LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Des agents de santé effectuent des test de dépistage du COVID-19 au centre  de l'hôpital St. Vincents à Bondi, à Sydney, le 6 juillet 2021

Covid-19, mutations et variants : l’éternel recommencement. Avec Dominique Costagliola et Pascal Crépey

26 min
À retrouver dans l'émission

Alors que l’arrivée de l’été et l'accélération de la vaccination nous faisaient espérer un net recul de l’épidémie du coronavirus, l’émergence d’un nouveau variant plus contagieux, le Delta, vient ternir cette perspective. Pourquoi ce variant inquiète-t-il tant, comment lutter contre sa diffusion ?

Des agents de santé effectuent des test de dépistage du COVID-19 au centre  de l'hôpital St. Vincents à Bondi, à Sydney, le 6 juillet 2021
Des agents de santé effectuent des test de dépistage du COVID-19 au centre de l'hôpital St. Vincents à Bondi, à Sydney, le 6 juillet 2021 Crédits : BIANCA DE MARCHI - AFP

C’est un variant qui inquiète les scientifiques et les responsables politiques, et qui menace la perspective d’un été apaisé : le variant Delta s’est largement imposé en Grande-Bretagne, où il représente aujourd’hui la majorité des cas positifs au coronavirus. En France, un premier pôle de contamination du variant Delta a été identifié dans les Landes, poussant les responsables politiques à nous alerter sur la potentialité d’une nouvelle vague pendant l’été. 

Plus contagieux, plus résistant aux anticorps, le variant Delta présente des caractéristiques qui ne peuvent qu’inquiéter. Mais quelles sont les solutions prônées par les scientifiques pour éviter une nouvelle vague ? Les stratégies sanitaires mises en place sont-elles toujours efficientes face à ce nouveau variant ? 

Avec Dominique Costagliola, épidémiologiste, biomathématicienne et directrice de recherche à l’Inserm et Pascal Crépey, enseignant-chercheur en épidémiologie et biostatistiques à l’École des hautes études en santé publique à Rennes.

La menace du variant Delta : la vaccination en question  

Le variant Delta s'impose progressivement en Europe, il s'est diffusé à une vitesse édifiante au Royaume-Uni, alors même que plus de 60% des adultes sont aujourd'hui vaccinés. Pascal Crepey explique ce phénomène de propagation malgré l'importance de la couverture vaccinale : 

Ça veut dire que même vaccinée, une certaine partie de la population restera à risque de faire des formes graves. Et puis bien sûr, on sait que le virus circule plus facilement dans les populations plus jeunes qui sont moins vaccinées parce qu'on a fait le choix - à raison je pense - de vacciner prioritairement les personnes qui avaient plus de chance de développer des formes graves. Pascal Crépey

Mais comment expliquer qu'une personne doublement vaccinée puisse attraper le virus ? Pour Dominique Costagliola, il faut rappeler que le vaccin a pour principale finalité d'éviter le développement de formes graves : une personne doublement vaccinée peut néanmoins être porteur du virus. 

C'est quelque chose d'attendu finalement qu'il puisse y avoir des cas chez les vaccinés puisque l'efficacité contre l'infection n'est pas de 100% mais plutôt de 60 à 70%. Dominique Costagliola 

Et la caractéristique principale du variant Delta est sa forte contagiosité : il est environ 60% plus contagieux que le variant Alpha. Pour que la couverture vaccinale soit efficiente contre ce variant très contagieux, il faudrait ainsi atteindre un seuil de vaccination particulièrement élevé : 

Tous les calculs de seuil d'immunité de groupe pour casser l'épidémie juste avec la vaccination, juste avec l'épidémie sans aucune autre mesure, et bien ces seuils s'envolent (...). On aurait besoin d'atteindre des niveaux d'immunité autour de 85% de la population, enfant compris. Pascal Crépey

Le respect des gestes barrières : solution indépassable ? 

Au Royaume-Uni, malgré une reprise épidémique inquiétante, le gouvernement a pris la décision de maintenir la levée des restrictions le 19 juillet. Ce jour, surnommé "Freedom Day", marquera notamment la fin du port de masque dans les lieux clos. Or malgré la vaccination des personnes à risque, la circulation du virus pourrait tout de même mener à une augmentation des hospitalisations : 

On sait qu'il y a un effet domino de cette montée d'incidence, que ce qui se passe au sein des populations plus jeunes peut se traduire ensuite par aussi une augmentation de l'incidence chez les personnes plus âgées. Et parce que les risques de forme grave sont beaucoup plus importants que celui des personnes jeunes. Même avec la vaccination, on va observer une augmentation des hospitalisations. Pascal Crépey

Il est néanmoins nécessaire de rappeler les effets protecteurs nombreux de la vaccination : 

Ce qu'il faut bien se dire c'est que si nous n'avions pas 50% de la population primo vaccinée et 30% de la population complètement vaccinée, la situation serait bien pire. Donc bien évidemment la vaccination nous aide énormément à contrôler, à ralentir cette progression du variant Delta. Pascal Crépey

Le respect des gestes barrières semble être la seule issue pour éviter la circulation accrue du virus, circulation qui favorise l'apparition de nouveaux variants. 

Intervenants
  • Epidémiologiste, biomathématicienne et directrice de recherche à l’Inserm
  • enseignant-chercheur en épidémiologie et biostatistiques à l’Ecole des hautes études en santé publique à Rennes.
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......