LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le pianiste Alain Planès à son domicile

Le pianiste Alain Planès est l'invité des Matins : "Quand on interprète Chopin on doit avoir une attitude d’humilité"

15 min
À retrouver dans l'émission

Nous recevons ce matin le pianiste Alain Planès pour son enregistrement de l’intégrale des Nocturnes de Chopin paru chez Harmonia Mundi en juin dernier.

Le pianiste Alain Planès à son domicile
Le pianiste Alain Planès à son domicile Crédits : crédit Eric Larrayadieu

Le pianiste Alain Planès a une carrière presque aussi longue que son âge. Né à Lyon en janvier 1948, il commence le piano dès son plus jeune âge avant de partir pour les États-Unis à 20 ans étudier à l'école Bloomington dans l'Indiana. A son retour en France au début des années 1980 il intègre l'Ensemble intercontemporain de Pierre Boulez et commencera ensuite une carrière soliste. Amoureux de Debussy et de Chopin, il vient de sortir un enregistrement en 2 CD de l'intégrale des Nocturnes du compositeur polonais chez Harmona Mundi. 

Une passion pour Chopin

Alain Planès avait déjà enregistré en 2001 chez Harmonia Mundi un disque des Préludes de Chopin et en 2009 Chopin chez Pleyel, un enregistrement dans lequel il rejouait un concert donné par Chopin le 21 février 1842. 

On peut me dire que retrouver le son de l’époque c’est une belle utopie mais on sait que Chopin jouait sans emphase et c’est ce que j’ai essayé de retrouver en jouant ses Nocturnes qui sont pour moi comme des poèmes romantiques.

Pour moi ce sont des poèmes, c’est de la poésie pure, ce n’est presque plus de la musique classique, ce sont des rêveries d’une poésie extraordinaire. 

Un piano Pleyel de 1836

Cette intégrale des Nocturnes est jouée par Alain Planès sur un piano Pleyel qui date de 1836, contemporain donc à Chopin. Le compositeur était lui-même un amoureux de cette marque comme en témoigne Franz Liszt. 

Ce qu’il a de particulier c’est que c’est un modèle plus grand que le modèle habituel, automatiquement il a une puissance plus grande que les modèles moyens. Ce piano est extraordinaire dans le sens où il n’a jamais été restauré, il est dans son état originel et c’est assez rare. 

Le piano moderne a été uniformisé, égalisé à cause de l’évolution des salles de concert de plus en plus grandes, il a fallut des instruments de plus en plus puissants. Sur les pianos anciens comme ce Pleyel il y a trois registres : les basses, les mediums et les aigus. Les aigus sont plus faibles, ils tendent vers la harpe, ils ont un son plus léger. Le médium est beaucoup plus voluté, moins aigrelet, plus rond. Et les basses sont puissantes sans être dures. Ce qui fait pour moi l’intérêt de jouer cette musique sur ce piano là c’est qu’on peut mélanger les couleurs plus facilement.

Les Nocturnes de Chopin 

Chopin a composé une vingtaine de Nocturnes entre 1827 et 1846, il s'agit de courtes compositions au piano qui offrent de merveilleuses rêveries mélancoliques. Dix-huit ont été publiées de son vivant et trois à titre posthume. 

Quand on interprète Chopin on doit avoir une attitude d’humilité et on doit se garder de tout débordement emphatique. Il ne supportait pas les débordements excessifs, hystériques, romantiques. Au niveau de la forme il est classique, il n’est pas romantique, il reste toujours chez lui une aristocratie qui fait qu’on ne peut pas tout se permettre avec les Nocturnes.

Bibliographie

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......