LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Génération Identitaire lors de la manifestation contre le racisme et les violences policières à Paris, le 13 juin.

Génération identitaire : faut-il dissoudre les groupuscules d’extrême-droite ?

18 min
À retrouver dans l'émission

Faut-il dissoudre les groupuscules d’extrême-droite ? Nous tenterons de répondre à cette question en compagnie de Jean-Yves Camus, politologue et directeur de l'Observatoire des radicalités politiques, de la Fondation Jean-Jaurès.

Génération Identitaire lors de la manifestation contre le racisme et les violences policières à Paris, le 13 juin.
Génération Identitaire lors de la manifestation contre le racisme et les violences policières à Paris, le 13 juin. Crédits : QUENTIN DE GROEVE / HANS LUCAS - AFP

C’est une déclaration inédite. Gérald Darmanin a évoqué mardi dernier la dissolution de Génération identitaire. Ce groupuscule d’extrême-droite connu pour ses actions chocs a une nouvelle fois frappé lors d’une opération anti-migrants dans les Pyrénées. Le ministre de l’Intérieur s’est dit “scandalisé” et a demandé une enquête visant la dissolution éventuelle du groupuscule. Une dissolution réclamée de longue date par plusieurs associations et partis politiques. 

Mais face au renouveau des franges radicales de l’extrême-droite, la dissolution est-elle la meilleure option ? 

On ne peut pas se mettre à interdire toutes les organisations qui prônent la radicalité dans le champ politique. Non seulement c'est une décision qui doit rester exceptionnelle, mais elle est sévèrement encadrée par l'article L. 212 1 du Code de la sécurité intérieure, qui reprend une vieille loi de 1936 sur les groupes de combat et milices privées. 

La dissolution comme acte politique

Il s'agit pour un ministre de l'Intérieur d'affirmer son autorité et d'affirmer que tel ou tel problème est sérieux, que ce soit les mosquées radicales ou que ce soit les groupes d'extrême droite. Si la pression est véritablement trop forte, alors le ministre ne peut plus faire grand-chose, sinon prononcer la dissolution. 

Un groupuscule pas si dangereux ?

En termes de dangerosité, quand on compare avec les images qu'on a vues de la prise d'assaut du Capitole le 6 février, je n'imagine pas les militants Génération identitaire déclencher ou participer à une telle opération. 

Génération identitaire, c'est avant tout de la mise en scène permanente d'actions coup de poing. Ce sont des gens qui manient très bien les outils médiatiques, la vidéo, les réseaux sociaux et qui se filment en action sur les plateformes de vidéos  pour décupler l'impact.

Les liens avec le Rassemblement national

Il y a d'anciens cadres de la mouvance identitaire qui sont devenus des élus du Rassemblement national ou des collaborateurs d'élus du RN. Mais sur la question de l'idéologie, Marine Le Pen ne se prononce pas sur le grand remplacement. Elle a quelques préventions sur cette idée qu'elle trouve avec un arrière plan complotiste. 

Elle ne se prononce pas davantage sur la "re-migration", c'est-à-dire renvoyer de manière autoritaire des étrangers non européens dans leur pays d'origine. Le Rassemblement national n'est plus sur la thèse de l'inversion des flux migratoires mais sur l'arrêt des flux migratoires. Ce n'est pas complètement la même chose.

Chroniques
8H00
16 min
Journal de 8 h
Le gouvernement prépare les esprits à un possible reconfinement
Intervenants
  • politologue, co-directeur de l'Observatoire des radicalités politiques à la Fondation Jean-Jaurès
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......