LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Des personnes portant des masques de protection travaillent dans une entreprise le 1er septembre 2020 à Lyon,

Le travail d’après avec Pascal Dibie et Mercedes Erra

44 min
À retrouver dans l'émission

Comme le reste de la société, le monde du travail se retrouve grandement affecté par l’épidémie de coronavirus. Les questions profondes quant à la refonte du monde de l’emploi refont surface. Et si cette période était le tremplin nécessaire pour penser le travail de demain ?

Des personnes portant des masques de protection travaillent dans une entreprise le 1er septembre 2020 à Lyon,
Des personnes portant des masques de protection travaillent dans une entreprise le 1er septembre 2020 à Lyon, Crédits : JEFF PACHOUD - AFP

Aujourd’hui, l’Organisation internationale du Travail (OIT) doit publier la sixième édition de son rapport suivant l’impact de la pandémie de COVID-19 sur les travailleurs et les entreprises dans le monde. Depuis, le confinement, les cartes ont été rebattues dans le milieu professionnel. Pour certains, le travail ne se pense plus derrière un bureau en entreprise mais chez soi sur l’ordinateur du salon. Mais un tel changement s'accompagne de bouleversements profonds. L'exemple du télétravail en est la preuve. Récemment encouragé par Jean Castex, son application divise encore entre entreprises et syndicats. Va-t-on vers une refonte globale du cadre professionnel ? A quoi ressemblera l’emploi de demain ? Pourquoi la pratique du télétravail et son encadrement sont-ils des sujets aussi clivants en France ? 

Pour en parler ce matin, Pascal Dibie, ethnologue, professeur des universités et auteur de "Ethnologie de bureau : Brève histoire d'une humanité assise" aux Éditions Métailié et Mercedes Erra, fondatrice de BETC première agence française de publicité et Présidente du musée de l’immigration sont les invités des Matins. 

L'émancipation par le télétravail 

" Le télétravail évoque aujourd’hui une expression ou un rêve d’émancipation du système hiérarchique habituel du bureau. Je crois que le confinement a permis de prendre une certaine distance et peut-être de découvrir que si les ordinateurs existent c’est pour mettre en ordre des choses simples de façon complexe lorsque l’on se trouve au bureau." Pascal Dibie

Les générations qui viennent ne veulent plus du système hiérarchique traditionnel, ils ne veulent plus des contrôles comme on les opère jusqu’à maintenant. Il faut leur faire confiance. Jamais il n’y a eu de génération aussi disciplinée que celle qui passe son temps devant un ordinateur et qui travaille beaucoup plus qu’elle ne se repose. Pascal Dibie 

Défiance à la française et disparition du bureau 

Le monde anglo-saxon a déjà glissé dans une autre utilisation du bureau. Pour eux, ça paraît logique que quand quelqu’un se met au télétravail, on lui fournisse un fauteuil ergonomique, un ordinateur adapté. En France, il y a toujours cette défiance à l’égard du travailleur. On veut absolument pouvoir le contrôler avant même qu’il commence à travailler. Pascal Dibie

" Je ne pense pas que les bureaux vont totalement disparaître. Il va surement y avoir un arrangement qui devrait ressembler à ce qui se passe aujourd’hui c’est-à-dire être en télétravail une ou deux fois par semaine et aller au bureau le reste du temps pour avoir les échanges, pour créer du lien social et pour pouvoir sortir de chez soi." Pascal Dibie

Le confinement a été radical. Ça a accentué le système et la volonté de télétravailler. Et ça nous a renforcé sur le fait que nous avions confiance envers les employés. Quand les personnes télétravaillent, ils travaillent tout autant. Mercedes Erra

Les impacts négatifs du télétravail 

On a l’impression que de nombreux chefs d’entreprises se sont mis à se dire que le télétravail ferait des économies immobilières et qu’on allait envoyer tout le monde chez soi par esprit de praticité. Ce point m’inquiète car l’entreprise et le travail sont des lieux de collectivité où se manifeste l’intelligence collective. Pour les jeunes, la question de l’insertion dans l’entreprise est aussi un côté négatif du télétravail. Les femmes également sont très nerveuses autour du télétravail car elles se sont retrouvées à tout faire à la maison.  Mercedes Erra

" Les entreprises ont mis tellement de temps à exister et se faire reconnaître qu’elles ont du mal à lâcher leurs employés parce que c’est aussi une image de marque que d’avoir son bureau et son entreprise. Il y a toute une qualité de la vie quotidienne qui a été organisée dans les bureaux. Aller au bureau c’est aller dans un lieu propre et qui accueille. Ce qui risque de se produire avec le télétravail c’est un manque de suivi." Pascal Dibie

La vie de bureau essentielle à l'équilibre des employés ? 

L’entreprise et le bureau sont des cultures. Ce sont des valeurs partagées et des combats menés. Tout ça a du sens. Et pendant le confinement, certains n’ont pas ressenti l’entourage que représente l’entreprise et vivaient mal l’expérience du télétravail. Le travail est quelque chose de fondamental. Si le travail est trop déstructuré, ça peut devenir difficile pour tout le monde. Le travail est avant tout un élément de structure. Mercedes Erra

" La vie de bureau est un microcosme qui a des répercussions sur l’ensemble de la société. C’est un espace dans lequel on fait société. Ne plus pouvoir être dans cet univers qui permet de s’échapper de soi-même pose des questions psychologiques très importantes." Pascal Dibie

Vous pouvez (ré)écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page.

Chroniques
8H00
15 min
Journal de 8 h
Le congé paternité passe de 14 à 28 jours
8H15
3 min
Le Billet politique
Pourquoi on ne parle plus de réduire le nombre de parlementaires
Intervenants
  • Ethnologue, Professeur d'ethnologie à l'Université Paris-Diderot Paris 7
  • fondatrice de BETC et présidente exécutive de Havas Worldwide, engagée dans le Women's Forum for the Economy and Society, dont elle est l'un des membres fondateurs, ainsi que dans la Fondation ELLE.
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......