LE DIRECT
Quelle sera la stratégie opérée par Donald Trump pendant ces trois derniers mois avant les élections ?

États-Unis : le cadre démocratique peut-il tenir ?

34 min
À retrouver dans l'émission

À trois mois des élections, Donald Trump est au plus bas dans les sondages. Le président craint des fraudes liées au vote par correspondance à cause du coronavirus, qui touche gravement les États-Unis.

Quelle sera la stratégie opérée par Donald Trump pendant ces trois derniers mois avant les élections ?
Quelle sera la stratégie opérée par Donald Trump pendant ces trois derniers mois avant les élections ? Crédits : Jim Watson - AFP

Où en seront les Etats-Unis dans trois mois ?  Si la prudence s'impose de manière générale pour répondre à ce genre de questions, elle est sans doute plus nécessaire encore aujourd'hui. La semaine dernière, Donald Trump a suggéré un report de l'élection présidentielle. Il n'en a pas le pouvoir. Mais plus que la date, c'est la crédibilité du scrutin que remet en cause par avance l'imprévisible occupant de la Maison-Blanche. 

La pandémie, qui a fait plus de 150.000 morts, continue de progresser aux Etats-Unis et devrait conduire une part importante d'électeurs à voter par correspondance. Le président semble chercher à reporter sur l'élection la défiance grandissante qu'il inspire, lui qui ne peut plus mettre en avant son bilan économique. Lui qui défend la loi et l'ordre, quitte à souffler sur les braises face aux manifestations contre les violences policières et le racisme. Le candidat démocrate Joe Biden présente d'ores et déjà l'élection à venir comme la plus étrange de l'histoire moderne. L'Amérique peut-elle organiser une élection équitable? Se demandait ce week-end le Financial Times.

Pour répondre à cette question, Chloë Cambreling reçoit l'historien spécialiste des Etats-Unis Pap Ndiaye et le chercheur associé à l'Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS) Jeff Hawkins, ancien diplomate américian ayant quitté le corps diplomatique en raison de son désaccord avec l'administration de Donald Trump.

L'élection la plus étrange 

Le candidat démocrate à l'élection du prochain président des Etats-Unis Joe Biden, qui a récemment pris l'ascendant sur Donald Trump dans les sondages, a qualifié l'élection de la plus étrange de l'histoire moderne du pays. Il mène campagne presque entièrement virtuelle, où le respect des règles sanitaires face au coronavirus est lui-même une façon de tenir à distance les méthodes de Donald Trump, qui tendait à nier le danger de la pandémie, jusqu'à un revirement récent dans son discours. 

L'actuel président a en effet exprimé sur Twitter sa crainte concernant d'éventuelles fraudes dans le système du vote par correspondance, outil électoral qui revêt une importance de premier plan en cette période de crise sanitaire. C'est du moins l'argument qu'il emploie pour suggérer de décaler la date de l'élection, prévue pour le 3 novembre prochain. Pour rappel, le président des Etats-Unis n'a pas le pouvoir de reporter l'élection, il doit passer pour cela par le Congrès, et un tel report n'a jamais eu lieu. La date du 3 novembre est fixée aux Etats-Unis dans la continuité d'une tradition qui veut que les élections se déroulent le mardi suivant le premier lundi du mois de novembre, afin de s'assurer de la disponibilité d'un maximum d'électeurs. 

Jamais aucune élection nationale n'a été décalée aux Etats-Unis. Ni pendant les guerres mondiales, ni pendant la pandémie de grippe espagnole, ni pendant la Guerre de Sécession, au milieu de laquelle Abraham Lincoln avait été réélu en 1864. Pap Ndiaye

Quoiqu'en dise le Congrès et son autorisation nécessaire à un report, Donald Trump a avant tout exprimé un point de vue selon lequel 2020 sera l'élection "la plus inexacte et la plus frauduleuse de l'histoire", ce qui aux yeux de l'ancien diplomate Jeff Hawkins s'apparente à une stratégie électorale propre à l'actuel président. 

Il cherche à semer le doute sur les résultats. Et il se couvre : s'il gagne, aucun problème. Mais s'il perd, s'il y a une élection contestée, il pourra dire qu'il avait en amont indiqué les problèmes. Il pourra accuser l'élection d'avoir été atteinte par un complot des démocrates. Son but n'est pas de reporter les élections, car il n'en a pas le pouvoir, mais de semer le doute. Jeff Hawkins

Chroniques

8H00
14 min

Journal de 8 h

La pandémie de Covid 19 suscite une crise économique sans précédent au Brésil
8H30
5 min

Le Journal de la culture

Le coup de fil culture: Philip Walsh
Intervenants
  • Historien, spécialiste de l'histoire des États-Unis
  • ancien ambassadeur des USA à Bangui et Consul général à Lagos, chercheur associé à l’IRIS

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......