LE DIRECT
Des personnes participent au dépouillement des votes, le 14 mars 2010 à Jumeaux, lors du premier tour des élections régionales.

Élections régionales : la démocratie à l’échelle des territoires. Avec Jacques Levy et Anne Muxel

43 min
À retrouver dans l'émission

Alors que les élections régionales doivent se tenir les 20 et 27 juin prochains, les électeurs français semblent osciller entre l’indifférence et le scepticisme, si l’on s’en tient aux récents sondages.

Des personnes participent au dépouillement des votes, le 14 mars 2010 à Jumeaux, lors du premier tour des élections régionales.
Des personnes participent au dépouillement des votes, le 14 mars 2010 à Jumeaux, lors du premier tour des élections régionales. Crédits : THIERRY ZOCCOLAN - AFP

Entre le risque élevé d’abstention et les enjeux territoriaux parfois occultés par les ambitions présidentielles, comment ces élections régionales 2021 s’organisent-elles ? Quels sont les enjeux de cette élection et comment impliquer les citoyens dans cette étape de la vie électorale ? Pour répondre à ces questions nous recevons Anne Muxel, sociologue et politiste, directrice de recherche au Cevipof et Jacques Lévy, géographe et directeur de la chaire « intelligence spatiale » de l’université Polytechnique Hauts-de-France.

Un enjeu électoral délaissé par les électeurs 

Si les Français restent attachés aux territoires régionaux, la forte mobilité des citoyens et les évolutions sociologiques récentes semblent avoir modifié le rapport des Français à leurs régions. Désormais, le fait d'être citadin a plus d'impact sur l'identité des individus que leur appartenance à une région spécifique, c'est ce qu'explique Jacques Lévy

Il y a une identité très forte chez les gens qui habitent dans les grandes villes (à Paris, à Marseille, à Lyon etc.), mais qui peut être très différente des gens qui habitent dans la même région et qui ont fait d'autres choix, notamment le périurbain. Jacques Lévy, géographe 

Outre ce nouveau clivage, les élections régionales restent des élections intermédiaires qui ne semblent pas cette année encore, provoquer beaucoup d'émoi chez les Français. Le contexte singulier dans lequel s'inscrit cette étape électorale n'y est pas pour rien dans ce désintérêt, selon la politiste Anne Muxel

Nous venons de vivre une crise tout à fait inédite, qui fait que les élections régionales ne font pas partie des premières préoccupations des Français. Surtout que la campagne présidentielle a d'une certaine manière, déjà commencé. On parle plutôt des présidentielles et pas des régionales. Anne Muxel, politiste

Un monde d'après pas si nouveau ? 

Alors qu'il n'était pas rare d'entendre au début de la crise sanitaire que celle-ci entraînerait des conséquences majeures à la fois sur les attentes politiques des citoyens et sur les modes de vie des individus, Jacques Lévy et Anne Muxel viennent nuancer cette idée. Pour le géographe, l'idée selon laquelle nous assisterions par exemple, à un "exode urbain", relève d'une forme de fantasme : 

Pour le moment c'est un bruit médiatique. [...] Si on consulte les agents immobiliers sérieux, en réalité, ils disent qu'ils ne savent pas. Il y a des éléments périphériques qui indiquent qu'il y a un frémissement de baisse du prix de l'immobilier dans les centres villes, mais ça pourrait très bien ne pas se confirmer. Jacques Lévy, géographe 

Quant au moral des Français, le dernier baromètre réalisé par le Cevipof laisse entendre qu'aucun changement majeur n'est à signaler : 

Les Français sont toujours plus moroses, plus défiants envers la classe politique. Plus confiants quand même quant à leurs destinées personnelles. [...] C'est vrai que cette dernière vague du baromètre de confiance politique n'est pas un "scoop" dans le sens où il ne fait pas ressortir quelque chose de nouveau par rapport à cette défiance que l'on mesure maintenant depuis une dizaine d'années. Anne Muxel, politiste 

Alors que certains observateurs prévoyaient une forte montée des idées et des thématiques écologiques à la suite de la pandémie, cette anticipation semble également pour le moment prématurée, c'est ce qu'explique Anne Muxel

On ne voit pas pour l'instant d'articulation entre cette sensibilité pour l'écologie qui s'est renforcée avec la crise sanitaire et qui s'est maintenant assez largement diffusée à l'ensemble de la population [...] et un votre franc et massif pour les partis écologiques. Il y a là une sorte de paradoxe. Anne Muxel, politiste

Chroniques

8H00
16 min

Journal de 8 h

Visite d'Emmanuel Macron au Rwanda : pour quelle politique mémorielle en Afrique ?
8H15
4 min

Le Billet politique

Emmanuel Macron et les territoires abandonnés de la République

Bibliographie

Intervenants
  • Géographe, directeur de la chaire “intelligence spatiale” de l’université Polytechnique Hauts-de-France
  • sociologue et politologue, directrice de recherche au Cevipof, spécialiste du rapport des jeunes à la politique
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......