LE DIRECT
Le président français Emmanuel Macron prononce un discours lors de la séance d'ouverture de la réunion par vidéoconférence Choose France depuis le palais de l'Élysée à Paris, le 25 janvier 2021.

Emploi, productivité, investissements : la France dans la course à l’attractivité. Avec Xavier Timbeau et Natacha Valla

43 min
À retrouver dans l'émission

A défaut du Forum Économique Mondial de Davos, l’écrin privilégié des affaires mondiales, qui n'a pu se réunir en raison de l’épidémie, Emmanuel Macron a reçu hier une centaine de patron pour une nouvelle édition de « Choose France ».

Le président français Emmanuel Macron prononce un discours lors de la séance d'ouverture de la réunion par vidéoconférence Choose France depuis le palais de l'Élysée à Paris, le 25 janvier 2021.
Le président français Emmanuel Macron prononce un discours lors de la séance d'ouverture de la réunion par vidéoconférence Choose France depuis le palais de l'Élysée à Paris, le 25 janvier 2021. Crédits : LUDOVIC MARIN - AFP

Au lendemain des élections régionales, Emmanuel Macron a reçu ce lundi à Versailles les grands patrons étrangers pour la quatrième édition de "Choose France", un forum pour attirer les investisseurs étrangers. Le dernier baromètre sur l'attractivité économique place la France au premier rang. 

Quelles sont les recettes du succès de l’attractivité française ? Qu’apportent ces investissements étrangers à l’économie nationale ? Au-delà de l’attrait des investisseurs étrangers, la France est-elle compétitive en termes d’emplois, de productivité ou encore d’innovation ? 

Xavier Timbeau : économiste, directeur principal de l’OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques).

Natacha Valla :  économiste, doyenne de l’école de Management et de l’innovation de sciences po, co-auteure de " Le Futur de la monnaie ", éditions Odile Jacob (février 2021) 

Les variants et leur impact sur l'économie

Le confinement a des impacts très forts sur l'épidémie : on confine désormais mieux, ce qui limite les besoins de soutien à l'économie. On est obligé de fermer certains secteurs, d'interdire certaines activités. Pendant le premier confinement, on a observé des chutes d'activité de 30%. Avec le dernier confinement, on est tombé à 5%. Xavier Timbeau

La réalité post-pandémie serait une réalité avec une pandémie latente où nos modes d'organisation et de production vont devoir s'ajuster de façon plus pérennes. Natacha Valla

Si on fait abstraction de ces risques, les indicateurs sont bons. Du côté du marché du travail, avec la pandémie, il y a eu un choc assez fort sur l'offre de travail. La correspondance entre l'offre et la demande a été rompu. On devrait voir des pressions salariales. La banque centrale appelle de ses vœux une inflation, autour de 2%. Les enseignements de cet été vont être intéressant. Natacha Valla

La France, un pays des plus attractifs en Europe

On a appris de 2008 : quand il y a une crise importante, le tissus productif peut être durablement impacté. Néanmoins, les changements sont difficilement anticipables.

Une course entre les pays s'en suit, en particulier au sein de la zone euro. Les pays les plus affaiblis risquent de perdre des parts de marchés. C'est la raison pour laquelle la politique du "quoiqu'il en coûte" a été mise en place. Xavier Timbeau

Les investisseurs étrangers cherchent les grandes forces de la France : la stabilité, la présence d'infrastructures favorables à l'attractivité économique. Natacha Valla

Un système d'apprentissage à surveiller

Selon la Natacha Valla, la France est encore dotée d'un système qui lui permet de produire des qualifications qualitatives, mais c'est un point de vigilance.

C'est encore un avantage, mais le processus d'éducation est long : le système éducatif perd en performance. On est mal classé dans le système PISA. La recherche économique est univoque : cela se récent une décennie plus tard sur la qualification. Natacha Valla

Certains ont vu dans la crise un avant-goût de la décroissance. En réalité, on a été projeté dans le monde de l'hyper-innovation. Dans cette course folle, on s'est rendu compte que la France et l'Europe n'étaient pas très bien outillées. Il faut aussi s'intéresser à la question de l'attractivité pour les chercheurs par exemple. Xavier Timbeau

Chroniques

8H00
16 min

Journal de 8 h

Conflit au Tigré : les rebelles sont entrés dans la capitale régionale
8H15
4 min

Le Billet politique

Chez Les Républicains, on cherche la preuve par trois

Bibliographie

Intervenants
  • Économiste, directeur de l'Observatoire Français des Conjonctures Économiques (OFCE)
  • Doyenne de l'École du management et de l'innovation à Sciences Po, ancienne directrice générale adjointe chargée de la politique monétaire à la Banque centrale européenne
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......