de la population mondiale selon l'OMS. Pourquoi certains pays s’en sortent mieux que d’autres ? Guillaume Erner reçoit Axel Kahn et Christine Ockrent.

Des personnes portant des masques dans la Qianmen street pour faire leurs achats au cours des vacances de la "Semaine dorée" à Pékin. Le 05 Octobre 2020
Des personnes portant des masques dans la Qianmen street pour faire leurs achats au cours des vacances de la "Semaine dorée" à Pékin. Le 05 Octobre 2020 Crédits : NOEL CELIS - AFP

Bars fermés à Paris, quartiers reconfinés à New York, nouveaux pics en Russie et en Iran : le rebond de l’épidémie est désormais mondial... A quelques exceptions près. La Chine, par exemple, célèbre ses fêtes nationales lors de la “semaine dorée” : sept jours de congés au cours desquels la population est incitée à consommer et à voyager, du moins localement cette année. Pourquoi certains pays s’en sortent-ils mieux que d’autres ? Où en sommes nous dans la dynamique de l’épidémie ?

Pour en parler ce mardi 6 octobre, Guillaume Erner reçoit Axel Kahn, président de la Ligue contre le cancer, médecin, généticien et essayiste, auteur notamment de L’éthique dans tous ses états publié aux éditions de l’Aube, qui vient de paraître en poche. 

Il sera rejoint en deuxième partie par Christine Ockrent, productrice de l’émission “Affaires étrangères”, pour revenir sur la définition de ces jeux d’influence et de pouvoir qu'elle analyse dans La guerre des récits : Xi Trump, Poutine, la pandémie et le choc des empires qui paraîtra ce 7 octobre aux éditions de l’Observatoire.

Pourquoi la Chine semble-t-elle s'en sortir mieux que l'Europe ?

Il y a deux raisons à cela. La première raison est que, évidemment, l'épidémie l'a frappée avant tout le monde. Et la deuxième raison, c'est qu'elle a utilisé plus massivement l'arme, qui est l'arme absolue contre le virus : le confinement, le confinement complet total prolongé. On l'a vu d'ailleurs en France, il n'y a pas plus efficace. (Axel Kahn)

C'était  un confinement bien pire que ce que l'on a connu en France. La Chine, évidemment, a pâti économiquement durant le confinement. Maintenant, elle a repris sa marche en avant et elle peut faire des fêtes sans masque. Et donc, elle peut dire "nous, par rapport à l'Amérique qui n'arrive pas à se tirer de ce désastre dû à une gestion épouvantable, cataclysmique ; nous, notre modèle est meilleur". Ce à quoi on a assisté à l'occasion de cette pandémie, c'est une accélération de la bascule du monde vers l'Orient. (Axel Kahn)

Il est fascinant d'observer à quel point cette pandémie a servi et continue de servir les ambitions technologiques [de la Chine]. Non, on ne peut pas la croire tout à fait, puisqu'il n'y a qu'un seul récit. (...) Les réseaux sociaux sous sont sous contrôle étroit et servent d'ailleurs aussi  à palper l'état de l'opinion en Chine et à diffuser les messages du régime, ce qui est tout à fait fascinant quand on observe la manière dont le récit officiel a été construit en Chine. Cette pandémie a probablement surgi au cours du mois de décembre de l'année dernière et ce n'est que le 20 janvier que Xi Jinping décrète la "guerre du peuple contre le démon". (...) À partir du moment où le maître du monde, ou le maître du ciel, comprend l'ampleur et la menace pesant sur cet immense pays, tous les moyens d'une dictature sont mis en place avec une efficacité extraordinaire. (Christine Ockrent)

Qu'en est-il des autres modèles ? 

Finalement, [l'expérience suédoise] est un échec. C'est vraiment ce qu'il ne faut pas faire. Ils ont mis les vieux sous cloche. Les vieux sont morts. C'est une hécatombe épouvantable chez ceux qui n'ont pas été sous cloche. Globalement, vous voulez une mortalité cinq à dix fois plus forte que dans la totalité des pays ! Le Danemark, la Norvège, la Lettonie, l'Estonie, etc. (Axel Kahn)

[En France] la grosse erreur a été le déconfinement. Le déconfinement a fait perdre une partie de ce que le confinement avait permis. (Axel Kahn)

La France prend des bonnes mesures, mais elle est toujours un peu en retard. C'est ça le problème.  Il est certain que le problème économique est majeur. Le problème de choix de la joie d'y vivre également. Mais parce qu'on veut en tenir compte un peu trop, on est obligé de serrer la vis.(Axel Kahn)

Face à une pandémie, c'est un inconvénient d'être dans une démocratie et encore plus dans une démocratie contestataire. On le voit très bien, cette exigence de ne pas se plier à quelques préconisations sanitaires ou autres, que ce soit chez mouvements de résistance aux Etats-Unis d'Amérique, en Allemagne aussi bien ou en France, ce sont des phénomènes qui nuisent à l'efficacité des mesures sanitaires. La démocratie, de ce côté là, peut être un avantage pour énormément de choses mais pas d'un point de vue sanitaire par rapport au virus. (Axel Kahn)

Où en est-on de la course aux vaccins ? 

[En France], je suis relativement optimiste. Je pense qu'il y aura plusieurs centaines de millions de doses de vaccin qui seront disponibles avant la fin de l'hiver. Donc, avant le 21 mars 2021.  (Axel Kahn)

Les Chinois ont pour le moment trois candidats vaccins en phase 3, c'est à dire en phase d'expérimentation sur un très large échantillon d'au moins 30 000 personnes. Ces expérimentations sont conduites très largement au Brésil, aussi au Pakistan. (...) Vladimir Poutine a annoncé le 11 août dernier, triomphant, que le vaccin russe était le premier. Il a d'ailleurs nommé Spoutnik V, pour bien rappeler l'humiliation que l'Union soviétique en 1957 a fait subir aux Etats-Unis dans l'espace. On ne sait pas tout à fait ce qu'il est advenu de ce vaccin qui a été inoculé, a dit Poutine, à l'une de ses filles, mais aussi a probablement des militaires. Et en Chine, la recherche médicale est très largement sous le contrôle de l'armée.(Christine Ockrent)

Chroniques
8H00
15 min
Journal de 8 h
Le Haut Conseil pour le climat alerte sur les émissions de CO2 importées
8H16
3 min
Le Billet politique
Peut-on aller bien dans un pays qui va mal ?
Intervenants
  • Journaliste et productrice de l'émission "Affaires étrangères" sur France Culture
  • Président de la Ligue contre le cancer, médecin, généticien et essayiste
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......