LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Photographie du véhicule dans lequel se trouvait Mohsen Fakhrizadeh au moment de son assassinat

Iran, Israël : les dessous d’un conflit pas si secret avec Pierre Gastineau et Frédéric Encel

44 min
À retrouver dans l'émission

L’assassinat vendredi dernier de Mohsen Fakhrizadeh, l’architecte du programme nucléaire iranien remet au goût du jour les enjeux stratégiques que représentent les recherches nucléaires menées en Iran. Alors que le Téhéran accuse Israël, quelle réponse peut être attendue ?

Photographie du véhicule dans lequel se trouvait Mohsen Fakhrizadeh au moment de son assassinat
Photographie du véhicule dans lequel se trouvait Mohsen Fakhrizadeh au moment de son assassinat Crédits : IRIB NEWS AGENCY - AFP

Qui était Mohsen Fakhrizadeh assassiné vendredi dernier en banlieue de Téhéran ? Inconnu du grand public jusqu’à sa mort, ce scientifique a eu le droit ce lundi à des funérailles dignes d’une des plus hautes autorités du pays. Et réveille des tensions diplomatiques de longue durée entre l’Iran et son rival israélien. Accusé par le pouvoir iranien comme par plusieurs responsables du renseignement américain dans le New York Times, l’État hébreu se retrouve aujourd’hui au cœur d’une crise dont se serait bien passé le futur locataire de la Maison Blanche, Joe Biden. Et fait resurgir l'hypothèse d’une bataille diplomatique complexe orchestrée par les services de renseignement. Quels rôles ont joué le Mossad et la CIA dans les assassinats de scientifiques iraniens ? Cet événement aura-t-il une incidence réelle sur l’équilibre de la région ou sur les futures relations entre Joe Biden et Téhéran ? 

Pour en parler ce matin, Guillaume Erner est en compagnie de Pierre Gastineau, rédacteur en chef d’Intelligence Online et co-auteur avec Philippe Vasset de “Conversations secrètes” (Fayard, 2020 - coédition France Culture et adaptation de la série du même nom diffusée sur la chaîne) et Frédéric Encel : docteur en géopolitique, maître de conférences à Sciences Po, auteur de “Les cent mots de la guerre” (PUF 2020)  et et “Mon dictionnaire géopolitique” (PUF)

Qui était Mohsen Fakhrizadeh ? 

" Mohsen Fakhrizadeh était l’un des personnages-clés du programme d’enrichissement d’uranium iranien, du programme nucléaire iranien et de la diplomatie autour de ce programme. Sur le mode opératoire, on a pour l’instant qu’une seule source étant la presse nationale iranienne. A priori c’est la naissance d’un nouveau type d’opération qui est un assassinat ciblé fait par une mitrailleuse téléguidée et dronisée en plein centre de l’Iran." Pierre Gastineau

Un assassinat portant la signature d'Israël ? 

Les Israéliens n’ont pas revendiqué et d’ailleurs ils revendiquent très rarement les éliminations ciblées. En revanche, deux questions se posent : celle de la volonté et celle de la capacité. Une telle capacité technique au Moyen-Orient, à priori est signée par Israël mais peut-être avec des complicités internes. Quant à la volonté, elle existe aussi parce que les Israéliens se sentent les plus menacés dans la région par une bombe iranienne. Frédéric Encel

" Nous avons à faire à une lutte extrêmement importante des israéliens qui tentent d’exfiltrer vers l’Amérique du Nord, des ingénieurs du nucléaire iranien ou de les assassiner. En géopolitique, démonstration de force vaut force. Ce n’est pas parce que ce monsieur a été abattu que le programme nucléaire iranien s’effondre. Pour autant, c’est un coup très dur porté à la crédibilité logistique, politique et militaire iranienne." Frédéric Encel

Téhéran, nid d'espions 

Il y a un savoir faire extraordinaire et dans le même temps une capacité extrêmement forte de renseignement en amont sur Mohsen Fakhrizadeh et sur le système qui le protégeait. C’est une opération qui peut prendre plusieurs mois de préparation au minimum pour exactement le cribler. Ça arrive également à un moment où l’administration américaine change, où l’équipe Biden arrive au commande des États-Unis et s’apprête à négocier avec l’Iran. [...] Ces assassinats sont d’abord des actes politiques avant d’être des meurtres. C’est l’apanage d’assez peu d’États qui veulent jouer sur la scène internationale et qui ont des envies de projection de puissance et veulent envoyer des messages à travers ces actes. Ici c'est celui adressé aux États-Unis de conserver une politique dure envers Téhéran. Pierre Gastineau

" Soleimani est un général abattu il y a un petit peu moins d’un an de manière totalement assumée par l’administration américaine. C’était un militaire qui a été abattu sans aucun doute grâce à des renseignements fournis par l’opposition iranienne en interne, sinon ce n’est pas crédible. Israël n’a pas de frontières avec l’Iran, qui est un pays très hostile qui se méfie. Le régime iranien développe un syndrome paranoïaque donc il vous faut des complicités et un très haut niveau de technicité pour abattre de tels personnalités." Frédéric Encel

Vers une escalade des tensions diplomatiques dans la région ? 

Je ne crois en aucun cas à une escalade des tensions avec Israël. Le pouvoir à Téhéran est l’objet de personnes qui maitrisent les rapports de force de manière assez fine et ça depuis la prise de pouvoir de Khomeini en 1979. C’est un régime prudent. Les Iraniens savent que si ils se lancent dans une guerre frontale contre Israël, ils perdront davantage que ce qu’ils gagneraient. Et puisque Joe Biden arrive au pouvoir en janvier, par définition, ils ont cruellement besoin d’un retour sur l’accord nucléaire signé en 2015. Frédéric Encel

L'Iran, de plus en plus isolé au Proche-Orient 

Toutes les priorités vitales des différents acteurs sont apparues au grand jour durant le conflit au Haut-Karabagh. En Azerbaïdjan, les accords et les contrats de renseignement passés entre Israël et l’Azerbaïdjan sont assez gigantesques. Il y a eu une modélisation numérique du Haut Karabagh faite par des entreprises israéliennes. Et toute cette technologie israélienne s’est réalisée en collaboration avec des technologies turques. Donc c’était intéressant de voir la création nouvelle d'une alliance israélo-turque en Azerbaïdjan contre l’Arménie. L’Arménie étant elle-même soutenue par la Russie et les Émirats Arabes Unis. Il y a toutes les alliances régionales qui ont été totalement remodélisées puisque les priorités vitales de chacun des opérateurs régionaux ont été touchées à vif. Pierre Gastineau

" Les États peuvent parfaitement être alliés avec un autre État sur un théâtre d’opération ou sur un secteur d’activité mais sans exclusif total. Il y a également fondamentalement des perceptions identitaires et collectives sur des temps longs qui jouent. On ne peut jamais sortir de cela. Aujourd’hui l’Iran se représente comme isolé dans un monde majoritairement sunnite, non-perse et dans un monde qui est allié de près ou de loin à Israël ou aux États-Unis. On a un syndrome paranoïde qui est en marche à Téhéran." Frédéric Encel

Vous pouvez (ré)écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page.

Chroniques
8H00
16 min
Journal de 8 h
Une visioconférence et un appel aux dons pour soutenir les Libanais
8H15
4 min
Le Billet politique
Faut-il renommer le Parti socialiste ?
Intervenants
  • Journaliste, rédacteur en chef d’ « Intelligence Online »
  • Géopolitologue, maître de conférences à Sciences Po Paris et professeur à la Paris School of Business
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......