LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
L'association Filactions, qui lutte contre les violences conjugales, organise un happening à Lyon, le 24 novembre 2018

Féminisme : divergence des luttes ?

32 min
À retrouver dans l'émission

Les récentes tribunes parues dans le journal Le Monde exposent des différences de stratégies entre les féministes. Ces désaccords, profonds aujourd'hui, ont-ils toujours été aussi prégnants dans les luttes passées ?

L'association Filactions, qui lutte contre les violences conjugales, organise un happening à Lyon, le 24 novembre 2018
L'association Filactions, qui lutte contre les violences conjugales, organise un happening à Lyon, le 24 novembre 2018 Crédits : Jeff Pachoud - AFP

Les différences stratégiques entre les différents courants féministes sont-elles plus importantes aujourd'hui qu'hier ? Sont-elles plus visibles car davantage médiatisées ? Pour en discuter, nous recevons deux historiennes des féminismes qui appartiennent à des générations différentes : Bibia Pavard, co-autrice de Ne nous libérez pas, on s'en charge ! (La Découverte, à paraître le 27 août 2020), et Michèle Riot-Sarcey, dont le dernier ouvrage est signé avec Jean-Louis Laville, Le réveil de l'utopie (Editions de l'Atelier, 2020).

La morale contre l'action ?

On a tendance à réduire le féminisme à un courant de pensée, à un mouvement unique, alors qu'il est toujours pluriel, toujours traversé par des divisions théoriques, politiques et stratégiques, que ce soit au 19ème siècle, au 20ème siècle ou aujourd'hui. Ces divisions font avancer les féminismes et leur donnent plus de surface politique et médiatique. Bibia Pavard

Si le féminisme a toujours porté en lui des tensions, est-il néanmoins possible d'en identifier aujourd'hui des courants ? S'inscrivent-ils dans la lignée de courants sociaux et politiques précédents ?

Le féminisme s'est fréquemment opposé entre moralisme et radicalité, entre essentialisme et universalisme. Toute l'histoire est ponctuée par des divergences liées au débat démocratique. Qu'est-ce que la démocratie sinon cet antagonisme et ce débat nécessaire pour affiner notre vision du monde ? Michèle Riot-Sarcey

Délation ou dénonciation ?

Autour du moment #MeToo, il y a eu un débat sur la question de la prise de parole publique, sur le risque d'un tribunal populaire et sur l'opposition entre la délation et l'action stratégique politique de dénonciation. On remarque l'émergence d'un élan collectif de rupture par rapport à des situations jugées inacceptables. Il faut souligner que la dénonciation d’individus a été rare dans ce moment, et dans l'histoire du féminisme en général. Le "naming and shaming" reste néanmoins une pratique politique pour dénoncer des personnalités qui incarnent un rapport de pouvoir inégalitaire, qui contiennent le symbole nécessaire pour lutter contre ces inégalités. Le moment #MeToo n'a pas été à la délation, mias à la dénonciation d'un système de pouvoir qui produit une violence envers les femmes. Bibia Pavard

Chroniques
8H00
15 min
Journal de 8 h
Renversé par des militaires, le président du Mali démissionne sous la contrainte
Intervenants
  • Maîtresse de conférence à l’université Paris II Panthéon-Assas.
  • Professeure émérite d’histoire contemporaine et d’histoire du genre à l’université Paris-VIII, historienne du politique et du féminisme.
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......